La pénitence

N° 19 Septembre - Octobre 1978*

Karl Lehmann : Sommes-nous encore capables de nous convertir ?

Georges Chantraine : La vérité du sacrement de pénitence

La réconciliation ne vient au pécheur que du Dieu de Jésus-Christ ; et, comme tout autre don, elle ne peut lui venir que par l'Eglise, corps du Christ et aussi communauté des saints.

Problématique

José Lavaud : La pénitence, second baptême

La réconciliation avec Dieu et avec l'Eglise, la conversion à l'espérance pascale et l'effusion de l'Esprit font du sacre-ment de pénitence un second baptême. Aussi la tradition de l'Eglise a-t-elle situé dans le sillage du baptême la pénitence, comme remontée laborieuse à la source de la vie filiale, à travers l'épaisseur temporelle.

Christoph von Schönborn: Evangélisation, célébration et sacrement

Le nouvel Ordo paenitentiae a réservé l'absolution générale aux seuls cas de nécessité grave. Car l'évangélisation suffit à donner toute sa valeur à la célébration pénitentielle, sans qu'il faille en faire un sacrement. Ce sont bien la confession et l'absolution personnelles qui confèrent au sacrement de pénitence tout son sens, toute son efficacité — et aussi sa pleine dimension ecclésiale.

Jan Ambaum : Le sacrement dans la vie de pénitence

Le sacrement de pénitence, sous sa forme traditionnelle, demeure l'expression la plus signifiante pour l'homme de la miséricorde divine. Mais il faut redonner tout son sens à l'aveu et mieux marquer la solidarité de l'Eglise avec les pécheurs. Les formes extra-sacramentelles de pénitence permettent de réaliser que pénitence et foi sont inséparables et d'éviter que le sacrement soit isolé de l'activité pénitentielle qui édifie l'Eglise.

Intégration

Jean Mouton : De la pénitence comme l'un des beaux-arts ?

Il n'y a rien d'étonnant ce que des auteurs, même parfois peu ou mal croyants, aient abordé le thème de la pénitence : l'exigence de l'aveu et de la lucidité exerce sur tout écrivain une fascination aussi ambiguë que puissante.

John S. Maddux : La pénitence de Perceval

En voulant devenir un chevalier parfait, Perceval s'aveugle longtemps : il ignore Dieu et les autres, pour ne penser qu'a sa propre gloire. Il faudra qu'il se convertisse pour comprendre son péché et pour réaliser, en guise de péni-tence, l'idéal même de la chevalerie. C'est ici une manière de vivre dans le monde sous le regard de Dieu que, subtilement, Chrétien de Troyes semble bien présenter.

Attestations

Mgr Daniel Pezeril : Le prophétisme du pénitent

Dans le sacrement de pénitence, le prêtre reçoit pour ainsi dire autant que le pécheur : il accède presque expéri-mentalement au seul monde véritablement réel, celui de la grâce en travail sur les hommes.

Michel Gitton : La confession, aventure spirituelle

Au confessionnal, le prêtre est l'humble intendant du mystère du salut. C'est par l'étude et surtout la prière qu'il lui revient de se préparer à la rencontre du pénitent, qu'il aidera à percevoir l'exigeant et merveilleux projet de Dieu sur l'homme pécheur.

Signets

Henri de Lubac: Une grande espérance vient de m'envahir - Paul VI

Le 6 août dernier, le Pape Paul VI nous a quittés. Quelques semaines plus tôt, à l'occasion du quinzième anniversaire du Pontificat, le P. de Lubac publiait dans l'Osservatore Romano (édition française, 20 juin 1978, p. 1-2) l'article suivant, qu'il nous autorise à reproduire, et dont la disparition de Paul VI fait un hommage encore plus grand et plus éclairant.

Cardinal Joseph Ratzinger : Le christianisme sans peine — Etre chrétien de Hans Küng

Etre chrétien de Hans Küng repose sur nombre d'idées justes et offre des formulations séduisantes. Mais des simplifications excessives, la crainte de heurter les opinions « modernes » et la méfiance envers l'Eglise et la question de l'être font aboutir les meilleures intentions à un christia-nisme terne et « facile », qui n'est pas ce qu'attendent les hommes d'aujourd'hui.

Sommes-nous encore capables de nous convertir?

Karl Lehmann

La crise du sacrement de la pénitence couve depuis longtemps déjà.

Les raisons en sont multiples. Il y a eu, pour une part, les défauts de la pastorale : fausse angoisse devant le péché, manque d'éducation à l'aveu personnel (des adultes ou des vieillards utilisant des « examens de conscience » rédigés pour des enfants...), automatisme de l'absolution et de la pénitence à faire, entretien trop superficiel du prêtre avec le pénitent, etc. Mais beaucoup de choses se sont modifiées : l'angoisse devant le péché n'existe plus guère ; les confesseurs auraient plutôt tendance à minimiser le sérieux de l'aveu ; rentre-tien personnel a gagné en proximité humaine — bien qu'un dialogue excessivement étendu puisse aussi obscurcir les étapes et le but du par-don divin. On voit ici que les extrêmes se touchent, et que les problèmes « anciens. » sont loin d'être dépassés par l'évolution récente de la pratique. Si l'on ne lève pas ces vieilles hypothèques, aucune réforme du sacrement de pénitence ne réussira. Mais ne vouloir soigner que les symptômes extérieurs et repérables serait une erreur irréparable. Car les difficultés rencontrées ne signalent pas seulement une crise du sacre-ment : elles montrent plutôt que nous risquons de perdre un des sentiments fondamentaux de l'homme et du. chrétien : la capacité au repentir. [...]

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Henri de Lubac: Une grande espérance vient de m'envahir - Paul VI

Le 6 août dernier, le Pape Paul VI nous a quittés. Quelques semaines plus tôt, à l'occasion du quinzième anniversaire du Pontificat, le P. de Lubac publiait dans l'Osservatore Romano (édition française, 20 juin 1978, p. 1-2) l'article suivant, qu'il nous autorise à reproduire, et dont la disparition de Paul VI fait un hommage encore plus grand et plus éclairant.

Cardinal Joseph Ratzinger : Le christianisme sans peine — Etre chrétien de Hans Küng

Etre chrétien de Hans Küng repose sur nombre d'idées justes et offre des formulations séduisantes. Mais des simplifications excessives, la crainte de heurter les opinions « modernes » et la méfiance envers l'Eglise et la question de l'être font aboutir les meilleures intentions à un christia-nisme terne et « facile », qui n'est pas ce qu'attendent les hommes d'aujourd'hui.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 5

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La pénitence - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger