Les Eglises orientales

N° 104 Novembre - Décembre 1992*

Éditorial : Marie-Hélène Congourdeau : Catholique et romaine

L'Église fondée par le Christ est catholique : universelle. Elle est romaine, parce que l'Église de Rome, fondée sur le tombeau de Pierre, est la garantie de la communion des Églises. Mais l'Église catholique ne se limite pas à l'Église latine. Il est indispensable que les Églises orientales en fassent partie, que leur communion avec Rome soit effective ou « en espérance ».

Questions

Paul Mc Partlan : Sur les durs chemins de l'unité

Le concile Vatican II a ouvert une ère d'intenses discussions entre les Églises catholiques et orthodoxes, en vue de l'unité. Malgré les conflits et les doutes, une dynamique est en cours, qui prépare le terrain à l'action de l'Esprit saint.

Nicolas Bux - Kegham Abgar : Oui sont les Églises orientales ?

Le lecteur de Communio qui ne lirait pas attentivement ces descriptions très résumées de neuf Églises orientales ne comprendrait pas grand-chose à la perspective du numéro. Un tableau schématique, à la suite de l'article, étend encore cette description.

François Rouleau : L'aigle bicéphale et les deux glaives

Au coeur des divergences entre Rome et Constantinople se trouve la conception des relations entre l'État et l'Église. A Byzance, ils sont en symphonie, alors que l'Occident les sépare. L'absolutisme oriental (impérial puis soviétique) et le libéralisme occidental sont issus de ces deux conceptions. Il ne s'agit pas de juger mais de prendre conscience de ces différences culturelles, pour rejoindre ensuite le terrain de la foi, où les divergences apparaissent comme secondaires.

Faits et arguments

André de Halleux : Les Églises non chalcédoniennes

Le refus des définitions christologiques de Chalcédoine a poussé certaines Églises à se séparer des autres. On s'aperçoit aujourd'hui que les divergences tenaient plutôt à des facteurs culturels que proprement théologiques : il ne faut pas confondre les formules dogmatiques avec les vérités de foi qu'elles ne font qu'exprimer.

Kegham Abgar : La tradition arabe chrétienne

L'Occident ne s'en doute même pas : Il existe douze millions de chrétiens de langue arabe, témoins fidèles de la foi chrétienne devant l'islam, intermédiaires indispensables de tout dialogue islamochrétien dans leur région, voisins de l'Afrique qui va entrer en synode.

Emmanuel Lanne : Les Églises orientales catholiques :pont ou mur ?

 Pour les catholiques, les Églises orientales catholiques sont un pont entre l'Église catholique et l'Église orthodoxe. Pour les orthodoxes, elles sont un symbole vivant du prosélytisme catholique et constituent le principal obstacle à la réconciliation. Dans le nouveau contexte oecuménique, comment sortir de l'impasse ?

Yves Hamant : Les catholiques et la Russie après la perestroïka

La fin du communisme a entraîné dans l'ancien Empire soviétique la renaissance des Églises gréco-catholiques après cinquante ans de clandestinité. Cette renaissance a engendré des heurts avec l'Église orthodoxe russe. Il est urgent de dépasser les polémiques et les malentendus, de reconnaître torts et maladresses réciproques et d'oeuvrer ensemble (Latins, Gréco-catholiques et orthodoxes) à l'évangélisation d'un monde déchristianisé.

Témoignages

Jacqueline de Proyart : À l'Est, jalons vers l'unité

La distinction opérée par Soloviev entre romanité, ou reconnaissance du Siège apostolique de Rome comme centre de l'Église universelle, et latinité ou forme particulière d'incarnation de l'Église divine du Christ est le coeur du problème. La solution n'existe que dans l'esprit d'humilité et de pardon mutuel.

Didier Rance : La résurrection de l'Église catholique d'Ukraine : un problème ou une chance ?

Après presque un siècle de persécution, l'Église catholique d'Ukraine renaît. Les souffrances passées risquent de raviver les conflits entre catholiques et orthodoxes et d'être un obstacle à l'oecuménisme. Il faut donc, à la fois, faire la vérité, reconnaître les torts de chacun, et chercher dans le sang des martyrs la force du pardon.

Heinrich Pfeiffer : Les icônes d'Occident

L'Occident a connu un art de l'icône influencé par Byzance, mais la « manière grecque » a été abandonnée au XIII. siècle sous l'effet d'une nouvelle conception de l'art. Cependant, l'art de l'icône est de nouveau recherché à notre époque. Saura-t-il retourner à ses sources pour se renouveler ?

Peter Levi : Dieu est descendu...

Dans un recueil austère de poèmes, Shadow and Bone, jaillit ce chant lumineux de l'incarnation du Christ, kénose de Dieu. Au soir de son âge, le coeur dénudé du poète exulte, comme celui des bergers autrefois.

Catholique et romaine

Marie-Hélène Congourdeau

« La sainte Église, en effet, bien que diverse dans la multiplicité des personnes, est unifiée par le feu de l'Esprit saint. Aussi bien si, matériellement, elle semble répartie en plusieurs familles, le mystère de son intime unité ne peut cependant, d'aucune façon, perdre son intégrité. » Pierre Damien, Opuscule XI, 6.

Ce numéro sur les Églises orientales est-il opportun ? Est-il bien utile que Communio focalise ainsi l'attention sur des parcelles de l'Église, parcelles qui de surcroît manifestent aujourd'hui tragiquement les divisions des chrétiens, qu'il
s'agisse des affrontements meurtriers entre Serbes orthodoxes et Croates catholiques, des manifestations de fidèles des deux confessions pour l'usage d'une église à Kiev ou Bucarest, ou des plaintes du patriarche de Moscou à propos du « braconnage » religieux de Rome sur des terres traditionnellement orthodoxes ?

Si Communio a pensé ne pouvoir esquiver ces questions, c'est parce qu'il s'agit précisément de la communio des Églises. L'existence et le statut des Églises orientales, qu'elles soient ou non en communion avec Rome, sont au centre de l'ecclésiologie. Il ne s'agit pas de folklore (les rites si délicieusement exotiques des Orientaux) mais de savoir qui est l'Église. Pour comprendre la place des Églises orientales dans l'Église universelle, on peut adopter une démarche historique. Et certes on ne peut, sous peine de disserter dans le vide, éviter le détour par une information objective et documentée. On évoquera l'unité primitive, la communion des cinq patriarcats (Alexandrie, Antioche, Constantinople, Jérusalem, Rome), et les premières déchirures lors des grandes querelles christologiques du Ve siècle : ainsi se séparèrent les Églises monophysites et nestoriennes, qui refusaient la christologie définie à Chalcédoine. [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 20

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Les Eglises orientales - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger