La sainteté de l'Eglise

N° 230 Novembre - Décembre 2013*

Éditorial : Denis Dupont-Fauville : Une sainteté sans mesure

Thème : La sainteté de l'Église

Armindo Dos Santos Vaz : « Soyez saints, car moi, le Seigneur, votre Dieu, je suis saint » – La sainteté à la lumière de la Bible

Dans la Bible, la sainteté désigne d’abord l’être même de Dieu ou celui de l’homme choisi par Dieu. Si l’action de Dieu, sa gloire, est toujours conforme à sa sainteté, l’homme, lui, doit apprendre à agir conformément à la sainteté qui
lui est donnée. 

Laurent Villemin : L'Église comme Épouse sainte et immaculée du Christ

À partir du thème de l’Église comme Épouse sainte et immaculée du Christ, (Éphésiens 5,21-33) l’article montre comment l’Église est sanctifi ée par le Christ. L’auteur examine comment la théologie et le magistère de l’Église ont lu ce passage de la Lettre aux Éphésiens pour développer la relation du Chris t à l’Église. L’étude du commentaire que Thomas d’Aquin a consacré à cette même Lettre et de la place qu’elle occupe au concile Vatican II fait voir dans la figure du Christ Sauveur une clef de compréhension de ce thème de l’Église comme Épouse sainte et immaculée du Christ.

Ioannis Spiteris : La sainteté de l’Église comme vie dans le Christ et son visage sacramentel chez Nicolas Cabasilas 

L’Église est sainte parce que les hommes participent à la Vie sainte de Dieu par Jésus Christ dans l’Esprit. Nicolas Cabasilas en une admirable synthèse montre comment l’eucharistie, notamment, ne cesse de sanctifi er le croyant en le “christifiant” de plus en plus. 

Dirk Ansorge : « Pardonne-nous nos offenses ! » – Aveu des fautes et demande de pardon du pape Jean-Paul II pour l’Année Sainte 2000

Depuis la demande de pardon formulée par le pape Jean-Paul II à l’occasion de l’Année Sainte 2000, la question d’une responsabilité collective de l’Église dans les torts causés par ses membres au cours de son histoire a été largement débattue. Le présent article met en lumière la complexité du débat, notamment en approfondissant le concept de « structures de péché » pour éclairer les contributions respectives du péché individuel et des fautes commises par des communautés ou des peuples en milieu chrétien.

Herbert Schlögel : L'Église sainte et pécheresse

Dire que l’Église est à la fois sainte et pécheresse, c’est prendre en compte le fait qu’elle tire sa sainteté de celle de Dieu et qu’elle est en même temps constituée de membres pécheurs. Cette relation entre sainteté et péché est donc, en elle, asymétrique, et elle ne peut se prétendre sainte qu’en acceptant d’être avant tout pardonnée. Réflexion illustrée d’exemples tirés de l’histoire récente de l’Allemagne.

Signets

Emmanuel Böhler : Les titres christologiques dans les 7 antiennes " O " de l’avent 

Le cycle des 7 antiennes de l’avent, plus couramment appelé les 7 « O », forme un ensemble pertinent ayant un rôle quasi initiatique. Ce cycle offre une fascinante communion entre musique, narration biblique, et synthèse christologique. L’étude narrative en complémentarité de l’étude musicale, nous permettra de saisir à travers l’étendue des textes bibliques qui y sont condensés, une interprétation résolument eschatologique de la naissance, dans la chair, du Fils de Dieu, puisant sa source dans la pneumatologie des récits lucaniens. »

Miguel Delgado Galindo : Associations catholiques, mouvements ecclésiaux, communautés nouvelles - Une approche du continent africain

La fécondité de l’ecclésiologie de Vatican II apparaît dans les associations qui, sous des formes diverses, rassemblent des fidèles. Encouragées par les papes, elles peuvent devenir un puissant facteur d’évangélisation, surtout en Afrique. L’article propose quelques jalons pour les guider et les développer. 

Peter Henrici : Hans Urs von Balthasar - Un portrait (II)

Premier regard porté sur le théologien disparu il y a 25 ans, fondateur de la Revue internationale Communio, par un de ses proches parents, ami et confrère. On trouvera ici la seconde partie du texte, dont le début a été publié dans le cahier précédent.

Une sainteté sans mesure

Denis Dupont-Fauville

« L’Église offre à tous la possibilité de parcourir le chemin de la sainteté, qui est le chemin du chrétien [...]. Interrogeons-nous alors : est-ce que nous nous laissons sanctifier ? Sommes-nous une Église qui appelle et accueille les pécheurs à bras ouverts, qui donne du courage, de l’espérance, ou sommes-nous une Église fermée sur elle-même ? » Pape François, audience du 2 octobre 2013.

 

Chaque dimanche, des centaines de millions de chrétiens, en proclamant le Symbole 1 à la messe, disent leur foi en « l’Église sainte » et ajoutent alors croire aussi « à la rémission des péchés ». La concomitance des deux affirmations peut paraître logique, la version de Nicée-Constantinople précisant même que la rémission des péchés est le fruit du baptême, lequel se trouve bien à la source de la sainteté dans l’Église : puisque le baptême remet le péché de ceux qui entrent dans l’Église, celle-ci est sainte. Mais elle admet aussi une lecture symétrique : si le baptême est effectivement ordonné à la rémission des péchés, ces derniers continuent néanmoins de proliférer et la sainte Église ne cesse de devoir les affronter y compris en son sein.

 Saint Augustin le relevait déjà au Ve siècle en s’adressant à ses catéchumènes : « Comme il nous faut vivre dans ce monde, où nul n’est exempt de péché, les péchés ne se remettent pas seulementaux fonts sacrés du baptême, mais encore ils s’effacent par la prière dominicale et quotidienne qu’on vous apprendra dans huit jours. Elle sera pour vous comme un baptême quotidien, et vous rendrez sûrement grâces à Dieu d’avoir donné à son Église cette faveur que nous reconnaissons dans le Symbole, lorsqu’après avoir dit : “La sainte Église”, nous ajoutons : [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1. Qu’il s’agisse d’ailleurs de la version dite « des apôtres » ou du texte de Nicée-Constantinople.

Emmanuel Böhler : Les titres christologiques dans les 7 antiennes " O " de l’avent 

Le cycle des 7 antiennes de l’avent, plus couramment appelé les 7 « O », forme un ensemble pertinent ayant un rôle quasi initiatique. Ce cycle offre une fascinante communion entre musique, narration biblique, et synthèse christologique. L’étude narrative en complémentarité de l’étude musicale, nous permettra de saisir à travers l’étendue des textes bibliques qui y sont condensés, une interprétation résolument eschatologique de la naissance, dans la chair, du Fils de Dieu, puisant sa source dans la pneumatologie des récits lucaniens. »

Miguel Delgado Galindo : Associations catholiques, mouvements ecclésiaux, communautés nouvelles - Une approche du continent africain

La fécondité de l’ecclésiologie de Vatican II apparaît dans les associations qui, sous des formes diverses, rassemblent des fidèles. Encouragées par les papes, elles peuvent devenir un puissant facteur d’évangélisation, surtout en Afrique. L’article propose quelques jalons pour les guider et les développer. 

Peter Henrici : Hans Urs von Balthasar - Un portrait (II)

Premier regard porté sur le théologien disparu il y a 25 ans, fondateur de la Revue internationale Communio, par un de ses proches parents, ami et confrère. On trouvera ici la seconde partie du texte, dont le début a été publié dans le cahier précédent.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 38

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La sainteté de l'Eglise - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier