L'Eglise

N° 69 Janvier - Février 1987*

Editorial : Yves-Jean Harder : Un mystère de visibilité

L'Église n'est pas Dieu, ni le Christ. Une inadéquation essentielle sépare en elle sa visibilité de son invisibilité, alors que le Christ les réunissait parfaitement en lui. C'est pourquoi nous devons apprendre à ne jamais penser l'Église comme si elle n'était qu'invisible ou que visible. Toute la vie chrétienne se joue sur cette tension, dans cette marge.

Problématique

Walter Kasper : L'Église comme communion : un fil conduc-teur de l'ecclésiologie de Vatican Il

Le Concile Vatican Il a profondément modifié la compréhension que l'Église a de son unité. Renonçant au modèle dominant durant le second millénaire — unité par uniformisation hiérarchique —, il revient au modèle utilisé durant le premier millénaire : l'unité de l'Église est une communion. Communion entre Églises locales, communion du « peuple de Dieu », com-munauté icône de la Trinité. La pensée de la communion sera, à l'avenir, la seule réponse correcte à la tentation communiste.

Peter Walter : La communion au concret (les évêques allemands sur le rôle des laïcs dans l'Église et dans le monde)

Présentation du document par lequel les évêques allemands reprennent le travail du Synode extraordinaire de 1985, et préparent celui de 1987 sur « les laïcs ». La théologie du laïcat n'est pas une question régionale. Le document est l'oeuvre d'une Église locale soucieuse de donner à la com-munion ecclésiale un visage concret. Il s'agit de l'essence de l'expérience ecclésiale, car, au fond, tous sont des laïcs, comme membres de l'unique laos tou Theou, « peuple de Dieu ».

Hans-Urs von Balthasar : L'unité de l'ancienne et de la Nouvelle Alliances

Les chrétiens ne peuvent pas plus se comprendre sans les juifs que le Nouveau Testament sans l'Ancien. Mais la réunion des uns aux autres, seul le Christ peut l'accomplir, et toujours par sa Croix.

Jean-Guy Page : Les fondements théologiques de la mission du laïc

Le fondement de la mission du laïc est sa participation au sacerdoce du Christ et à sa triple fonction prophétique, liturgique et royale.

Intégration

Jean Gaudemet : Les laïcs dans les premiers siècles de l'Église

La distinction entre clercs et laïcs ne remonte pas à la primitive Église ; elle s'est dégagée progressivement à partir du IIIè siècle. Ecartés tout d'abord des seules fonctions liturgiques, les laïcs le furent ensuite de l'administration de l'Église, de l'enseignement et de la gestion du patrimoine ecclésiastique. Les res-ponsabilités de cet état de fait sont pour le moins partagées.

Hubert Le Bourdellès : Pouvoir charismatique et pouvoir institutionnel : le modèle de l'Église primitive

Les Églises chrétiennes de l'époque primitive ont été aussi bien institutionnelles que charismatiques, car l'Esprit ne souffle pas dans le vide, mais anime précisément une institution.

Attestation

Derrick de Kerckhove : Passion et précision : la foi en l'Église - de Marshall McLuhan

Marshall McLuhan (1911-1982) fut un catholique converti. Sa vie, mais aussi son travail théorique furent dominés par la recherche de la parole dans la Parole. Car si nous avons tout l'équipement technique approprié pour entendre la Parole, il nous manque souvent de savoir nous régler sur la bonne fréquence. L'Église seule fait connaître cette fréquence, et l'on y entre pour obtenir une bonne réception, une meilleure qualité d'écoute.

Signets

René Habachi : La parole

La relation est le système nerveux de l'univers : elle traverse tous les degrés du créé, de la matière à l'homme en passant par le vivant. Mais seul l'homme peut ex-primer cette relation par le langage, il est alors le relais privilégié entre la création et Dieu qui lui parle par son Verbe. Car si la relation abonde dans la création (et s'épanouit en l'homme), c'est qu'elle surabonde en Dieu-Trinité qui est amour.

Jean-Marie Fiori : Figurer le sacré

La peinture figurative religieuse exalte les moments historiques de l'Incarnation pour en tirer la substance éternelle. Mais ici l'essentiel reste caché : seuls verront ceux qui croient.

Henri Veysseyre : Sur les routes de l'exil

Musique avec des paroles, ensemble — pour une fois.

Un mystère de visibilité

Yves-Jean Barder

Tout ce qui est révélé de Dieu se dit dans l'Église, par l'Église. Je crois l'Église, je crois ce qu'elle me dit quand elle parle de Dieu, un et trine, de son Fils unique, Jésus-Christ, qui s'est fait homme. Par cette foi, moi aussi je fais l'Église. La foi de l'Église s'est offerte à moi avant même que je puisse en prendre connaissance, que je puisse la comprendre et l'aimer, pourtant elle n'est pas autre chose que mon acte de foi personnel, considéré dans sa singularité absolue. La foi de l'Eglise est la foi antici-pée de tous les fidèles qui constituent l'Église : dans l'Église, je me précède en quelque sorte moi-même, je découvre que je vivais une vie cachée dans le Christ avant même de pouvoir en apprécier l'importance.

Ainsi croire de la foi d'Église en Jésus-Christ mort et ressuscité, adhérer au Credo, n'est pas m'intégrer à un groupe étranger qui se montrerait particulièrement ouvert, accueillant ; c'est, au contraire, trouver ma place propre, insubstituable, qui donnait son sens, de toute éternité, à mon être le plus intime, mais également, de toute éternité, recelait le sens de cette réalité qu'est l'Église. On ne découvre pas l'Église comme une nouveauté, mais on ne fait que la retrouver. Le mot de Platon, que toute connaissance est ré-miniscence, s'applique exactement à la connaissance qui est dis-pensée dans l'Église : connaître le Dieu qu'annonce l'Eglise, c'est reconnaître que je ne connaissais que Lui parce que j'étais connu de Lui.

L'Église me fait voir Dieu ; pourtant « Dieu, nul ne l'a jamais vu » (Jean 1, 18). Qu'est-ce à dire? Voir Dieu signifie en fait ac-cepter d'être vu par Dieu, de vivre sous son regard. L'acte de foi, constituant l'Eglise et constitué par elle, n'est ni l'acte isolé de l'individu qui affirme l'existence de Dieu — on n'a pas besoin de l'Église pour reconnaître un Être suprême —, ni seulement l'acte de Dieu qui me regarde et m'aime — Dieu m'a aimé avant [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 

René Habachi : La parole

La relation est le système nerveux de l'univers : elle traverse tous les degrés du créé, de la matière à l'homme en passant par le vivant. Mais seul l'homme peut ex-primer cette relation par le langage, il est alors le relais privilégié entre la création et Dieu qui lui parle par son Verbe. Car si la relation abonde dans la création (et s'épanouit en l'homme), c'est qu'elle surabonde en Dieu-Trinité qui est amour.

Jean-Marie Fiori : Figurer le sacré

La peinture figurative religieuse exalte les moments historiques de l'Incarnation pour en tirer la substance éternelle. Mais ici l'essentiel reste caché : seuls verront ceux qui croient.

Henri Veysseyre : Sur les routes de l'exil

Musique avec des paroles, ensemble — pour une fois.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 5

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
l'Eglise - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
l'Eglise comme Communio - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Communion au concret - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Mission du Laïc - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Pouvoir charismatique - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Foi Mc Luhan - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger