L’économie comme ontologie fondamentale ? Lecture de Schau der Gestalt

M. Gregory SOLARI
La Famille - n°237 Janvier - Février 2015 - Page n° 108

SIGNET

Léconomie comme ontologie fondamentale ? Lecture de Schau der Gestalt1

La théologie de H. U. von Balthasar repose sur le concept de "figure (Gestalt)", qui tente de formuler l'inscription définitive du Dieu infini dans le fini de la création, donc de l'histoire. Il s'agit ainsi de l'apparaître temporel d'un phénomène par excellence, non de métaphysique. Peut-on comparer cette entreprise à celle de la phénoménologie de Heidegger, quasi contemporaine et que Balthasar connaissait indirectement? Sans doute, d'autant plus que Heidegger avait trouvé ses premières indications dans la théologie chrétienne, en particulier saint Paul. Ce point de départ commun permet de marquer d'autant mieux les différences: au Dasein, fini et humain, se substitue le Christ, figure finie de l'infini de Dieu. Tout dépend ici de ce que l'on peut entendre sous le titre de "donné".

La première page, 108, est jointe.

 

Introduction

La première phrase de Schau der Gestalt annonce demblée le projet de Hans Urs von Balthasar dans ce volume de Herrlichkeit consacré à l« Apparition de la Figure » : « On a tenté, dans cet ouvrage, de développer la théologie chrétienne à la lumière du troisième transcendantal, cest-à-dire de compléter la considération du vrai et du bien par celle du beau2. » Balthasar se livre ici à ce que Jean-Yves Lacoste considère comme un acte dune « insolence incontestable à légard de lhistoire de la philosophie3 ». Pourquoi? Parce quen même temps quil situe Schau der Gestalt dans lhorizon de la métaphysique (en partant des transcendantaux), Balthasar amorce une sortie hors de celle-ci en remplaçant lens par un autre transcendantal: pulchrum le beau qui était jusque-là subordonné au vrai.

  Cette substitution, on le sait, a rendu possible le rapprochement de la notion de Gestalt, que Balthasar reprend à lesthétique de Goethe, avec le Christ ; la Gloire (Herrlichkeit) qui se manifeste, cest le Christ en tant que Figure. La Gestalt ne forme pas le contenu de la Révélation ; elle est la Révélation même : dans la Figure, ce qui apparaît est inséparable de léconomie qui constitue son mode dapparaître. Le Fils se donne tout entier dans la Figure du Christ, sans réserve ni rétention de sa divinité, comme laffirme saint Paul (Philippiens 2, 6-11). Peut-on qualifier Schau der Gestalt dentreprise « phénoménologique » ? Parce que le Verbe de Vie sest manifesté « dans sa réalité corporelle », lexpérience de foi doit être conçue, écrit Balthasar, « comme la rencontre de tout lhomme avec Dieu. [] Tout lhomme, cest-à-dire lhomme non seulement avec sa raison

1 Titre du premier volume de la trilogie de Hans Urs von Balthasar, Herrlichkeit. Eine Theologische Ästhetik. Schau der Gestalt. Les pages mentionnées entre parenthèses renvoient à la traduction française : La Gloire et la Croix. Apparition, Aubier, Paris, 1965. Notre lecture se limite aux pages 185-217 de la première partie (sur « L’évidence subjective »), consacrées à « L’expérience de foi ».  .....

2 « Die Sicht des Verum und des Bonum zu ergänzen durch die des Pulchrum » (I, 11).

3 « Minima balthasariana », Revue thomiste, 1986, IV, p. 125.

.........................

 

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 30

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Famille (en pdf téléchargeable) - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger