Sauver la nature?

N° 272 Novembre - Décembre 2020 - Page n° 89

M. Fabrice HADJADJ Valeur et signification du blob

Si l'on en croit Laudato si', chaque créature a une valeur et une signification propre, parce qu'elle relève d'un projet d'amour de Dieu. Prenons donc une créature singulière, le blob, qui ressemble à une flaque de polenta vomie, et voyons sérieusement en quoi l'on peut reconnaître en lui un tel projet d'amour.

1 Pour la tradition judéo-chrétienne, dire “création”, c’est signifier plus que “nature”, parce qu’il y a un rapport avec un projet de l’amour de Dieu dans lequel chaque créature a une valeur et une signification. La nature s’entend d’habitude comme un système qui s’analyse, se comprend et se gère, mais la création peut seulement être comprise comme un don qui surgit de la main ouverte du Père de tous, comme une réalité illuminée par l’amour qui nous appelle à une communion universelle.

Ce que je voudrais faire, ce qui me semble beau, c’est vérifier la pertinence de ce paragraphe 76 de Laudato si’, non pas seulement au point de vue du concept, qui risque lui-même de s’enliser dans le « système qui s’analyse », mais à partir d’une créature choisie parmi les plus basses entre les vivants – un organisme unicellulaire, quoique visible à l’oeil nu, et qui ressemble à une tache d’un jaune pâteux, une moisissure gluante : le blob.

Le « projet de l’amour de Dieu » peut-il s’entrevoir dans un blob ? Et si cette créature particulière a « une valeur et une signification », quelle est, pour ainsi dire, la valeur de cette valeur et la signification de cette signification – en quoi déplace-t-elle, en rampant très lentement, le sens même de ces mots ?

2 Cette signification ne saurait se réduire à celle de l’intégration à un écosystème, laquelle relève encore justement du système et de la gestion de la « nature », conçue à la façon d’une machine en bonne marche ou de comptes bien équilibrés.

Dans Laudato si’, à plusieurs reprises, le pape parle du « paradigme technocratique » (n. 106-114). S’il s’agit d’un paradigme, il exerce une influence sur tous les modes de pensée contemporains, en dehors du domaine de la technologie, et donc y compris, je dirais même spécialement, sur l’écologie elle-même. La perception de la nature comme un grand Tout fait de rouages parfaitement huilés dont tous les voyants sont au vert, le projet d’un retour à la nature comme à un ensemble paisible et harmonieux qui nous arracherait au bruit et à la fureur de l’histoire, sont l’accomplissement le plus parfait du paradigme technocratique, puisque celui-ci s’y déploie le mieux en tant que paradigme, loin de son domaine d’origine. [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir les prochains numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 44

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Sauver la nature? - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
Florian Michel: Ecologie intégrale, écologie politique, christianisme- Remarques historiennes - pdf 3.43 2.10 3.50 Ajouter au panier
Rémi Brague: De la nature à la création , et retour - pdf 3.43 2.10 3.50 Ajouter au panier
Paul Colrat : Sauf la nature- De l'écologie à la sotériologie - pdf 3.43 2.10 3.50 Ajouter au panier
Jean-Luc Marion : Habiter notre terre - pdf 3.43 2.10 3.50 Ajouter au panier
Isabelle Rak : Quand la science nous apprend la patience - pdf 3.43 2.10 3.50 Ajouter au panier
Fabrice Hadjadj : Valeur et signification du blob - pdf 3.43 2.10 3.50 Ajouter au panier
Ivica Zizic : Exaudi orationem meam - La prière dans la musique d'Arvo Pärt - pdf 3.43 2.10 3.50 Ajouter au panier