Un Dieu souffrant?

N° 169 Septembre - Décembre 2003 - Page n° 35

Mgr. Peter HENRICI La mort de Dieu selon la philosophie

La « mort de Dieu » n'est autre, chez J. P. Richter puis chez Hegel, que le constat de désacralisation d'une époque. Elle devient chez Nietzsche l'attente pour l'homme, meurtrier de Dieu, de donner lui-même un sens à son existence. Mais la « mort de Dieu » replacée dans son contexte christologique, peut aussi désigner le samedi saint de notre monde dans l'attente de la résurrection.

«Si Dieu peut souffrir, peut-il aussi mourir ? ». Le poète d’un choral du Vendredi Saint du XVIIe siècle répond par l’affirmative : «Ô détresse immense ! Dieu lui-même gît, mort, sur la Croix Il a expiré. C’est ainsi que, par amour, il nous a acquis le Royaume des Cieux. » Le mot a fait son chemin dans l’histoire sous les échos les plus divers, jusqu’à l’insensé de Nietzsche, qui annonce : « Dieu est mort ! Dieu mort ! Et c’est nous qui l’avons tué ! », ou, dans un passé plus récent, jusqu’à la théologie de la mort de Dieu.

L’auteur du choral n’avait certes pas pensé à de telles conséquences. Il voulait plutôt porter au plus haut point la douleur du Vendredi saint chantée par la communauté, tout en lui expliquant qu’avec Jésus, Fils de Dieu, de même nature que le Père, Dieu lui-même, d’une certaine manière, avait subi la mort. Il s’appuie à ce propos sur ce qu’on appelle la communication des idiomes, qui a réellement joué un grand rôle dans l’orthodoxie luthérienne. Elle affirme que les énoncés sur Jésus-Christ en tant qu’homme peuvent également s’appliquer, avec des limitations précises, au Christ en tant que Dieu (et inversement). Que sa formulation extrême ait pu se comprendre en termes de mort de Dieu le Père et se soit développée ainsi selon sa dynamique propre échappait bien sûr complètement au pieux auteur du cantique.

Il vaut la peine de dépister au moins les échos visiblement athées d’une expression qui se voulait chrétienne, pour  mieux entendre ce que l’on veut dire au sujet de la « mort de Dieu » (et peut-être aussi au sujet de la souffrance de Dieu). [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67 2.10 16.00 Stock: 16

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Un Dieu souffrant? - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger