Péguy et la Révolution

Jean-marie PÉNY
La Révolution - n°83 Mai - Aout 1989 - Page n° 89

Pour Péguy, une révolution n'est pas une rupture, mais le rétablissement d'une continuité plus profonde, la résurgence de tout un peuple. Une révolution doit aller jusqu'au bout d'elle-même, jusqu'à la conversion.

Maurras disait, en 1941, à Massis à propos de Péguy: « Dans la mesure où cet illisible peut être lu, il est très dangereux, car sa tête est Révolution. ». L'instinct du vieux doctrinaire, adversaire irréconciliable de la République née de la Révolution française, ne le trompait pas, ni ses souvenirs d'avant 1914. C'est, d'ailleurs, Péguy lui-même qui proclame : « Je suis un bon républicain. Je suis un vieux révolutionnaire ». Cette déclaration n'est évidemment pas de l'« ardent et sombre et stupide jeune homme, dix-huit vingt ans... tout frais débarqué à Paris », évoqué dans Clio, qui n'a que trop servi à la lecture réactionnaire de Péguy, à ceux qui tiennent tant à découper en tranches l'homme et l'oeuvre, pour écarter l'ivraie des débuts socialistes et dreyfusards du bon grain qui s'est révélé plus tard, après l'affichage du nationalisme et le retour avoué au catholicisme (1907-1908).

La revendication de la Révolution par Péguy, qui vient d'être rappelée, est dans L'Argent suite (1913) : elle est donc de l'auteur de Notre Patrie (1905), du Mystère de la charité de Jeanne d'Arc (1910), du Porche du mystère de la deuxième vertu (1911).

La Révolution, pour Péguy, c'est la Révolution française, qu'il prend « en bloc », pour réutiliser l'expression de Clémenceau [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67€ 2.10% 16.00€ 20

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Révolution - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Aux origines religieuses de la devise républicaine - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger