Un ordre public juste peut-il reposer sur la loi naturelle ?

M. Nicolas AUMONIER
Dieu et César - n°120 Juillet - Aout 1995 - Page n° 102

Un ordre juridique, politique, économique et social juste, ne peut reposer que sur le respect de la personne humaine, ainsi que sur la distinction, par la conscience, du bien et du mal.Tels sont les deux traits qui définissent la loi naturelle. Celle-ci apparaît comme la protection des droits fondamentaux de la personne face à tous les totalitarismes.

Comment un ordre public – juridique et politique – peut-il être juste sans être ni un pur idéal, ni un régime d'oppression ? Sur quoi doit-il être fondé pour être juste ? Sommes-nous tenus d'obéir à une loi civile qui s'opposerait à la loi morale ?

Nous examinerons d'abord le contenu que l'Église donne à la notion d'ordre public juste, puis essaierons de comprendre pourquoi celui-ci ne peut reposer que sur la loi naturelle enten-due comme respect, et, enfin, comment la loi naturelle est ce qui, concrètement, nous libère de tous les asservissements.

Qu'est-ce qu'un « ordre public juste » ?

La notion d'ordre public juste d'après « Dignitatis humanae »

L'expression figure à de nombreuses reprises dans la déclaration sur la liberté religieuse Dignitatis humanae. Un ordre public juste est défini par « le devoir essentiel pour tout pouvoir civil de protéger et de promouvoir les droits invio-lables de l'homme ». Parmi ceux-ci figurent l'égalité juri-dique de tous les citoyens, le droit de tout homme à pratiquer la religion de son choix, et l'obligation morale de respecter les droits d'autrui. [...]

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez téléchargement gratuitement ce numéro, le commander ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 3

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Dieu et César - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger