L'ascension chrétienne de la chair chez saint Thomas d'Aquin

Mme Chirine RAVETON
La chair - n°283 Septembre - Octobre 2022 - Page n° 51

Saint Thomas d'Aquin évoque la chair avec beaucoup de réalisme afin de défendre la réalité de l'Incarnation. Le Fils de Dieu a assumé un corps charnel, puisque la nature humaine qu'il est venu sauver est indissociable de la chair. Dieu manifeste une bonté infinie en s'incarnant et en devenant visible, vulnérable et mortel, pour vaincre la mort par la résurrection de la chair. Le christianisme élève la chair à une dignité inouïe, au-dessus des anges, dans la personne de la Vierge Marie et bien davantage dans celle du Christ qui siège avec sa chair à la droite du Père.

« J e vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous » : pour la première fois dans l’histoire, ce n’est pas l’homme qui s’incline devant l’ange, mais l’ange qui révère une créature humaine, comme le souligne saint Thomas dans son sermon sur la Salutation angélique. La Vierge Marie dépasse les anges par « une plénitude de grâce telle qu’elle rejaillit de son âme sur sa chair, et que, de cette même chair, elle conçut le Fils de Dieu1. » La chair jusque-là associée à la corruption de la mort et opposée à la noblesse de l’esprit, acquiert par l’Incarnation une dignité inouïe.

Réalisme de la chair et réalité de l’Incarnation

Aussi saint Thomas ne répugne-t-il pas dans un traité de théologie à évoquer la chair et les os, le sang et le sperme, les ongles et les cheveux. Il prend le soin de préciser que le corps du Christ n’a pas été formé directement à partir de la chair et des os de la Vierge, mais à partir de son sang, qui est de « la chair en puissance 2 » : puisqu’Adam était au principe de la nature humaine, il avait en lui de la chair et des os relevant de cette fonction de principe, Ève a donc pu être formée à partir de lui sans porter atteinte à l’intégrité de son corps, mais dans le corps de la Vierge Marie il n’y avait que la chair et les os relevant de son intégrité personnelle que le Christ aurait donc détruite si son corps avait été formé à partir de la chair et des os de la Vierge. À l’image du Christ qui, comme le dit le Te Deum, n’a pas craint le sein d’une vierge, « non horruisti Virginis uterum », saint Thomas n’hésite pas à descendre dans les entrailles de la Vierge pour montrer que le corps du Christ a été formé à partir du sang le plus pur de Marie, sans intervention de la semence ni aucun mouvement de convoitise ou de sensualité : « C’est en effet par l’opération du Saint-Esprit que ce sang s’est amassé dans le sein de la Vierge pour former le corps du Christ » (ST, IIIa, q. 31, a. 5, ad 3). Ce réalisme de la chair permet à saint Thomas de défendre la réalité de l’Incarnation contre les hérésies qui la jugent indigne de la...

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter en ligne le numéro ou vous abonner pour recevoir les prochains numéros.


 1 Exposition de la salutation angélique, a. 1.

 2 Somme de théologie (ST), IIIa, q. 31, a. 5.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71€ 2.10% 14.00€ 36

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La chair - pdf 7.84€ 2.10% 8.00€ Ajouter au panier
edito Emmanuel Housset- l'endurance de la chair - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Boulnois-la fragilité de la chair selon Saint Paul - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier
J de Dieuleveult- de la concupiscentia carnis à la chair du Christ - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier
C.Raveton- l'ascension chrétienne de la chair chez saint Thomas d'Aquin - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier
E.Housset- le lieu de la chair - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier
E.Cattin- la chair de la vie selon Jean - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier
Mgr Schönborn- la synodalité en question - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier
soeur Marie de l'Assomption- le caractère véritable du mariage de Marie et Joseph selon Saint Thomas d'Aquin - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier