La prière du chrétien

N° 60 Juillet - Aout 1985 - Page n° 4

M. Claude BRUAIRE La prière du chrétien

éditorial

La première page, 4, est jointe.

LE chrétien ne prie pas comme les autres ; il ne le peut. Non que sa parole soit limitée dans son acte, dans son énergie spirituelle ou dans l'invention des mots, mais parce qu'il prie un Dieu qui est lui-même, pour lui-même, Parole — une Parole qui exprime sans reste l'être divin.

Car il n'y a pas de chrétien sans la première leçon reçue de la Révélation : Dieu n'est pas le divin muet, l'absolu ineffable, inaccessible au langage, ou l'au-delà inexprimable du sens de ses propres paroles. Un tel Dieu ne saurait être prié, sinon par un rituel de mots préparant leur effacement en une lumière qui se confond avec la nuit. Si le verbe est au commencement, si en lui se donne absolument l'être en son origine, cela veut dire que le silence est athée, lui qui prétendrait imposer sa loi au divin. Telle est bien la joie de cette première leçon des «choses de Dieu » apprise de Dieu lui-même : sa parole le dit en vérité ; elle comble en vérité l'attente de l'esprit qui cherchait le Dieu inconnu et préjugeait de toute la force de son désir que ce n'était pas le Dieu inconnaissable.

Les mots et les actes du Christ expriment sans la condescen­dance de propos aléatoires, qui seraient une dérisoire pseudo-révélation, l'être du Fils, Fruit unique où passe toute la sève paternelle. Mots divins qui emportent l'être en sa parfaite expression. C'est bien pourquoi le Christ n'a rien d'autre à dire que le Père. C'est bien pourquoi, aussi, il n'a de secret propre que pour le prier, se rendre à lui en échange, manifestant en sa reddition amoureuse l'absolu don qu'il est lui-même en retour.

Le chrétien ne confesse l'adoption divine qui le constitue comme tel qu'en imitant par sa prière la prière du Christ. Jésus ne nous apprend Dieu qu'en nous apprenant à prier son Père,intégrant l'oblation filiale par laquelle il n'exprime en nous divinement la gloire de Dieu que par l'abnégation de lui-même. Ainsi le chrétien est bien comme un «petit Christ » quand sa prière est répons; action de grâce.

Recueillir tout notre être dans le secret, creuset de toute fer­veur pour une commune prière, c'est la conversion intimeDieu attend nos mots, au plus intérieur de notre esprit. Et cette conversion est la seule vérité du silence d'où se murmurent les premiers mots avec l'audace permise par le don de l'adoption. Le silence est pour la prière, non pour le prétendu «dépasse­ment » vers l'inconnu. Dès lors, la moindre prière contient tout notre esprit se donnant à Dieu. Don en retour du don que nous sommes, du don où le Créateur, avec l'infinie discrétion de sa générosité, s'était fait mystère de notre origine, anonymat du don de l'être.

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 5

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
L'humilité selon Saint Bernard - pdf 3.92 2.10 4.00 Ajouter au panier
La prière du chrétien - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger