La réconciliation

N° 49 Septembre - Octobre 1983*

Avec ce cahier, Communio revient sur un thème qu'elle avait déjà choisi de traiter dès la troisième année de son existence : le n° 8 de 1978 portait en effet sur « la pénitence ». La prochaine réunion du synode des évêques, qui s'est proposé de parler de «la réconciliation et la pénitence dans la mission de l'Église », est pour nous un signe de l'urgence qu'il y a à aborder le même thème à nouveaux frais et, ce faisant, de contribuer à la réflexion de l'Église.

Mais s'agit-il bien du même thème ? N'est-ce pas déjà faire un choix grave que de préférer à la réconciliation en général la perspective plus restreinte du sacrement de réconciliation ? Car toute réconciliation n'est pas sacramentelle, le sacrement ne semblant pas capter intégralement la richesse de l'idée de réconciliation.

Page Titre Auteur(s)
5 Vers le sacrement du pardon Jean-yves LACOSTE
25 Une chance inouïe Bernard JOSAN
35 Consentir au miracle Françoise BRAGUE
54 La pénitence dans la vie monastique Une MONIALE D'OZON
69 Ignace de Loyola et la confession générale Pierre GERVAIS
84 La "radieuse tristesse" Silouane DE L'ATHOS

Communio : Se réconcilier avec le sacrement

Jean-Yves Lacoste : Vers le sacrement du pardon

La théologie des sacrements est en crise. Il serait difficile qu'il en fût autrement. Car, certes, les sacrements, comme gestes du Christ dans l'Église, n'ont pas à être théoriquement affectés par le naufrage de l'humanisme et l'incertitude nihiliste sur l'humanité de l'homme ; mais comme gestes humains qui prêtent leur visibilité au Seigneur présent dans le secret, ils sont liés au destin de l'homme, des symboles où l'homme se reconnaît chez soi, des pensées que l'homme a de soi.

Bernard Josan : Une chance inouïe

Le sacrement de pénitence est souvent attaqué, de biais ou de front. Des griefs nombreux sont accumulés contre lui, griefs pas toujours précis, mais rarement inefficaces, à la longue. Or, ce sacrement se trouve dans une situation originale par rapport aux autres sacrements : s'il est effectivement attaqué publiquement, il n'a pas de défenseurs — entendons-nous bien : il n'a pas, ne peut avoir de défenseurs publics.

Françoise Brague : Consentir au miracle

Au fond, je n'ai jamais aimé me confesser, et je m'y suis toujours traînée de force, m'obligeant à « faire mon devoir de chrétienne », ou me fixant des délais impératifs sous peine de privations diverses qui me coûtent beaucoup, comme la communion du dimanche. Étant donnée par ailleurs l'immense joie dont je suis si souvent inondée au sortir du confessionnal, et que je devrais toujours garder présente à l'esprit, j'aimerais tout d'abord me demander ici quelles sont les raisons de cette réticence.

Une moniale d'Ozon: La pénitence dans la vie monastique

Au visiteur de la cathédrale d'Amiens, le guide ne manque pas de faire remarquer, dans l'ornementation des célèbres stalles, « la confession d'une nonne ». À quoi donc pensait l'auteur de ce petit tableau ? Était-il intrigué par ce que pouvaient bien raconter au confesseur celles qui semblent à l'abri des grandes et violentes sollicitations du péché ? Voulait-il au contraire désabuser son public comme pour lui dire : elles font des péchés tout comme nous ?

Pierre Gervais, s.j. : Ignace de Loyola et la confession générale

Ce fut un des grands apports du Nouveau Rituel du Sacrement de réconciliation de situer résolument la démarche pénitentielle dans sa réalité proprement spirituelle, tant du côté du pénitent que de celui du confesseur.

Louis-Albert Lassus, o.p.  La «radieuse tristesse» — Silouane de l'Athos

Avant la grande épreuve que fut pour la sainte Église orthodoxe russe la Révolution d'octobre 1917, Dieu s'est empressé de susciter en son sein au cours du XIXe siècle et au début du XXe toute une pléiade de saints, moines, évêques, prêtres et laïcs, qui se dressent comme un grand signe d'espérance et comme autant d'icônes où le disciple de Jésus-Christ pourra toujours se découvrir ou se retrouver.

Se réconcilier avec le sacrement

Jean-Yves Lacoste fait justice de cette illusion en montrant que l'impression de rétrécissement du thème provient elle-même d'une vision rétrécie du sacrement. Si l'on redonne à celui-ci toute son ampleur, il apparaît comme le foyer vers lequel convergent, consciemment ou non, toutes les tentatives de l'homme pour aboutir à la réconciliation et à la paix. Celles-ci restent, au mieux, de beaux rêves ; au pire, elles justifient les cauchemars totalitaires,
tant qu'elles ne règnent d'abord entre Dieu et l'homme, et donc entre l'homme et lui-même. C'est de la paix avec soi-même que découle la paix avec le prochain. Au niveau humain, il n'y a pas de réconciliation définitive. Car il n'y a, déjà, pas de vrai homme. La figure de celui-ci nous est donnée dans le Christ. C'est en lui que se trouve la Paix. Le sacrement qui en actualise le pardon ne vient donc pas sacraliser la réconciliation humaine, il est le lieu où l'homme redevient humain, et donc capable de réconciliation.

Nous devons, s'il en est ainsi, considérer ce sacrement non comme un fardeau pénible, mais comme un cadeau merveilleux dont nous n'aurons jamais fini d'apprécier les richesses. La confession n'est pas un sacrement à sauver — ne serait-ce que parce que si c'est à nous, et pas à Dieu, de sauver, c'est mauvais signe... Elle est un sacrement pour nous sauver ; elle est un moyen pour Dieu de sauver l'homme. Le témoignage de Bernard Jozan redit la chance qu'a l'Église de posséder un tel trésor. [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 17

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La réconciliation - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger