« Dix ans après » : la liberté à l’épreuve de la maturité

Madame Béatrice GUILLON
Éduquer à la liberté - n°254 Novembre - Décembre 2017 - Page n° 53

Si l’éducation à la liberté est souvent reconnue comme un enjeu majeur de la formation de la jeunesse, il n’en demeure pas moins vrai que la liberté est un apprentissage qui concerne tous les âges de la vie. La phénoménologie de la liberté qu’a énoncée Albert Chapelle, fruit de son expérience et de sa réflexion sur les Exercices Spirituels de saint Ignace, souligne la spécifcité de la liberté chrétienne, celle des Fils de Dieu qui, dans l’expérience de la miséricorde divine, s’éprouve dans sa carence originelle tout en advenant à elle-même en plénitude pour se trouver chez elle en Dieu.

 

L’éducation à la liberté est communément considérée comme un enjeu de l’éducation de la jeunesse au regard des défis de l’engagement auquel elle sera tôt ou tard confrontée. Il n’en demeure pas moins que la liberté est un apprentissage de tous les jours, une force jamais acquise pour toujours et qui résulte finalement de l’expérience vécue. 

Voilà pourquoi l’épaisseur du temps, de l’histoire personnelle, constitue une forme d’éducation à la liberté que saint Ignace a offerte à l'Église par les Exercices spirituels et dont Albert Chapelle1 a fait une relecture décisive par la mise en lumière d’une phénoménologie de la liberté spirituelle2.

Cette éducation à la liberté ne s’adresse ni à un enfant, ni même à un jeune mais à l’adulte qui peut déjà dire : « Il y a dix ans… ». Car la capacité à énoncer une parole sur l’expérience vécue fait partie de l’apprentissage de la liberté. 

En effet, « dix ans après », il est possible d’appréhender la béance intérieure de l’être spirituel qui n’a pas su être libre et demeure toujours éternellement appelé à la liberté. Comment donc comprendre cet itinéraire spirituel de la liberté défaillante, chemin de libération et voie vers l’authentique liberté ? N’est-ce pas simplement manifester au grand jour la tension qu’exprime saint Paul dans l’épître aux Galates :  « C’est pour que nous restions libres que le Christ nous a libérés3 » (Galates 5, 1). Si nous étions vraiment libres, pourquoi aurions-nous besoin d’un libérateur ? Et pourtant, ne sommes-nous pas réellement libres puisque saint Paul ne parle pas de devenir libre mais de le demeurer ? 

Albert Chapelle a su énoncer cet itinéraire spirituel d’une liberté déjà donnée mais qui s’éprouve pourtant dans la carence d’elle-même. Il s’inscrit en cela dans la Tradition puisque saint Augustin, au vif de la querelle [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1 Albert Chapelle (1929-2003), prêtre de la Compagnie de Jésus de la Province de Belgique, philosophe et théologien. Il fut le fondateur de l’Institut d’Études Théologiques à Bruxelles et ami du cardinal Lustiger.

2 A. Chapelle, Les Fondements de l’éthique. La Symbolique de l’action, collection I.E.T, Éditions de l’Institut d’Études théologiques, Bruxelles, 1987.

3 Traduction de la Bible de Jérusalem.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71€ 2.10% 14.00€ 32

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Eduquer à la liberté - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Eduquer à la liberté - Couverture - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger