Violence et religions

N° 251 Mai - Aout 2017 - Page n° 101

M. Rémi BRAGUE Les livres sacrés, violents ?

Dans les livres sacrés des trois religions juive, chrétienne et musulmane, la violence est présente soit comme l’objet d’un récit historique, soit comme celui d’un souhait, soit comme un commandement émis par Dieu. Il convient de bien distinguer ces modes très hétérogènes, sous peine de s’exposer à de graves contresens.

 

La violence exercée au nom de telle ou telle religion peut-elle s’appuyer sur les textes fondateurs de celle-ci ? Je me limiterai ici aux documents faisant autorité et unanimement acceptés par une ou plusieurs de ce que l’on appelle les « trois religions monothéistes », terme à mon avis inadéquat, mais que je conserve ici pour faire simple. 

On répète, quasiment en boucle, qu’ « il y a » de la violence dans les textes sacrés. Je ne me satisferai pas d’une formule aussi vague que celle qui affirme une simple présence. Elle ne saurait qu’alimenter la paresse intellectuelle et empêcher l’enquête précise à laquelle il conviendrait pourtant de se livrer. Il faut en effet distinguer avec soin de quel genre d’énoncé la violence est l’objet. Esquissons-en une typologie. Je prendrai comme fil conducteur trois facultés de l’âme : mémoire, imagination, volonté. Elles correspondent d’ailleurs aux trois dimensions du temps : passé, futur et présent.

1. Typologie

1.1 La violence peut d’abord être racontée

Elle peut être l’objet 

  1. d’une histoire, rapportant des événements censés avoir eu lieu. C’est le cas des massacres liés à la conquête de Canaan dans le livre de Josué. Les habitants de certaines villes sont censés avoir été passés jusqu’au dernier au fil de l’épée, y compris femmes et enfants — et même les animaux.

Dans le Pentateuque, les lévites, consacrés au culte exclusif du Dieu d’Israël, tuent jusqu’à leur frère ou leur fils, si ceux-ci ont servi le veau d’or (Exode 32, 27-28).

On peut citer encore la scène du mont Carmel. Les prêtres de Baal y font la preuve de l’inefficacité de leurs invocations pour obtenir la pluie, et sont égorgés par le prophète Élie (1 Rois 18, 20-40). L’histoire du roi Jéhu est une série de meurtres et de massacres, dont à nouveau celui de prêtres de Baal (2 Rois 9-10).

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
19.59 2.10 20.00 Stock: 39

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Violence et religions en pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
Violence et religions - Couvertures - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger