Il n'y a plus l'homme et la femme »

Anne-Marie PELLETIER
Homme et femme il les créa - n°106 Mars - Avril 1993 - Page n° 35

Correctement comprise, la célèbre déclaration de la Lettre aux Galates ne veut nullement énoncer le « dépassement » de la différence homme-femme. Saint Paul y annonce bien plutôt la sortie de la logique du péché où l'homme et la femme sont dans une relation de concurrence, de domination et de séduction. Loin de supprimer leur altérité, le salut apporté par le Christ rend l'homme et la femme à leur identité et leur vocation premières : il y a enfin l'homme et la femme.

Dans les débats contemporains relatifs à la place et à la vocation de la femme, tout comme dans les travaux exégétiques qui s'y rapportent, les textes pauliniens sont fréquemment tenus pour une écharde plantée dans les Écritures. Que faire aujourd'hui de déclarations qui appellent les femmes à la soumission ou qui les exhortent à une discrétion qui sert trop bien les intérêts de pouvoirs abusifs pour ne pas être suspecte ? D'où le recours systématique à l'argument culturel : Paul, parlant de la femme dans le chapitre II de la première Lettre aux Corinthiens ou du mariage dans le chapitre 5 de celle aux Éphésiens, se montrerait simplement homme de son temps, héritier de représentations rabbiniques et grecques massivement défavorables aux femmes, réagissant aux problèmes qui lui sont soumis en ce domaine à partir des conventions de son milieu. D'où il suit que rien n'obligerait évidemment aujourd'hui à tenir pour parole d'autorité des propositions ainsi marquées par la contingence culturelle et par le préjugé. On ajoute éventuellement qu'un texte échappe à cette logique. C'est celui de la Lettre aux Galates où Paul déclare : «... Il n'y a plus ni Juif, ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni homme libre, il n'y a plus l'homme et la femme.» « Coup de tonnerre dans le ciel du monde antique » déclare à propos de cette phrase un commentaire récent. qui y lit l'affirmation de l'égalité parfaite entre l'homme et la femme, tout en ajoutant qu'il s'agit là, de toute façon, d'un texte d'exception dans le corpus paulinien, puisqu'il consent à dénoncer des clivages sociaux injustes, dont Paul s'accommode en revanche ailleurs.

Pourtant, lue en ce sens, parée de toute la générosité dont on la crédite, la phrase de la Lettre aux Galates peut laisser perplexe. Il ne suffit pas de déclarer dans une épître que l'esclave ne l'est plus. Ni d'annuler verbalement la différence entre l'homme et la femme. On sait même combien la dénégation est un procédé dangereux. Abrité derrière l'idée qu'il n'y a plus ni Juif, ni Grec, on peut surmonter tout à loisir l'antagonisme... en supprimant simplement l'un des deux termes, manière sommaire, mais attestée dans l'histoire de la relation entre les chrétiens et Israël. De même, déclarer qu'il n'y a ni homme ni femme peut constituer une subtile et efficace manière de déposséder chacun en éliminant l'altérité à partir de laquelle se construisent les identités. Ruse ultime d'une longue histoire qui ne rétablit nulle justice, même si saint Paul, lu dans cette perspective, se retrouve aux côtés du féminisme contemporain déclarant, selon une formule désormais célèbre, que « l'un est l'autre ». [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


Revue papier

La revue papier est épuisée , seul l'achat de pdf est disponible

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Homme et femme il les créa - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Vingt ans après: un nouvel envoi - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger