L'identité sacerdotale

N° 267 Janvier - Février 2020 - Page n° 79

Joao Paulo de MENDONCA DANTAS L’expression « in persona Christi capitis » et l’identité sacerdotale

La formule « en la personne du Christ Tête » met en évidence la référence christologique essentielle du ministère ordonné, en soulignant sa nature sacramentelle.

 

Le concile Vatican II, dans son décret Presbyterorum Ordinis, a adopté pour la première fois dans l’histoire de la théologie l’expression in persona Christi capitis1 afin de distinguer le sacerdoce ministériel du sacerdoce commun. Ce décret affirme que l’identité et la mission des prêtres dans l’Église doivent être comprises à la lumière du caractère sacramentel spécial reçu lors de l’ordination qui « les configure ainsi au Christ Prêtre pour les rendre capables d’agir au nom du Christ Tête en personne [in persona Christi capitis2] ».

Cette formule, après le Concile, a été largement reprise par les différents Papes, de Paul VI à Benoît XVI3. Selon la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, dans la déclaration Inter Insigniores de 1976, cette formule fut forgée dans l’intention de compléter et préciser, en référence à la capitalité du Christ, la traditionnelle formule théologique : in persona Christi4.

La formule conciliaire in persona Christi capitis a été préparée, pour ainsi dire, par la théologie de Pie XII. Plus particulièrement, il faut citer deux encycliques, Mystici Corporis5 (1943) et Mediator Dei (1947). Dans ces documents, on constate un rapprochement entre la formule in persona Christi et la « capitalité du Christ » dans le domaine de l’ecclésiologie du Corps Mystique. Pie XII, dans l’intention évidente de souligner la différence ontologique entre le prêtre et les fidèles laïques lors de la célébration eucharistique, affirma, dans Mediator Dei, que celui-ci agit « dans la personne du Christ en tant que Tête [personam Christi utpote Capitis gerit6] ». Par cette affirmation, le Pape Pacelli
s’opposait à certaines tendances théologico-pastorales, proches du protestantisme, qui tendaient à nier l’existence d’un véritable sacerdoce ministériel. Tendance, malheureusement encore présente dans la vie [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1 Le concile Vatican II a ajouté le terme capitis à l’expression théologique traditionnelle in persona Christi. Sur l’histoire de cette expression, voir B.-D. Marliangeas, « Clés pour une théologie du ministère : in persona Christi, in persona Ecclesiae » (Theologie Historique 51), Paris 1978.

2 Décret Presbyterorum Ordinis n. 2.

3 J. P. de M. Dantas, In Persona Christi Capitis. Il ministro ordinato come rappresentante di Cristo capo della Chiesa nella discussione teologica da Pio XII fino ad oggi, Sienne 2010, pp. 11-309.

4 Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Déclaration Inter Insignores, V, in AAS 69 (1977) pp. 12-113.

5 Pie XII, Encyclique Mystici Corporis (Première Partie), in Enchiridion delle Encicliche n. 6, Bologne 1995, 163-179  (n, 183-200).

6 Pie XII, Encyclique Mediator Dei, in AAS 39 (1947) 556.

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 72

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
L'identité sacerdotale - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
L'identité sacerdotale - couverture - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger