Il s’est anéanti

N° 242 Novembre - Décembre 2015*

« Il s'est anéanti lui-même » (Philippiens 2,7) : la « kénose » du Christ Jésus, « le même, hier, aujourd’hui et demain », n’a rien dissimulé de sa divinité. L’humiliation de la mort a signifié le comble de l’amour trinitaire. Ainsi le dépouillement du Crucifié annonce « l’Agneau égorgé depuis la fondation du monde » (Apocalypse), dont « la grandeur se laisse apercevoir dans la bassesse, sans déchoir de son élévation » (Grégoire de Nysse). Cet enseignement biblique, discuté dans des courants philosophiques modernes et contemporains,  recevra une expression théologique éclatante dans l’œuvre de Hans Urs von Balthasar.

 

Éditorial  Philippe Dockwiller  

Thème

Hans-Ulrich Weidemann : Celui « qui était dans la condition de Dieu »

Jean-Luc Marion : À partir de la Trinité

Pascal Ide : La kénose selon Balthasar –  Une notion centrale

Jean-Pierre Batut : La décision de kénose du Fils et l’obéissance filiale du chrétien

Peter Henrici : Dialectique ou amour ? La compréhension philosophique de la création du monde en tant que kénose

William C. Hackett : Une façon de penser kénotique – La « christologie sacrificielle » de Cyrille d’Alexandrie

Andrea Bellantone : Le don du sacrifice – Ou ce que la « kénose » peut dire aux philosophes

Emmanuel Gabellieri : Kénose, compassion et miséricorde chez Simone Weil


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 39

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Il s'est anéanti (en pdf téléchargeable) - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier