La déchristianisation n’est pas une nouveauté - Chateaubriand et la modernité

Nicolas PEROT
La seconde venue du Christ - n°219 Janvier - Avril 2012 - Page n° 107

L’œuvre de Chateaubriand, largement incomprise, se défi nit autour de cette conviction très forte que le christianisme est non seulement créateur de culture mais est la vie même de la culture. Tout mourra si l’on refuse de considérer le christianisme comme une vraie culture. Mais tout mourra aussi si l’on renie le christianisme comme la vraie religion. Chateaubriand renverse donc complètement la vision de l’histoire : non seulement le christianisme n’est pas mort, mais il est même l’avenir du monde.

 

Chateaubriand n’est pas un auteur lu. Sa fortune scolaire, la structure de ses premiers ouvrages, leur inégale qualité, leur longueur, la genèse même de son écriture ont conduit à le lire par extraits. Dans la sélection de ces extraits, certaines pages pourtant essentielles n’ont donc jamais été lues. Et ce mode de lecture ne fait pas droit aux grands desseins, alors que Chateaubriand est un auteur de grandes entreprises et de grand dessein : Génie du Christianisme, Les Martyrs, Mémoires d’Outre-Tombe. Le malentendu a commencé très tôt, avec la mode de René. L’échec le plus retentissant est celui de l’oeuvre pourtant la plus incontestable : on connaît le mot de Jules Hetzel sur les Mémoires d’Outre-Tombe : « Il ne mourra de Chateaubriand que la mode de son temps. Les Mémoires d’Outre-Tombe, mal publiés, mal lus, mal jugés sont une oeuvre à se lécher le museau. » (cité in éd. La Pochothèque, tome I, p. 33). Sa carrière littéraire se clôt en 1844 avec cette fulgurante Vie de Rancé qui suscita aussi bien la totale incompréhension littéraire d’un Sainte- Beuve que la fureur durable des ecclésiastiques, avant de revenir à la mode dans les années 1960, mais en circonscrivant soigneusement son intérêt à la simple littérature sans trop de portée philosophique ni spirituelle. Il n’a jamais été question, par exemple, de prendre cet explicite acte de contrition au pied de la lettre. Tout se passe donc comme si le grand dessein de Chateaubriand avait été posé en termes incompréhensibles pour nous, mais incompréhensibles davantage encore pour ses contemporains. Or cette incompréhension se cristallise en grande partie autour de la question de la religion de [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
17.63€ 2.10% 18.00€ 29

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La seconde venue du Christ (en pdf) - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger