Le Mystère Pascal

N° 207 Janvier - Avril 2010 - Page n° 103

Daniel BOURGEOIS « Les images liturgiques sont des images folles » : essai sur la structure du triduum pascal

Comment penser la liturgie du triduum pascal quand elle est presque toujours envisagée comme une mise en scène plus ou moins historique des derniers jours de Jésus ? En s’appuyant sur les travaux classiques de critique littéraire de Erich Auerbach, l’auteur présente une manière de démonter le mécanisme historicisant en ce domaine et propose une relecture du triduum en s’aidant de la catégorie de mimésis héritée de Platon et d’Aristote.

 

Une illusion sans doute très tenace et qui contribue à une approche déviante de la célébration liturgique par nos contemporains est ce que j’appellerais l’historicisme liturgique. Qu’on le veuille ou non, notre manière spontanée d’aborder le calendrier liturgique, le sens des fêtes chrétiennes, l’interprétation des gestes et des symboles, nous conduit à voir dans l’architecture des fêtes et des rites une structure historique et chronologique, une occasion d’imiter ou de représenter le Christ dans les principaux événements de son existence terrestre, un peu comme si l’organisation calendaire de la liturgie était une pédagogie simple et accessible à l’usage des assemblées chrétiennes et qui aurait pour but de leur faire « revivre » ce que Jésus a vécu en premier et d’expérimenter par l’émotion et les affects ce qu’il a vécu et subi dans ces différents événements.

Les indices de cette manière de voir sont tellement nombreux qu’il est sans doute vain de vouloir en dresser un tableau complet : depuis la naissance de Jésus qui devait avoir lieu en hiver, puisqu’on le fête au moment du solstice d’hiver, et qui devait donc être réchauffé par le souffle de l’âne et du boeuf, jusqu’à la chronologie de certaines dévotions de la Semaine sainte, notamment le chemin de croix qui traditionnellement devait avoir lieu vers quinze heures pour coïncider avec la mort du Christ à la neuvième heure, en passant par le calendrier de la conception du Verbe dans le sein de Marie dont la date est fixée neuf mois avant Noël, avec comme corollaire la fête de saint Joseph une semaine avant l’Annonciation, sans doute [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67 2.10 16.00 Stock: 30

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Le mystère Pascal - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
En quoi le mystère du Samedi saint est-il dramatique ? - pdf 3.92 2.10 4.00 Ajouter au panier