La jeunesse et l'Église

N° 122 Novembre - Décembre 1995*

La jeunesse est un passage et non une fin en soi. Elle ne peut alors être qu’un temps privilégié de formation et de recherche de sa vocation.
Qu’est-ce que l’Église offre aux jeunes en son sein ? Plus généralement, quels sont les moyens et les fins de l’éducation ?
Comment accueillir cette vocation particulière qu’est la vocation sacerdotale ?
 

Questions

Marie-Christine GILLET : Que faire de sa jeunesse ?

Marguerite LENA : « Lève-toi et marche. » Le sens de l'éducation. Ronald AusTnv : Hollywood et la jeunesse.

Témoignages

Sabine LAPLANE : La rencontre de Taizé. Antoine HÉROUARD : L'aventure du FRAT.

Arguments

Gérard CHOLVY : Jeunesse chrétienne en mouvements (1945-1995). Ludovic LALOUX : Les organisations catholiques de jeunes. Éric AUMONIER : La formation au sacerdoce.

Dossier : L'exercice du Magistère

Bruno DUFOUR : La liberté religieuse, trente ans après. Bruno NEVEU : Pouvoir et savoir dans l'Église.

Actualité________________________________ Les enjeux de la conférence de Pékin.

Signets     

Paul Mc PARTLAN : Rapprochement catholiques-orthodoxes.

Ansgar SANTOGROSSI : Pourquoi ordonner des hommes plutôt que des femmes ?

Page Titre Auteur(s)
3 Exergue Paul CLAUDEL
9 Que faire de sa jeunesse? Marie-Christine GILLET-CHALLIOL
13 Lève-toi et marche" Marguerite LÉNA
25 Hollywood et la jeunesse Ronald AUSTIN
31 Des serviteurs de la confiance Sabine LAPLANE
41 L'aventure du Frat Antoine HÉROUARD
49 Jeunesse chrétienne en mouvements (1945-1995) Gérard CHOLVY
61 Panorama des organisations catholiques de jeunes Ludovic LALOUX
75 Vocations sacerdotales et formation sacerdotale Éric AUMONIER
89 La Déclaration "Dignitatis humanae" trente ans après sa promulgation : glissement et renversement Bruno DUFOUR
111 Pouvoir et savoir. L'Eglise et la régulation théologique Bruno NEVEU
139 Le Saint-Siège et la Conférence de Pékin Joan F. LEWIS
145 Discours à la conférence de Pékin sur les Femmes Ann ANN GLENDON
153 Le Catéchisme et le dialogue catholiques-orthodoxes : rapprochement dans la même foi Paul MCPARTLAN
171 Pourquoi ordonner des hommes plutôt que des femmes ? Ansgar SANTOGROSSI

Dossier: Conférence de Pékin sur les femmes

 

Que faire de sa jeunesse ?

LES JEUNES sont partout. Du monde de la publicité à celui de l'éducation, en passant par les documents de l'Église, la jeunesse est devenue une préoccupation majeure, elle est au centre de tous les débats qui risquent d'en faire une fin en soi.Il y a chez les jeunes une revendication formidable d'auto­nomie, mais celle-ci est elle-même récupérée et conditionnée par les médias et la société de consommation qui crée et renouvelle une « culture jeune » vouée à l'éphémère et à l'immédiat '. Notre revue pouvait bien, elle aussi, s'y intéres­ser d'un peu plus près. Aussitôt apparut une difficulté : de saines règles de méthode nous ayant appris à définir d'abord ce dont nous discuterions ensuite, comment donc définir la jeunesse ? Le critère de l'âge est évidemment arbitraire, en dépit des interdits de la SNCF et de bien d'autres organismes officiels. Pourquoi donc un quadragénaire n'aurait-il pas le droit de revendiquer son appartenance à cette catégorie ? La situation familiale ou professionnelle offre des bases plus discutables encore : il y a des célibats, non consacrés, à vie, les étudiants dits du troisième âge ne sont plus rares, alors que certains interrompent encore leurs études à seize ans. Bref,  nous  voici  réduits  à  ce  sentiment  on  ne  peut plus

1. Voir ici-même l'article de Ronald AUSTIN, p. 25-29.

subjectif qu'est l'état d'esprit : est « jeune » celui qui se sent tel, ce qui ne saurait fournir une assise bien sérieuse à une quelconque réflexion.

Une issue existait cependant : la jeunesse pourrait bien n'être pas une fin en soi, mais désigner un temps d'attente, de formation, de recherche de sa vocation. Ce n'est certes pas là une « définition » tout à fait satisfaisante. L'ensemble du temps humain, la vie tout entière ne peut-elle pas être, ne devrait-elle pas être une telle attente ou une telle disponibilité ? S'il est vrai que c'est notre projet qui ouvre et façonne le temps, le limiter à telle ou telle période signifie tout simple­ment vider le reste de notre vie de tout contenu. Il est pour­tant incontestable que cet âge qui s'étend désormais au-delà de l'adolescence est un moment privilégié ou paradigmatique ; c'est ce que nous découvrons alors – ou ce que nous man­quons – qui peut nous permettre – ou non – de prolonger bien au-delà de l'âge limite cette recherche de formation et cette disponibilité à un appel qui sont difficilement dissociables.

Communio devait donc, dans un cahier consacré à la jeu­nesse, aborder le problème de l'éducation, celui de la voca­tion – ici sous sa forme sacerdotale', mais elle n'est évidem­ment pas unique' – et esquisser un bilan de ce qui a été et est actuellement proposé aux jeunes par l'Église. L'historique et le panorama des mouvements ou organisations de jeunesse que l'on trouvera ici est volontairement limité à la situation française. La comparaison avec des pays voisins, l'Italie notamment, permet cependant de prendre conscience du para­doxe qui caractérise actuellement notre pays. De plus en plus de jeunes sont intéressés par les propositions ponctuelles des églises locales, comme en témoigne le succès des pèlerinages dans maints diocèses ; pourtant, la plupart des mouvements à l'échelle nationale ont du mal à prendre un réel essor, la majo­rité des évêques privilégiant toujours une Action catholique spécialisée qui n'attire plus les jeunes. Il y a sans aucun doute, .....

  1. Voir l'article d'Éric AUMONIER, p. 78-88.
  2. L'article de S. LAPLANE (p. 31-40) montre comment les groupements de jeunes, tel Taizé, peuvent contribuer à l'éveille de telle ou telle vocation.
  3. Articles de G. CHOLVY et de L. LALOUX, p. 49-60 et 61-74.

 
 

CÉBÈS. — Que dire ? que faire ?

À quoi emploierai-je ces mains qui pendent, ces pieds Qui m'emmènent comme le songe nocturne ?

La parole n'est qu'un bruit et les livres ne sont que du papier. (...]

Qu'est-ce que je suis ?

Qu'est-ce que je fais ? qu'est-ce que j'attends ?

Et je réponds : Je ne sais pas ! et je désire en moi-même Pleurer, ou crier,

Ou rire, ou bondir et agiter les bras !

(Paul CLAUDEL, Tête d'or, 2' version, I" partie.)


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 20

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La jeunesse et l'Église - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier