Miettes Théologiques

N° 157 Septembre - Octobre 2001*

Éditorial : Thierry Bedouelle

Miettes théologiques

Cardinal Walter Kasper : Jésus-Christ – Verbe définitif de Dieu

L'affirmation du caractère définitif et universel du salut chrétien s'oppose à toute forme de pluralisme et fonde par-là même le respect de chaque individu et de chaque culture. La profession de foi trinitaire et la kénose du Christ sont de ce point de vue deux aspects fondamentaux du message chrétien.

Robert F. Slesinski : Paul Florensky : le passé n'est pas dépassé

Paul Florensky, Léonard de Vinci russe, fut biologiste, ingénieur, mathématicien, prêtre et théologien. Sa pensée théologique ressaisit l'expérience religieuse comme unique manière de saisir correctement les dogmes et fonde dynamiquement l'unité du monde. Sa philosophie symboliste l'oriente vers une analyse de la liturgie, synthèse de tous les arts et vers une compréhension théologique du langage et notamment du nom de Dieu, manifestation de Dieu lui-même.

Cardinal Joseph Ratzinger : Jusqu'où porte le consensus sur la doctrine de la justification ?

La déclaration d'Augsbourg sur la doctrine de la justification, signée en octobre 1999, clôt plusieurs siècles de division entre luthériens et catholiques. Le sens de ce texte doit être explicité et aussi resitué dans une perspective plus globale, notamment la compréhension contemporaine du péché et du salut. Mais le chemin accompli par les luthériens et les catholiques ne doit pas occulter les importantes divergences relatives aux enjeux ecclésiologiques de cette déclaration.

Phénoménalité et sacrement

Jean-Luc Marion : La phénoménalité du sacrement : être et donation

La sacramentalité du sacrement, c'est-à-dire ce fait que, dans un élément visible se manifeste l'invisible, peut être analysée à l'aide de catégories traditionnelles: entre le visible et l'invisible, peuvent jouer des rapports de substantialité, de causalité ou de signification. Une prise en compte de la méthode phénoménologique et surtout de la redéfinition heideggerienne du phénomène fournit toutefois une catégorie renouvelant la compréhension du sacrement: la donation. Il s'agit alors de tenter une approche de la phénoménologie du sacrement par analogie avec la phénoménologie de la donation.

Eberhard Jüngel : Sacrement et représentation

Tout sacrement unit une parole et un élément (le pain, le vin, etc.). Mais cette unité ne prend sens que par la catégorie phénoménologique d'interruption ou d'événement: dans le sacrement, Dieu vient au monde et interrompt le cours ordinaire du monde. Le ministre du sacrement est donc Dieu lui-même qui se représente lui-même dans l'action liturgique.

Signets

Jean-Robert Armogathe : De Bérulle à Pascal : lueurs et obscurités du « Dieu caché »

A l'inverse de la vision tragique qu'inspire à Lucien Goldmann le « Dieu caché » de l'écriture, l'interprétation christologique de l'expression s'est développée au xvne siècle sous l'influence de Bérulle et de Pascal : le paradoxe de l'incarnation, où Dieu se dissimule pour mieux se faire découvrir, nourrit la spiritualité et la dévotion, dont les grands peintres de l'époque s'efforcent d'imprégner leurs oeuvres.

Jean Arnold de Clermont : La loi anti-sectes : quels enjeux?

Les critères définissant les sectes sont trop flous pour justifier une législation anti-sectes spécifique, qui peut porter atteinte aux libertés fondamentales. Au-delà du cadre législatif et des réactions passionnelles, la Fédération protestante de France demande un débat largement ouvert «sur la place de la religion dans la société contemporaine».

Xavier Moralès : L'ange du frère Angélique

La première Annonciation de Fra Angelico qui nous soit conservée donne à l'ange Gabriel une position centrale dans l'économie figurative du tableau. Quand l'invisible envahit le visible, c'est le mariage du ciel et de la terre qui est annoncé.

Éditorial

Thierry Bedouelle

(Jésus à la Cananéenne) : « Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux chiens. » « C'est vrai, Seigneur! reprit-elle; et justement les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. » Alors Jésus lui répondit: «Femme, ta foi est grande ! » Matthieu, 15, 26-28.

Ce numéro de Communio est, et c'est inhabituel, un numéro émietté: il donne à lire quelques articles importants, par les thèses qu'ils énoncent, par les problèmes qu'ils résolvent, ou encore par les auteurs qu'ils font connaître. C'est au fond et uniquement leur intérêt qui justifie leur présence ici, les uns à côté des autres. De là ce titre kierkegaardien, donnant suite au précédent numéro de Miettes, publié il y a vingt ans.

Et pourtant, l'épisode biblique de la manne, si bien illustré par Rubens, figure cet émiettement et lui donne une unité. En effet, en même temps qu'il témoigne de la sollicitude de Dieu envers son peuple en proie aux murmures et aux doutes, le don de la manne (Exode 16) préfigure aussi le pain de Dieu, celui qui donne la vie au monde (Jean 6, 33), le Christ lui-même : Dieu donne et, en même temps, Dieu se donne. Chacune des Eucharisties fractionne ce pain afin que tous soient rassasiés et que tout homme se nourrisse de tout ce qui sort de la bouche du Seigneur (Deutéronome 8, 3).

Ce numéro est donc émietté, comme cette manne qui vient du ciel. Mais, par-delà un éparpillement si manifeste qu'il serait inutile de vouloir le masquer, quelques lignes de forces permettent de donner une certaine cohérence à cet ensemble. C'est précisément l'éparpillement religieux du monde moderne que s'efforce de comprendre l'article de Walter Kasper1 en se fondant sur l'idée que, en Christ, [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1. Walter KASPER, «Jésus-Christ — Verbe définitif de Dieu», p. 13.

Jean-Robert Armogathe : De Bérulle à Pascal : lueurs et obscurités du « Dieu caché »

A l'inverse de la vision tragique qu'inspire à Lucien Goldmann le « Dieu caché » de l'écriture, l'interprétation christologique de l'expression s'est développée au xvne siècle sous l'influence de Bérulle et de Pascal : le paradoxe de l'incarnation, où Dieu se dissimule pour mieux se faire découvrir, nourrit la spiritualité et la dévotion, dont les grands peintres de l'époque s'efforcent d'imprégner leurs oeuvres.

Jean Arnold de Clermont : La loi anti-sectes : quels enjeux?

Les critères définissant les sectes sont trop flous pour justifier une législation anti-sectes spécifique, qui peut porter atteinte aux libertés fondamentales. Au-delà du cadre législatif et des réactions passionnelles, la Fédération protestante de France demande un débat largement ouvert «sur la place de la religion dans la société contemporaine».

Xavier Moralès : L'ange du frère Angélique

La première Annonciation de Fra Angelico qui nous soit conservée donne à l'ange Gabriel une position centrale dans l'économie figurative du tableau. Quand l'invisible envahit le visible, c'est le mariage du ciel et de la terre qui est annoncé.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 18

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Miettes Théologiques - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger