Le vol et le droit de propriété dans l’éthique chrétienne de Thomas d’Aquin

Dans la pensée de saint Thomas, la propriété privée n'est pas une concession à la faiblesse humaine, elle permet à l'homme d'exercer ses responsabilités vis-à -vis de la création et de la société. Mais elle doit être le fait de « lois justes » et de « mœurs vertueuses » de la part de la communauté des citoyens, de manière à échapper à toute privatisation de la morale et à utiliser les richesses en vue du bien commun.

En continuité certes avec les Pères mais dans l’aboutissement d’un long processus de réflexion proprement scolastique, la doctrine de saint Thomas présente une théologie de la propriété vraiment consciente des outils philosophiques qu’elle met au service de l’intelligence des données de la foi. Pour demeurer fidèle à l’orientation religieuse, eschatologique de la Bible, une telle théologie se veut paradoxalement respectueuse de la nature des choses, et surtout scrutatrice de la nature de l’homme.

Une loi « naturelle », un droit « naturel » sont ainsi intégrés dans la construction théologique en vertu d’une considération d’ordre proprement théologique. L’originalité de saint Thomas ne consiste pas tellement à préférer Aristote à Platon. En cela il a été précédé par un Maxime le Confesseur, un Nemesius, un Jean Damascène. Avec Albert le Grand, la nouveauté qu’inaugure Thomas d’Aquin est la compréhension proprement théologique de la nature à la lumière de la doctrine de la création, elle-même envisagée et éclairée par la doctrine du salut.

Création et rédemption sont reconnues d’emblée la double instance d’un même projet divin de salut, d’accomplissement intégral de l’homme. En vertu de la création, les réalités terrestres ainsi que les valeurs et aspirations humaines sont fondées dans leur consistance propre ; mais elles se manifestent du même coup intrinsèquement et effectivement subordonnées au salut qui vient confirmer, accomplir et élever la nature humaine. La nature, principe intérieur d’être et d’agir, selon Aristote, a des propriétés, des lois, des exigences qui ne sauraient être éludées. La nature est pour saint Thomas simultanément créature ; elle est participation de l’Être infini et parfait de Dieu, la nature humaine étant appelée à s’accomplir dans l’union et l’imitation de la perfection divine. Pour ce théologien réaliste, connaître la nature, déceler les exigences de la loi naturelle, les préceptes du droit naturel, c’est pour l’homme reconnaître la loi divine inscrite  dans son être de créature et d’image dynamique de Dieu. C’est en actualisant et accomplissant son autonomie que l’homme s’ouvre à la théonomie. Tels sont les présupposés anthropoliques et épistémologiques de la théologie de la propriété d’après saint Thomas. [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 19

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Décalogue VII: Tu ne voleras pas - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger