Cosmos et création

N° 77 Mai - Juin 1988 - Page n° 4

Jean-Robert ARMOGATHE M. Pierre JULG Le cosmos et son Créateur

éditorial

Le conflit entre science et foi, entre théorie de l'évolution et dogme de la création, est désormais bien dépassé. et avec lui les tentations symétriques du fidéisme et du concordisme.
Le débat peut porter sur les fondements de l'activité scientifique, et la foi que confessent les chrétiens en un Dieu créateur y est un stimulant.

Les deux premières pages de texte, 4 et 5, sont jointes.

L'EMERVEILLEMENT de l'homme devant l'univers, sa beauté et sa diversité, fait partie de l'expérience la plus ancienne. On en trouve la trace dans toutes les civilisations. Toutes les explications mythiques ou religieuses du monde et de son origine, les récits de la création, prennent leur source dans cet émerveillement. La Bible fait constamment référence à cette étonnante variété de la nature, à ce foisonnement d'êtres les plus divers, qui sont comme autant d'ornements inutiles au monde que Dieu crée pour le confier à l'homme. C'est par pure gratuité que Dieu crée les « grands serpents de mer » (Genèse 1, 21), ainsi que «Léviathan qu'il forma pour s'en rire » (Psaume 104, 26). Le Livre des Psaumes est rempli de cette louange cosmique : « Que tes oeuvres sont nombreuses, Seigneur, toutes avec sagesse tu les fis, la terre est remplie de ta richesse » (104, 24). « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l'oeuvre de tes mains, le firmament l'annonce» (19, 2). A la question « Pourquoi cette variété, cette surabondance dans l'oeuvre de Dieu ? », la Bible répond que Dieu a créé l'univers par sa Sagesse qui était auprès de lui au commencement de ses oeuvres (Proverbes, 8, 22-31), que toutes choses ont été créées dans le Verbe de Dieu (Jean 1, 3), dans le Fils éternel : « Image du Dieu invisible, premier-né de toutes créatures, c'est en lui qu'ont été créées toutes choses, dans les cieux et sur la terre... tout a été créé par lui et pour lui» (Colossiens 1, 15-16). Autrement dit, la diversité et la gratuité de l'oeuvre de la création trouve son origine dans la surabondance d'amour qui déborde de la vie intra-trinitaire du Créateur, de l'amour du Père pour son Fils, dans l'Esprit Saint. La richesse de la création répond à celle, plus grande encore, de la vie divine. Si l'oeuvre des six jours est le produit de la parole efficace et toute-puissante (p.4)de Dieu, cela signifie qu'il n'existe un cosmos que parce qu'il y a, en Dieu, un Logos, un Verbe [[Voir infra Hans-Urs von Balthasar, «Création et Trinité ». ]].

Le dogme de la création n'est pas un accessoire secondaire, mais un point essentiel de notre foi. L'annonce du salut a toujours présupposé la foi en un Dieu créateur. Car sans la création, il n'y a pas de dessein de Dieu sur l'homme, et l'histoire de la Rédemption n'a plus de sens. Et cela ne concerne pas seulement la création de l'homme : celui-ci n'est pas seul face à Dieu, le reste de la création — le cosmos, mais aussi les anges — participe au drame du salut, et pas seulement comme un décor. Saint Paul évoque la « création en attente, qui aspire à la révélation des fils de Dieu,... gémissant dans le travail d'enfantement » (Romains 8, 19.22), et contemple « le mystère de la volonté » de Dieu, « ce dessein bienveillant qu'il avait formé en lui par avance, pour le réaliser quand les temps seraient accomplis : ramener toutes choses sous un seul chef, le Christ, les êtres célestes comme les terrestres » (Ephésiens 1, 9-10). Et comme pour anticiper cette récapitulation finale, l'Église, nouvelle création, intègre les éléments naturels à l'oeuvre rédemptrice : dans les sacrements, l'eau, l'huile, le pain et le vin, ces dons de Dieu déjà célébrés par le psalmiste, deviennent, par la grâce de Dieu, instruments du salut. Plus généralement, la liturgie utilise abondamment toutes les ressources de la nature — telles le feu, l'encens, l'or et le matériau de tous les objets et vêtements liturgiques, ou le son dans la musique sacrée —, restituant ainsi au cosmos sa vocation originelle, qui est de chanter la gloire de Dieu.

C'est pourquoi ce serait une grave erreur de gommer le dogme de la création de la doctrine chrétienne. Et cela concerne en premier lieu la catéchèse, où la tentation est grande aujourd'hui de ne faire du premier chapitre de la Genèse qu'un appendice à l'histoire du peuple juif. Il est d'autant plus urgent de développer une catéchèse de la création que notre monde est en grande partie dominé par la science qui tient elle aussi un discours sur le cosmos, de nature différente, mais qui est souvent apparu comme opposé au discours chrétien. Alors que le conflit, notamment au sujet de l'évolution, s'est heureusement calmé, il faudrait aujourd'hui remplacer la coexistence pacifique par un débat constructif entre science et théologie [[Voir infra Christoph Schönborn, « Pour une catéchèse de la création ».]]. (p.5)

.........

Jean-Robert ARMOGATHE et Béatrice JOYEUX-PRUNEL

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 1

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Cosmos et création - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger