La souffrance

N° 80 Novembre - Décembre 1988 - Page n° 111

Marc OZILOU L'anthropologie est-elle une christologie?

Marc OZILOU

En s'appuyant sur les œuvres de saint Bonaventure, de Rahner et de Balthasar, on montre que l'humanité du Christ n'est pas simplement celle de tout homme (« christianisme anonyme »), ni une humanité parfaite (comme celle de la Vierge) : en unissant notre humanité à la divinité, l'initiative absolue de l'Incarnation transcende ces possibilités et nous élève jusqu'à l'Absolu.

La première, 111, et la dernière page, 122, sont jointes.

Que signifie imiter le Christ ? Nous ne pourrions pas espérer vivre de la vie du vrai Dieu si celui-ci n'était aussi un vrai homme. Mais l'humanité du Christ n'est pas simplement celle de tout homme quelconque (une anthropologie «transcendantale »), ni même une humanité parfaite (comme celle de la Vierge immaculée) : en unissant l'humanité ? la divinité, l'Incarnation élève notre nature et transcende cette alternative. L'auteur s'efforce de résoudre cette question suscitée par la théologie contemporaine (dans le débat entre Karl Rahner et Hans-Urs von Balthasar), à partir d'une tradition spirituelle représentée ici par saint Bonaventure.

LORSQUE des hommes recherchent l'essence de l'homme, ils construisent une anthropologie ; or ils rencontrent, homme parmi les hommes, un homme nommé Jésus de Nazareth, qu'ils s'efforceront de comprendre et pourront définir selon les mêmes critères ; et cela, même si en tant que théologiens, ils s'efforcent conformément à leur foi de le définir comme « vrai homme» en même temps que « vrai Dieu ».

 

La difficulté d'une telle entreprise sera de ne pas ramener ce « vrai homme» à un « pur homme », et de ne pas identifier le «pur homme » à un « seulement homme », c'est-à-dire de ne pas le réduire à l'anthropologie. Car ramener « vrai homme» à « pur homme », c'est d'abord nous dire que le Christ est exempt de toute imperfection infra-humaine (condition animale) : capable de vie morale, et en même temps qu'il est exempt de tout péché, homme pur ou homme immaculé. Certes, cela est vrai, mais si nous en restions là, nous ne pourrions distinguer l'humanité parfaite de la Vierge immaculée de celle du Christ. De même, identifier « pur homme » à « seulement homme », c'est certes nous dire que le Christ est lié à nôtre condition historique, et non pas un « extra-terrestre » qui n'aurait pas à connaître

 

....

p.122 essentiellement comme un renoncement, mais comme la forme même du don d'amour, qui existe éternellement dans la Trinité, qui existe « comme » Trinité, où le Verbe se dépasse vers l'Esprit [[Hexameron 3, 7 (t. V, p. 344).]]. Le Christ reproduit dans l'histoire le mouvement éternel du « plus grand amour» [[Jean 15, 13.]] : la mort étant la forme et non le renoncement à toute forme, l'image expressive de l'Amour parfait dans notre histoire; forme libre et nécessaire au passage en Dieu : «Passons avec Jésus crucifié de ce monde au Père» [[ Itinerarium 7, 6 (t. V, p. 313).]]. C'est-à-dire : passons (comme « voyageur ») avec Jésus crucifié (« pur-homme ») de ce monde (en devenant « homme parfait ») au Père. «Haec est logica nostra» [[Hexameron 1, 30 (t. V, p. 334 b).]] .

Revue papier

La revue papier est épuisée , seul l'achat de pdf est disponible

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La souffrance - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger