La Bonté

N° 196 Mars - Avril 2008 - Page n° 51

M. Jean DUCHESNE Bonté de la création ?

Si l'église se soucie du sort de la planète, c'est autant pour la défense du bien commun que pour inciter l'homme à respecter le don que Dieu lui fit d'un lieu où demeurer. Mais la création en cours d'achèvement n'a pu échapper aux désordres introduits par le péché : violence, cataclysmes. Ainsi l'église nous rappelle que non seulement l'homme, mais aussi le cosmos a besoin d'être sauvé.

Le réchauffement de la planète suscite aujourd’hui de légitimes inquiétudes, au point que Benoît XVI lui-même n’hésite pas à se joindre1 à ceux qui mettent en garde contre les dangers que font courir à tous les changements climatiques apparemment provoqués par l’activité humaine dans les pays industrialisés. Il est à craindre que des zones qui sont déjà parmi les moins favorisées et les plus peuplées de la planète soient les premières pénalisées. Prendre conscience et réagir de manière responsable est donc un devoir moral, à quoi s’ajoute une préoccupation stratégique : la détérioration des conditions de survie dans certaines des régions les plus pauvres risque d’accentuer les flux migratoires, menaçant les grands équilibres démographiques, économiques et finalement géopolitiques. Les modes de vie actuels dans les contrées développées s’avèrent ainsi n’être pas tenables à terme relativement proche, et l’enjeu devient pour chacun d’assurer l’avenir de ses propres enfants.

Si l’Église peut et même doit tenir à ce sujet un discours qui rejoint de façon étrange – voire dérangeante – celui des lobbies écologistes, lesquels pourtant sont plutôt critiques à son égard2, c’est essentiellement pour deux raisons qui lui sont propres. [...]
 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1.Voir par exemple son « Message pour la 41e Journée mondiale de la Paix, 1er janvier 2008 » (publié le 12 décembre 2007), n° 7 et 8.

2. Le reproche écologiste au « judéo-christianisme » est de justifier une exploitation indécente des ressources de la planète avec l’injonction de soumettre et dominer la création (Genèse 1, 28 et 9, 1).

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 18

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Bonté - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger