Fonder une famille chrétienne

Frère Antonio SICARI
La seconde venue du Christ - n°219 Janvier - Avril 2012 - Page n° 139

La VIIe rencontre mondiale des familles se tiendra à Milan (28 mai-3 juin 2012), sous la présidence du pape Benoît XVI. C’est l’occasion pour notre revue de proposer une réflexion de fond sur le statut du couple homme-femme, sa dimension familiale et son enracinement dans la vie trinitaire. La dévaluation de la famille ne provient pas seulement des attaques de la société : elle tire aussi son origine de la difficulté que les chrétiens éprouvent à fonder la famille sur une anthropologie spécifique, d’origine biblique, et à en exprimer les principes fondamentaux – amour et procréation, fi délité, parentalité et filiation, virginité et donation – en termes trinitaires.

 

Le 17 avril 1994, Jean-Paul II, en visite dans une paroisse romaine, lançait à la face du monde une protestation véhémente : « Je repars au Vatican pour y prêcher, surtout pour y réciter la prière du Regina Coeli. Et puis aussi pour combattre un programme, un programme élaboré par les Nations Unies, qui veulent la destruction de la famille. Mon Dieu ! Nations Unies ! Je vous le dis en toute simplicité : revenez en vous-mêmes ! Réfl échissez et convertissez-vous ! Si vous êtes des Nations Unies, vous ne pouvez diviser, détruire ! ».

Peu après, au moment justement du Regina Coeli, le pape expliquait et motivait son accusation : « La famille n’est pas une institution que l’on puisse modifi er à loisir : la famille appartient au patrimoine le plus originel et sacré de l’humanité ! Elle vient avant même l’État, qui est tenu de la reconnaître et a le devoir de la protéger sur la base d’évidences éthiques et sociales que l’on peut aisément comprendre, et qu’il ne faut jamais négliger. Ce qui menace la famille en réalité est une menace pour l’homme... Il est urgent, aujourd’hui plus que jamais, de réagir contre des modèles de comportement qui sont le fruit d’une culture hédoniste et permissive, culture qui voit dans le don désintéressé de soi, le contrôle des instincts, le sens de la responsabilité, des notions relevant d’une époque désormais révolue. Je me pose la question : vers quel type de société va porter ce laxisme éthique ? N’y a-t-il pas déjà des symptômes préoccupants qui font craindre pour l’avenir de l’humanité ? »

Dix sept ans ont passé depuis : on ne peut dire que la situation se soit améliorée. Mais ce n’est point sur le plan social et politique que nous voulons insister ici. Nous voulons plutôt nous poser cette question : la faiblesse de beaucoup de chrétiens qui assistent sans trop réagir à la désagrégation [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
17.63€ 2.10% 18.00€ 29

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La seconde venue du Christ (en pdf) - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger