L'art funéraire de Piranèse et les peines de l'architecture

M. Didier LAROQUE
La sépulture - n°118 Mars - Avril 1995 - Page n° 193

Piranèse, à l'église Sainte-Marie-Aventine à Rome, donne à l'architecture même une dimension funéraire, par laquelle toute œuvre peut être pensée comme tombeau.

Au cours des cinquante-huit années de sa vie, Piranèse 1 eut peu à bâtir ; son tempérament facilement emporté, intransigeant et très rêveur le rendait peu apte aux marchandages d'un art étroitement soumis à la commande. Des travaux de décoration pour quelques membres de la famille Rezzonico, dans la basilique du Latran, au Quirinal, au Capitole, avec le café anglais dans le goût égyptien, place d'Espagne, au bout de la via Due Macelli, et principalement parce qu'il ne reste maintenant que ceci – la restauration d'une chapelle sur l'Aventin, avec la petite place qui lui fait une sorte de vestibule, sont tout son oeuvre construit. Cette chapelle, située non loin de l'église Sainte-Sabine, fut fondée au xe siècle par Albéric II pour les Bénédictins. Elle devint propriété de l'Ordre Souverain de Malte après 1530 et acquit son implantation, ses masses, ses proportions, son plan et la disposition définitive de ses ouvertures à la fin du XVIe siècle. [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, le commander ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67€ 2.10% 16.00€ 20

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La sépulture - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger