Le Christ

N° 130 Mars - Juin 1997*

Éditorial: Cardinal Pierre Eyt : Une christologie qui nous livre au Christ

Comment dire le Christ aujourd'hui après les efforts du passé pour le situer dans l'histoire et scruter le mystère de sa Personne? C'est vers la reconnaissance de l'unicité irréductible de la figure du Fils éternel fait homme, vers la contemplation de « l'âme même du Christ » que doit s'orienter une christologie soucieuse de « livrer au Christ » une communauté appelée à devenir le « nouveau peuple de Dieu».

Présentation

Georges Chantraine : Le Christ hier et aujourd'hui

Demeurant à l'intérieur de la confession du Christ, qui perçoit jusqu'à son refus, comment connaître le Seigneur Jésus si, par principe, on sépare le Jésus de l'histoire et le Christ de la foi? Comment développer la christologie dans le dialogue avec les religions non chrétiennes, à l'intérieur de l'Alliance Nouvelle qui ne se sépare pas de l'Ancienne Alliance? En se fondant sur le dogme christologique, comment réfléchir aux questions de l'être et du devenir, de la conscience de Jésus et de l'engagement du Dieu trinitaire dans l'histoire humaine?

Jésus est le Christ

Adalbert Rebic: La promesse et la préparation de la rédemption dans l'Ancien Testament

Si l'idée de rédemption apparaît bien dans l'Ancien Testament, quelle forme prend-t-elle et peut-on y voir une annonce du salut donné par le Christ? Le terme de rachat revient souvent dans les textes, mais pour désigner la délivrance de toute oppression temporelle, action salvifique de Dieu dont la sortie d'Égypte est le paradigme. C'est seulement dans Isaïe qu'apparaît la figure d'un Messie qui, par sa souffrance, rachète l'humanité du péché.

Roch Kereszty : La place du Jésus de l'histoire dans la théologie

Le fait que Jésus lui-même n'ait pas écrit une seule ligne mais ne peut être connu que par le témoignage de ses disciples, fait ressortir le lien indisso-luble entre la foi personnelle et la foi de l'Église. La foi de chacun en Jésus repose sur le témoignage de l'Église apostolique et, inversement, la foi en Jésus-Christ mène à reconnaître son Église comme le lieu où sont véri-tablement compris et intégrés son enseignement et le mystère de sa per-sonne.

Michaël Figura: Rencontrer le Christ dans l'Église

Bien que certains chrétiens considèrent l'Église comme un obstacle à la rencontre du Christ, ce n'est que par elle et en elle que nous pouvons le connaître et le recevoir. Par la liturgie, les sacrements, la prière, la prédica-tion, l'Église nous fait entrer dans la communion éternelle du Dieu Trinité. Demeurer en elle, c'est demeurer et persévérer dans l'amour même du Christ.

Franciszek Mickiewicz: Le règne de Jésus-Christ, éternel et universel

La prédication du Christ est centrée sur l'avènement de son Royaume. Mais sa royauté n'est pas de ce monde, comme en témoignent les outrages subis lors de sa Passion. Par sa suprême obéissance, il reçoit du Père « tout pouvoir au ciel et sur la terre », c'est-à-dire la royauté eschatologique annoncée dans l'Apocalypse. Dans le monde présent, c'est dans et par l'Église que se construit le Royaume des cieux, dans l'attente de sa communion parfaite avec le Seigneur de gloire.

Pour nous et pour notre salut

Alberto Espezel: Le mystère pascal au coeur de la média-tion du Christ

La médiation du Christ qui échange sa place pour la nôtre, en assumant nos péchés, révèle et communique l'Amour éternel du Dieu trinitaire pour les hommes. Cette logique de l'incarnation, en insistant sur la substitution, remet en cause la thèse de Rahner pour qui Dieu, en vertu de son immuta-bilité, est depuis toujours réconcilié avec les hommes : ainsi Jésus donne-t-il sa vie en leur faveur et non à leur place. Peut-on considérer les théologies contemporaines, dont celle de Balthasar, comme le complément nécessaire à la vision de Rahner?

Antoine Birot: « C'était Dieu qui, dans le Christ, se réconci-liait le monde. » (2 Corinthiens, 5, 19)

Que voulons-nous dire, lorsque nous affirmons que le Christ est mort « pour nous »? Que Dieu est solidaire des hommes ? Ou plutôt que le Père nous a donné son Fils? Qu'il subit la peine due pour nos péchés? Ou que le Messie se livre à la place des pécheurs ? A la suite de H.U. von Balthasar, l'A. discute et reprend toutes ces interprétations. Il montre enfin que les ténèbres du péché sont pour le Christ la contradiction suprême et impensable.

Alberto Espezel: Filiation et Expiation

L'expiation est le mode d'être fils dans un monde de péché. Elle concerne le croyant par l'intermédiaire de la volonté du Christ d'être Fils par le Père, et de la volonté du Père d'être Père pour le Fils. Par l'expiation du croyant, les Personnes divines montrent qu'elles sont en lui et pour lui totalement Père et totalement Fils dans l'unité de l'Esprit-Saint.

C'est le Christ qui vit en moi

Michel Dupuy: Sur la terre comme au ciel

L'homme est-il au centre de la création ? Telle est la question essentielle pour Bérulle. Il répond en se fondant sur l'incarnation : le Fils de Dieu fait homme est au centre de l'univers. Par là-même il confère à l'homme sa dignité, le sen-timent qu'il a de sa propre excellence. C' est sur la foi en l' homme Jésus que se fonde notre foi en l'homme. Et de même que Jésus est centre de l'univers, de même notre vie personnelle doit avoir Jésus pour centre.

Agnès Antoine : Le signe de Jonas : comment dire la résurrection ?

Comment comprendre le signe de Jonas évoqué dans l'Évangile de Matthieu? A travers la figure du prophète récalcitrant, englouti puis sauvé par la miséricorde divine, Irénée voit se déployer toute l'économie du salut : tel Jonas, l'homme est tiré des profondeurs du péché pour renaître, par l'action du Fils de Dieu mort et ressuscité. Un tel signe ne garde-t-il pas toute son actualité lorsqu'il appelle l'humanité à s'arracher aux oeuvres de mort pour vivre de la vie du Christ?

Xavier Tilliette : Le Christ de la philosophie et le Christ de la poésie

Quatre poètes de l'autre versant – tel est le titre du livre que O. Gonzalez de Cardedal consacre à Miguel de Unamuno, Jean-Paul Richter, Antonio Machado et Oscar Wilde. Ils font signe à l'Église. A nous de les écouter. O. Gonzalez de Cardedal montre, à la suite du cardinal von Balthasar, que sans les poètes, les modèles et le Christ à leur tête perdraient beaucoup de leur attrait.

Michel Henry : Archi-Christologie

La lecture de saint Jean faite ici par Michel Henry n'est pas celle d'un théologien, c'est celle d'un philosophe. Elle s'efforce de donner toute leur rigueur aux paroles inouïes que le Christ prononce sur lui-même : avant qu'Abraham fût, moi je suis, C'est de Dieu que je viens, C'est moi la vérité. Michel Henry nomme archi-christologie ce discours par lequel le Christ affirme la condition qui est la sienne, qui implique de dépasser la question de l'authenticité pour poser celle de la vérité. Quelle sorte de vérité est cette vérité que le Christ est? C'est la Vie. Pour le Christ, accomplir l'oeuvre de la révélation, c'est accomplir l'oeuvre de la Vérité en tant qu'elle est la Vie, soit, selon saint Jean, témoigner. Ce dont le Christ témoigne, c'est de l'intériorité réciproque du Père et du Fils, que la révéla-tion étend de façon stupéfiante à tous les hommes. Ainsi le christianisme ne comprend plus l'homme à partir du monde, mais met au jour l'unique possibilité pour cet homme de dire « moi » : se concevoir comme fils de Dieu. L'élucidation phénoménologique de la Vie permet de comprendre l'être de l'homme comme fils dans le Fils.

Dossier : L'année du Christ

Joseph Doré : L'Église de France invitée à préparer le Grand Jubilé 2000

Le Grand Jubilé n'a d'autre sens que de renouveler l'Église (et, autant que possible, chacun de ses membres) dans son appartenance au Christ Seigneur et Sauveur.

Communio: Pour connaître Jésus-Christ

Questions pour des groupes de réflexion.

Signet

Jean Duchesne : Amour de la vérité ou vérité de l'amour. Les mystères du roman policier

Dans le roman policier, le christianisme trouve un terrain favorable on peut se développer la perception, non seulement du mal et de la vérité, mais encore de la rédemption et de la grâce. Chez Father Brown et ses héritiers, la charité du Christ donne accès à une vérité que ni la police ni même la justice ne peuvent découvrir.

Une christologie qui nous livre au Christ

Cardinal Pierre Eyt

Telle est cette grande et magnifique prière que le Sauveur adresse pour nous à son Père: que nous soyons avec lui là où il sera, et que nous contem-plions sa gloire; qu'il nous aime comme il est aimé du Père; qu'il nous donne la même gloire que lui-même reçoit du Père, nous faisant tous une seule chose, pour que désormais nous ne restions plus multiples, mais que tous nous soyons un, unis ensemble à la divinité et participant à la gloire du Royaume: non certes par une sorte de mélange en une seule substance, mais par la perfection de la vertu arrivée à son comble. Qu'ainsi devenus parfaits en toute vertu, nous soyons ensemble unis à la lumière sans déclin de la divinité paternelle; devenus nous-mêmes lumière à cause de notre union avec elle; devenus Fils de Dieu, par participation au Fils unique, dont les rayons et les splendeurs nous sont communiqués. Eusèbe de Césarée, Sur la théologie de l'Église, PG 24, 1042-1043

« Contemplez cette face, autrefois les délices, main-tenant l'horreur des yeux; regardez cet homme que Pilate vous présente. Le voilà, le voilà, cet homme de douleurs : « Ecce homo, ecce homo » : « Voilà l'homme ! ». Eh ! Qui est-ce? un homme ou un ver de terre? Est-ce un homme vivant, ou bien une victime écorchée? On vous le dit: c'est un homme : « Ecce homo » : « Voilà l'homme » (...) Voilà l'homme qu'il nous fallait pour expier nos iniquités : il nous fallait un homme défiguré, pour reformer en nous l'image de Dieu que nos crimes avaient effacée: il nous fallait cet homme tout couvert de plaies, afin de guérir les nôtres ». Bossuet, Carême des Minimes, pour le Vendredi Saint 1660, OEuvres oratoires, abbé Lebarcq éd., Lille-Paris, 1896, t. III, p. 376.

L'étude de la christologie est incompatible avec la polémique, même si l'histoire en ce domaine fourmille de controverses pas-sionnées. Il n'en reste pas moins qu'un programme de christologie doit satisfaire à certaines exigences postulées par l'objet même de l'étude ainsi que par la finalité ecclésiale d'une telle recherche. Dès lors, même si toute polémique est à bannir, il n'est pas inattendu que des appels fraternels puissent se faire entendre.

Par de nombreux numéros, Communio a contribué courageusement et sereinement à la mise en oeuvre progressive et col-lective d'un programme de christologie. La direction de la revue m'a demandé d'y prendre une part bien tardive. Je souhaite répondre à cette invitation en essayant d'exprimer comment s'est profilé mon propre itinéraire en christologie. Je puise donc dans mon expérience de lecteur, mais surtout de prédicateur, d'animateur de sessions pastorales, d'interlocuteur dans des conversations avec des séminaristes et des professeurs de sémi-naires, des laïcs ; je me réfère aussi à des dialogues avec des auteurs de livres ayant le Christ pour thème principal.

Je me souviens du grand intérêt que présenta pour moi, il y a trente ans environ, la présentation d'une christologie se proposant essentiellement comme le point d'aboutissement de l'Ancien Testament en même temps que comme le point de départ et la « cellule germinative » de l'Eglise. Cette perspective s'inscrivait dans la recherche de catégories bibliques communes à l'Ancien Testament, à la description de la personne de Jésus dans son contexte historique, à la vocation et à la mission de l'Église.[...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Jean Duchesne : Amour de la vérité ou vérité de l'amour. Les mystères du roman policier

Dans le roman policier, le christianisme trouve un terrain favorable on peut se développer la perception, non seulement du mal et de la vérité, mais encore de la rédemption et de la grâce. Chez Father Brown et ses héritiers, la charité du Christ donne accès à une vérité que ni la police ni même la justice ne peuvent découvrir.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67 2.10 16.00 Stock: 22

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Le Christ - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger