Le Mystère Pascal

N° 207 Janvier - Avril 2010 - Page n° 81

Timothy VERDON La Dernière Cène de Léonard de Vinci

La Cène de Léonard de Vinci dans l’église Santa Maria delle Grazie à Milan, offre une interprétation tout à fait nouvelle pour l’époque de cet acte du Christ. L’artiste l’inscrit, d’une part, dans la signification spirituelle que les Constitutions dominicaines donnaient aux repas des frères. D’autre part, en reportant les lignes de perspective sur la figure du Christ, en montrant les Apôtres unis par petits groupes, agités par l’annonce de la trahison proche, Léonard de Vinci veut traduire, à travers ce don total du Christ dans l’institution de l’Eucharistie, son rôle de Prêtre et Victime, de Législateur et de Roi.

 

Il y a une spécificité qui doit être respectée dans les objets, qui fait partie de ce que nous appelons leur dignité et, si ce sont des objets d’art, de leur beauté. Dans le cas de la Cène de Léonard de Vinci, une composante essentielle du sens de l’oeuvre est le fait que l’artiste l’ait peinte dans un réfectoire : la Cène du Christ dans un lieu où l’on prend ses repas (nous connaissons la disposition des réfectoires dominicains de cette époque grâce à des représentations telles que la marqueterie de bois du début du XVIe siècle qui nous montre l’intérieur du réfectoire d’un des couvents de l’Ordre, celui de St Dominique, à Bologne). Il est également important que ce réfectoire ait été celui d’une communauté consacrée : la Dernière Cène, au cours de laquelle le protagoniste, le Christ, assume une lourde responsabilité, a été peinte pour des chrétiens engagés à le suivre. Il est signifi catif aussi que ce réfectoire se trouve à quelques pas de l’église où ces consacrés écoutaient les Écritures qui donnaient toute leur signifi cation à leur engagement, et où ils recevaient comme aliment le corps et le sang offerts par le Christ dans le contexte de l’événement représenté sur la paroi du réfectoire. Enfin, il est fondamental de rappeler que les frères se rendaient au réfectoire directement à partir de l’église, c’est-à-dire qu’ils allaient prendre leur repas – au moins dans les grandes occasions et aux jours de fête – aussitôt après la Messe solennelle de la communauté. Ils voyaient donc la Cène de Léonard dans le contexte d’un engagement qui impliquait toute leur vie, après avoir écouté l’Évangile et reçu l’Eucharistie. [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67 2.10 16.00 Stock: 30

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Le mystère Pascal - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
En quoi le mystère du Samedi saint est-il dramatique ? - pdf 3.92 2.10 4.00 Ajouter au panier