Poésie et Incarnation

N° 192 Juillet - Aout 2007 - Page n° 63

M. Patrick PIGUET Le poème de la prière, quand "je" devient un autre

L'affirmation de Pierre Jean Jouve doit être prise dans sa radicalité : « Toute poésie est à Dieu ». La prière poétique amène tout d'abord à s'extraire de soi. Si un Paul Celan peut s'adresser à un Dieu tragiquement absent, l'absence, chez un Pfister marqué par la mystique négative, n'empêche pas la proximité divine cependant qu'un Chappaz prononce un oui fragile suspendu au sens que lui donnera son Interlocuteur.

 

Toute poésie est à Dieu, écrivait Pierre Jean Jouve1.

Les poètes du XXe siècle s'adressent à Dieu avec une conscience particulière du paradoxe de cette adresse. Conscience qui les ancre dans leur siècle et qui fait le défi de leur beauté. En effet, la prière adressée à Dieu ne peut manquer de dire ce qui la fonde et la précède dans le moment même où elle s'énonce et sort du silence. On a certainement raison de repérer les invariants formels qui structurent la prière de certains poètes et on peut y voir se réitérer l'adresse d'un « je » locuteur vers un « tu » transcendant2 ; mais on peut aussi se demander ce que deviennent ce «je» quand il est pris dans le mouvement de la prière et ce «tu» à la fois destinataire et origine de cette parole.

De grands poèmes où résonne l'ambition de la prière montrent que l'orant affronte la question de son statut dans la parole comme la toute première qui se pose à sa conscience d'écrivain. Ce qui requiert une interrogation sur la nature du « je » qui s'exprime, mais également sur la présence de ce « toi » que le poème invoque; l'on verra, à travers la lecture de quelques poèmes-prières du xxe siècle que ces deux questions sont indissociables et que le lien qu'on instaure entre elles permet de penser une présence comme don que révèle l'espace même de la parole poétique. Celle-ci est alors libérée du soupçon de projeter l'image d'un destinataire fabriqué à la mesure du moi qui l'invoque. [...]
 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1. Mélodrame, p. 152, « Poésie » Gallimard, Paris, 1970.
2. Voir « Prière et poésie chez quelques poètes du XXe siècle » de Nathalie Nabert, in Cahiers Patrice de la Tour du Pin n° 13.

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 19

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Poésie et Incarnation - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger