Notre Père VI, délivre-nous

N° 268 Mars - Avril 2020 - Page n° 43

Père Bernard POTTIER Note sur l'angélologie et la démonologie de Karl Barth

Barth récuse la conception traditionnelle des anges et démons, qui lui paraît trop philosophique et pas assez biblique. Cela dit, il propose lui-même une conception où la liberté des (bons) anges ne peut pécher, tandis que le démon n’existe que comme identifié au néant.

« Comment ne pas donner dans la mythologie par trop intéressante des anciens ou dans la “démythologisation” par trop inintéressante des modernes1 ? »

1. Quelques problèmes de la doctrine traditionnelle

Les anges sont présents dans beaucoup de religions antiques et, jusqu’à nos jours, l’homme se représente volontiers leur action comme un facteur dont il faille tenir compte.

Même si la Bible mentionne volontiers des anges (avec quand même quelques nuances remarquables et une évolution historique à ne pas négliger2), l’abondance de paroles d’une certaine tradition peut mettre mal à l’aise. La Bible par exemple ne mentionne nulle part la création des anges, ni au début de la Genèse, ni dans le Prologue de Jean. Le récit de la chute des anges est également absent, avec deux minuscules allusions dans des versets quand même assez marginaux (2 Pierre 2,4 et Jude 6 ; ne pas y ajouter Genèse 6,1-4 !). L’Apocalypse parle abondamment des anges et du diable, mais son genre littéraire exige qu’on renonce à toute lecture fondamentaliste et le Catéchisme de l’Église Catholique l’a bien compris, en ne citant qu’une seule fois l’Apocalypse dans son argumentation (au n. 391), alors qu’elle est le livre biblique le plus prolixe à ce niveau (65 versets citent le mot Ange).

Thomas d’Aquin, le Doctor angelicus, développe son angélologie à différents endroits de son oeuvre : Somme Théologique Ia q. 50-64 & 106-114 et Somme contre les Gentils, cap. 91-101. Karl Barth est très impressionné par ce travail : « Cette doctrine se distingue par son extraordinaire acribie scientifique où rien n’est laissé de côté : elle va au fond de toutes les questions qu’on peut se poser au sujet des anges et elle passe en revue toutes les réponses possibles – soit en développant, soit en appliquant simplement la notion reçue ; enfin, elle utilise tout ce qu’on peut tirer de l’Écriture et de la tradition sur le problème » (Dogm. 105).

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1 Karl Barth, Dogmatique, n. 14, 3e volume, La Doctrine de la Création, tome 3e, trad. F. Ryser, Labor et Fides, Genève, 1963, p. 82. Nous citerons désormais cet ouvrage dans le texte entre parenthèses avec l’abréviation Dogm.

2 Leo Scheffczyk, Einführung in die Schöpfungslehre, Wissensch. Buchgesellschaft, Darmstadt, 1975, p. 109. Voir
aussi Balthasar, La Dramatique divine II 2, trad. Givord-Dumont, Culture et Vérité, Namur, 1988, p. 370 et note 3. Cet ouvrage sera désormais cité dans le texte entre parenthèses avec l’abréviation DD II 2.

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 47

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Notre Père VI, délivre-nous - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier