La Vie Consacrée

N° 175 Septembre - Décembre 2004*

La vie consacrée existe dans le christianisme depuis l’époque des Pères du désert ; approfondissement de la vie baptismale de tout chrétien, mise en lumière de son aspect eschatologique, elle est essentielle à la vie de l’Eglise.

Malgré les crises qu’elle a connues — dont la plus spectaculaire et sans doute la plus violente, celle des années 70, fait encore sentir ses effets — elle n’a jamais cessé de manifester sa créativité et sa capacité de répondre aux défis nouveaux qu’elle doit affronter. On veut ici rappeler ce qui la fonde théologiquement et attester de sa vitalité actuelle, comme le montrent, à côté des articles historiques et doctrinaux, un certain nombre de témoignages d’une lucide fidélité.

Page Titre Auteur(s)
7 Vie ecclésiale et liberté évangélique Guy BEDOUELLE
21 Théologie du voeu de religion Hans Urs VON BALTHASAR
35 La vie consacrée dans la communion de l'Eglise Peter HENRICI
43 Conseils évangéliques et don total de soi Jacques SERVAIS
61 Les Pères du désert aujourd’hui Gisbert GRESHAKE
75 Vie consacrée : de quelques difficultés actuelles François CASSINGENA
79 Vie consacrée: témoignage Suzanne ECK
91 Apophtegmes d’un novice au désert Xavier MORALÈS
101 Règle, Voeux et Vie de foi : réflexions sur la vie religieuse en Afrique Nazaire DIATA
117 L’apport de Thérèse de Lisieux à la réflexion sur le mystère de la compassion divine Jean CLAPIER
131 Le renard et les raisins du Paradis Christoph LUXENBERG
139 Questions autour du mariage homosexuel Tony ANATRELLA
155 Arte entre connaissance historique et idéologie Marie-Françoise BASLEZ
167 Mel Gibson au milieu des docteurs Guy BEDOUELLE
179 Lourdes, août 2004 Fabienne CLINQUART

Éditorial : Guy Bedouelle : Vie ecclésiale et liberté évangélique

Thème

Hans Urs von Balthasar : Théologie du voeu de religion

La notion de voeu, appliquée dès l’origine à l’offrande religieuse, trouve son plein sens dans la réponse de l’homme appelé par le Christ : il s’agit là d’un acte de donation de soi qui engage toute l’existence, résolution eschatologique irrévocable de suivre dans le Christ Dieu qui appelle à son oeuvre de salut. Une telle promesse ne peut être assumée que dans le cadre de l’Église fondée sur les apôtres et les prophètes.

Peter Henrici : La vie consacrée dans la communion de l’Église

La consécration à Dieu par un voeu ou par une promesse n’est qu’un déploiement de la consécration foncière du baptême ; l’appel universel à la sainteté dans l’Église est à l’oeuvre depuis les origines de celle-ci : il explique les formes prises au cours des diverses époques par la vie consacrée, toujours en union à l’Église, de la communauté primitive de Jérusalem jusqu’aux tentatives les plus récentes et les plus nouvelles.

Jacques Servais : Conseils évangéliques et don total de soi

L’obéissance, par laquelle l’homme, pour suivre le Christ, offre à Dieu ce qu’il a de plus précieux, de plus intime, sa volonté et sa liberté, est le principal des voeux qui définissent la vie consacrée, car il contient les deux autres et leur donne leur portée évangélique. Elle ne peut se comprendre que si on se rapporte à l’obéissance kénotique du Christ, qui « s’est dessaisi de sa vie pour ceux qu’il aime » (Jean 15-13) et qui « se fait obéissant jusqu’à la mort » (Philippiens 2, 8).

Gisbert Greshake : Les Pères du désert aujourd’hui

Paradoxalement, le désert tire sa fécondité de sa stérilité : il attire dès les origines anachorètes, puis monastères qui, en rupture avec le monde, viennent y trouver la présence de Dieu. Dans la continuité avec le passé, à travers maints transferts culturels et sociaux, sous l’inspiration de Charles de Foucauld et des communautés qui s’en réclament, c’est dans la ville qu’est vécue la spiritualité du désert, dans un monde apparemment déserté par Dieu.

Témoignages

François Cassingena : Vie consacrée : de quelques difficultés actuelles

Des communautés nombreuses où habitent des générations diverses et traversées de toutes les fragilités actuelles amènent à poser autrement la relation entre monastères et monde extérieur. C’est de la gratuité radicale que peut surgir la fécondité contemplative.

Suzanne Eck: Vie consacrée : témoignage

L’appel de Dieu est un mystère qui engage toute une vie et impose des choix, dont le recours à une communauté qui donne sens à la vocation et la soutient dans l’épreuve. C’est dans la liberté intérieure, fondée sur une confiance absolue dans l’amour de Dieu et sur une foi vivante nourrie par l’étude, que la vie consacrée d’une dominicaine trouve son équilibre, à l’écoute des grands maîtres spirituels que sont Tauler et Maître Eckart.

Xavier Moralès : Apophtegmes d’un novice au désert

Quelle est l’expérience d’un novice ? Il croyait la connaître par avance, et il a quelques surprises : tout donner à Dieu ne dispense pas de durer.

Nazaire Diatta : Règle, Voeux et Vie de foi : réflexions sur la vie religieuse en Afrique

La congrégation des Soeurs de Notre-dame de Guinée est vouée à l’apostolat missionnaire, plus particulièrement à la promotion humaine et chrétienne des femmes africaines, dans le cadre d’un Institut dont la Règle les aide à « suivre » Jésus par l’observance des trois voeux ; à ceci près que le voeu de chasteté pose question dans une Afrique traditionnellement attachée à la transmission de la vie. C’est une autre fécondité que les soeurs trouvent dans ce renoncement qui les rend totalement disponibles aux autres.

Signets

Jean Clapier : L’apport de Thérèse de Lisieux à la réflexion sur le mystère de la compassion divine

La vision christologique de Thérèse de Lisieux est marquée d’une note kénotique qui apparaît dans sa compréhension de l’amour divin qui, par pure gratuité, s’abaisse vers l’homme au point de mendier son adhésion... L’intuition de Thérèse lui permet d’approcher le mystère de la miséricorde et de la compassion divine, espérant, après sa mort, « participer à la miséricorde infinie du Seigneur ». Un choix des grands textes de Thérèse guide la réflexion et la méditation sur les abîmes mystérieux du « Dieu mendiant ».

Christoph Luxenberg : Le renard et les raisins du Paradis

Une lecture synchronique a permis au philologue de mesurer l’impact de l’araméen sur la langue du Coran, considérée jusqu’alors comme du pur arabe classique, ce qui modifie considérablement l’interprétation d’un texte « sacré », dont certains passages posent question.

À Temps et à contre-temps

Tony Anatrella : Questions autour du mariage homosexuel

Dans le débat actuel, ce n’est pas la personne de l’homosexuel qui est en cause, mais la tentative qui consiste à faire admettre que l’homosexualité peut participer  à la redéfinition du couple, du mariage et de la famille : objectif déraisonnable, voire incohérent. L’enjeu se situe dans les conséquences sociales de la revendication des homosexuels à vouloir se marier et adopter des enfants.

Marie-Françoise Baslez : Arte entre connaissance historique et idéologie

Dans la série présentée par Arte, «L’origine du christianisme », la visée idéologique ressort du montage, avec cette idée force que le christianisme s’est approprié le judaïsme. La référence au livre « Jésus après Jésus » permet de juger la méthode adoptée : au lieu d’une histoire des origines à travers des textes fondateurs, une démarche historiographique qui, mise à l’épreuve des faits, ne résiste pas à la révision rigoureuse qu’en donne l’article.

Guy Bedouelle : Mel Gibson au milieu des docteurs

Passée l’effervescence des débats suscités par La passion du Christ, la reprise du dossier permet d’en mesurer les enjeux : à travers uns revue de presse qui se fait l’écho des « docteurs » de tous horizons et des réactions du public aussi violentes que contrastées, l’article fait un bilan nuancé, non sans rappeler qu’il s’agit d’abord d’un film qui « échappe au manichéisme parce que Gibson donne au cinéma sa fonction d’incarnation, vivante et complexe ».

Fabienne Clinquart : Lourdes, août 2004

Vie ecclésiale et liberté évangélique

Guy Bedouelle

« Le supérieur : que demandez-vous ?

Le profès : la miséricorde de Dieu et la vôtre.»

Rituel de la profession dans l’ordre des Prêcheurs.

Près de vingt-cinq ans après le cahier de Communio sur les « Conseils évangéliques » (1981/4), notre revue se retourne en quelque sorte sur ce passé récent et se propose de faire le point sur la « vie consacrée ». Ce n’est pas que la doctrine ait changé, mais elle a été approfondie en particulier par le synode des évêques réuni en 1994, avec son message final, suivi de l’exhortation apostolique postsynodale Vita consecrata, du 25 mars 1996. C’est qu’en effet, après la crise qui a atteint de plein fouet les religieux dans les années 1970 dans les pays occidentaux, on a assisté en même temps à une véritable explosion de formes, d’initiatives, d’idées généreuses et pleines d’imagination, qui exigeaient de l’Église une réflexion, des précisions et des clarifications. Il fallait aussi une sorte de redéfinition de la place des consacrés dans le corps de l’Église puisqu’ils s’insèrent, non dans la structure hiérarchique, mais dans un approfondissement de la vocation baptismale. On peut dire, d’une manière très générale, que les pages de cet éditorial comme les articles de ce numéro, vont tenter de préciser comment la doctrine de l’Église catholique a opéré une reconnaissance de formes jugées plus aptes à incarner la vocation universelle à la sainteté, en faisant place à une expression plus large de la liberté évangélique. Il s’agit donc de tenir l’équilibre d’un paradoxe, si je puis dire : mettre l’accent sur l’aspect existentiel de la vie consacrée, tout en lui gardant une incarnation juridique ou du moins institutionnelle, la plus claire possible. Il faut procéder en plusieurs temps et la première chose à faire est de rappeler quelques distinctions, qui, [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Signets

Jean Clapier : L’apport de Thérèse de Lisieux à la réflexion sur le mystère de la compassion divine

La vision christologique de Thérèse de Lisieux est marquée d’une note kénotique qui apparaît dans sa compréhension de l’amour divin qui, par pure gratuité, s’abaisse vers l’homme au point de mendier son adhésion... L’intuition de Thérèse lui permet d’approcher le mystère de la miséricorde et de la compassion divine, espérant, après sa mort, « participer à la miséricorde infinie du Seigneur ». Un choix des grands textes de Thérèse guide la réflexion et la méditation sur les abîmes mystérieux du « Dieu mendiant ».

Christoph Luxenberg : Le renard et les raisins du Paradis

Une lecture synchronique a permis au philologue de mesurer l’impact de l’araméen sur la langue du Coran, considérée jusqu’alors comme du pur arabe classique, ce qui modifie considérablement l’interprétation d’un texte « sacré », dont certains passages posent question.

À Temps et à contre-temps

Tony Anatrella : Questions autour du mariage homosexuel

Dans le débat actuel, ce n’est pas la personne de l’homosexuel qui est en cause, mais la tentative qui consiste à faire admettre que l’homosexualité peut participer  à la redéfinition du couple, du mariage et de la famille : objectif déraisonnable, voire incohérent. L’enjeu se situe dans les conséquences sociales de la revendication des homosexuels à vouloir se marier et adopter des enfants.

Marie-Françoise Baslez : Arte entre connaissance historique et idéologie

Dans la série présentée par Arte, «L’origine du christianisme », la visée idéologique ressort du montage, avec cette idée force que le christianisme s’est approprié le judaïsme. La référence au livre « Jésus après Jésus » permet de juger la méthode adoptée : au lieu d’une histoire des origines à travers des textes fondateurs, une démarche historiographique qui, mise à l’épreuve des faits, ne résiste pas à la révision rigoureuse qu’en donne l’article.

Guy Bedouelle : Mel Gibson au milieu des docteurs

Passée l’effervescence des débats suscités par La passion du Christ, la reprise du dossier permet d’en mesurer les enjeux : à travers uns revue de presse qui se fait l’écho des « docteurs » de tous horizons et des réactions du public aussi violentes que contrastées, l’article fait un bilan nuancé, non sans rappeler qu’il s’agit d’abord d’un film qui « échappe au manichéisme parce que Gibson donne au cinéma sa fonction d’incarnation, vivante et complexe ».

Fabienne Clinquart : Lourdes, août 2004


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67 2.10 16.00 Stock: 20

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Vie Consacrée - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Le renard et les raisins du Paradis - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger