Poésie et Incarnation

N° 192 Juillet - Aout 2007 - Page n° 9

M. Patrick PIGUET Incarnation et poésie

On reconnaît souvent au christianisme le mérite d'avoir été la religion de l'incarnation. Ainsi, Yves Bonnefoy rappelle dans des propos récents que « la religion d'un dieu qui est mort sous Ponce Pilate a ceci de fort qu'elle a pour intuition essentielle que ce qui vaut, c'est la personne en son instant et son lieu. (...) Cette intuition, c'est pleinement la désignation de la finitude.» Et le poète de plaider pour une poésie de l'incarnation qui soit à l'écoute de ce que montrent « les choses d'ici » mais aussi, à l'intérieur de soi, de

« ces craquements qui désagrègent

les pensées ajointées par l'espérance.2»

Cette incarnation est-elle encore chrétienne? Interrogé à ce sujet, le poète a répondu que chez lui l'incarnation était «la transfiguration du divin par l'humanité », l'opposant au christianisme où « la divinité transfigurait l'humanité3 ». Derrière cette opposition schématique se dessine une valorisation de la finitude comme l'absolu paradoxal de notre condition. La parole poétique aurait alors pour tâche de dire l'aura immanente du réel dont la finitude est l'ultime [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1. L'Imaginaire métaphysique, Éditions du Seuil, 2006, p. 69.

2. Les Planches courbes, Mercure de France, 2001, p. 76.

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 19

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Poésie et Incarnation - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger