Les religions orientales

N° 78 Juillet - Aout 1988*

Le bouddhisme exerce actuellement une fascination sur le monde occidental.Les différences entre bouddhisme et christianisme sont telles qu'on ne peut espérer une convergence des deux religions. Mais il importe de souligner les points sur lesquels, au-delà d'un rapprochement superficiel, doit s'engager un dialogue sérieux : vanité du monde, renoncement au moi, amour et personne, théologie négative, création et absolu divin.

Page Titre Auteur(s)
1 Exergue Jean-Paul II
4 Vers le dialogue Hans Urs VON BALTHASAR
12 La prison du regard Jacques SCHEUER
26 Les conditions spirituelles de la rencontre Hans WALDENFELS
38 Le salut réalisé « une fois pour toutes » Horst BÜRKLE
49 Vingt siècles de rencontre Julien RIES
65 Bouddhisme et christianisme : contrastes Georges PYTHON
76 Le Christ, sauveur universel : scandale pour les religions orientales Jacques DUPUIS
87 De l'Inde au Christ Jean BASTAIRE
95 La religion populaire en Extrême-Orient Guy DE REYNIÈS
104 Hindouisme et christianisme : le témoignage de Jules Monchanin Françoise JACQUIN
113 Le Synode de 1987: expérience et bilan Georges CHANTRAINE

Editorial : Hans-Urs von Balthasar : Vers le dialogue

Le bouddhisme exerce actuellement une fascination sur le monde occidental. Les différences entre bouddhisme et christianisme sont telles qu'on ne peut espérer une convergence des deux religions. Mais il importe de souligner les points sur lesquels, au-delà d'un rapprochement superficiel, doit s'engager un dialogue sérieux : vanité du monde, renoncement au moi, amour et personne, théologie négative, création et absolu divin.

Problématique

Jacques Scheuer : La prison du regard

Que peut-on attendre de la rencontre entre des religions «hospitalières» (hindouisme, bouddhisme) et le christianisme, religion «exclusive»? Si hindous et bouddhistes acceptent volontiers les valeurs « mondaines » du christianisme (rites, organisation sociale, valeurs morales), ils méconnaissent le plus souvent sa dimension spirituelle. Quand ils la reconnaissent, elle leur apparaît comme une voie parmi d'autres : Jésus est une «étape» de la non-dualité avec l'Absolu, et ne saurait prétendre qu'on s'arrête à sa personne historique. La tolérance mutuelle risque de reposer sur un malentendu, car la foi au Christ ne peut se laisser relativiser. La compréhension mutuelle doit commencer par reconnaître les différences.

Hans Waldenfels, s.j. : Les conditions spirituelles de la rencontre

La rencontre entre christianisme et bouddhisme est un fait, mais qui demeure encore redoutablement flou : les mots n'ont pas toujours le même sens de part et d'autre, à commencer par « théologie » et « philosophie ». Le langage n'a pas non plus la même valeur ni fonction, et cela hypothèque évidemment le dialogue. Mais la foi chrétienne n'est pas réductible à des concepts rigides. Son caractère paradoxal suggère même des convergences. Romano Guardini et Hans-Urs von Balthasar les ont bien perçues, dans l'indicible de l'aspiration spirituelle la plus haute.

Horst Burkle : Le salut réalisé « une fois pour toutes »

Face à toutes les tentatives pour présenter le message chrétien à une mentalité « orientale » se dresse une difficulté centrale : le christianisme est fondé sur un événement, et sur un événement qui a eu lieu une seule fois, et une fois pour toutes. Impossible donc de considérer l'histoire comme illusoire ou insignifiante. La difficulté se profile à presque tous les niveaux de la rencontre entre christianisme et bouddhisme, et jusque dans la conception de l'Église.

Intégration

Julien Ries : Vingt siècles de rencontre

Les contacts entre christianisme et religions orientales remontent aux Pères de l'Église. Ils ont pris un tournant nouveau avec l'évangélisation des Temps modernes. Plus récemment, les tentatives d'hommes aussi divers que Thomas Merton, Raimundo Panikkar, ou Jules Monchanin, Henri Le Saux, Henri de Lubac... ont débouché sur les ouvertures de Vatican II.

Georges Python o.p.: Bouddhisme et christianisme : contrastes

Le bouddhisme n'est pas une religion, mais plut8t une thérapeutique psychique, proposant comme remède à la souffrance l'anéantissement du désir. Entre la compassion bouddhique et la charité chrétienne, il y a la même différence qu'entre négation de la personne comme illusion et dignité de la personne comme image de Dieu.

Jacques Dupuis, s.j. : Le Christ, sauveur universel : scandale pour les religions orientales

La foi en « l'événement Jésus-Christ » est une pierre d'achoppement face à des religions qui ne peuvent en accepter le caractère unique et décisif. Une production théologique occidentale s'efforce de concilier deux positions en réalité irréductibles : l'universel historique de la foi chrétienne n'est pas du même ordre que le principe d'égalité des religions ; paradoxalement, il est plus englobant.

Attestations

Jean Bastaire : De l'Inde au Christ

L'auteur retrace l'itinéraire personnel qui le conduisit de l'indifférence religieuse à l'hindouisme, puis de l'hindouisme au christianisme.

Guy de Reynies, m.e.p.: La religion populaire en Extrême-Orient

Le missionnaire ne peut être que déconcerté par l'accueil du bouddhisme populaire, où l'annonce de la foi chrétienne semble se dissoudre dans une bienveillante inertie, voire de sympathiques et gênantes méprises. Les conversions restent isolées face à un polythéisme pratique où Bouddha est un dieu suprême. Mais « Dieu aime les païens ».

Françoise Jacquin : Hindouisme et christianisme : le témoignage de Jules Monchanin

L'effort de ce prêtre français pour connaître et évangéliser l'Orient mystérieux est peu connu. Ses réflexions sur l'apophatisme ou théologie négative, sa prudence sur la possibilité d'un yoga chrétien sont pleinement actuelles.

Signet

Georges Chantraine, s.j. : Le Synode de 1987 : expérience et bilan

Un expert au dernier Synode romain apporte son témoignage et partage sa réflexion : souveni rs d'où émergent la complexité des mécanismes, la diversité de l'Église universelle et surtout les enjeux que représentent, bien au-delà de l'actualité ecclésiale, la place et le rôle des femmes, des ministères et des mouvements.

Vers le dialogue

Hans-Urs von Balthasar

Le présent cahier traite d'abord la question : comment un dialogue entre christianisme et bouddhisme pourrait-il être possible ? Nous commençons par le bouddhisme, parmi maintes autres formes de religiosité orientale (de l'hindouisme jusqu'au shintoïsme en passant par le taoïsme), parce qu'il s'agit de la forme de religiosité la plus cohérente et la plus rationnelle, bien qu'elle ne compte plus guère de tenants en Inde, et parce que, sous la forme profondément réélaborée qu'il a prise au Japon, tant dans la pratique que dans la spéculation (Zen), il exerce une influence importante sur les pays de culture chrétienne en Europe et en Amérique du Nord.

Ce phénomène extérieur renvoie à un phénomène intérieur. Si l'on passe en revue les plus grandes formes religieuses de la terre, face à ce qui se fonde sur la Bible (judaïsme et christianisme) ou ce qui en subit l'influence (islam), il ne se dresse plus, en fait de grande religion séculaire, que celle-ci, qui représente le complexe oriental. Cette religion exige du christianisme, de la même manière que la spéculation subtile que les Pères développèrent à partir de Platon pour répondre au néoplatonisme (quasiment disparu aujourd'hui), une confrontation réfléchie. Et là où le christianisme risque de  devenir superficiel, elle le mine du fait de sa force spirituelle et religieuse, et le menace d'effondrement. Il est donc compréhensible que les deux extrêmes antipodes du christianisme, Plotin et ses successeurs, et la mystique savante de l'école de Kyoto, entretiennent une profonde affinité (on a soupçonné Plotin d'avoir été influencé, dans la cosmopolite Alexandrie, par des courants indiens), en sorte que se fasse jour, pour les chrétiens d'aujourd'hui, l'exigence de comprendre comment les grands Pères de l'Église ont pu résister à la séduction du néo-platonisme d'alors. Sur bien des points, on devrait pouvoir apprendre beaucoup d'eux en vue de ce nouveau dialogue. [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Georges Chantraine, s.j. : Le Synode de 1987 : expérience et bilan

Un expert au dernier Synode romain apporte son témoignage et partage sa réflexion : souveni rs d'où émergent la complexité des mécanismes, la diversité de l'Église universelle et surtout les enjeux que représentent, bien au-delà de l'actualité ecclésiale, la place et le rôle des femmes, des ministères et des mouvements.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 18

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
religions orientales - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger