Accepter la différence

Mgr. Tony ANATRELLA
La différence sexuelle - n°187 Septembre - Décembre 2006 - Page n° 49

Plus notre société parle d'accepter la différence, moins elle reconnaît de sens à la différence des sexes. Ce qui est un obstacle aux identifications de l'adolescent, et une source d'angoisse pour tous. Rappeler que l'on est d'abord homme ou femme, c'est donc aider à reconstruire le lien social.

Dans une société qui se veut de plus en plus solidaire, qui dénonce toutes les formes de discrimination et fait de l’individu1 la norme en toutes choses, on pourrait penser que le sens de l’altérité progresse. Mais en est-on certain, surtout lorsque domine l’idée qu’il est reconnu à chacun de faire ce qu’il veut du moment qu’il ne gêne pas les autres ? Bel exemple du respect de la liberté individuelle lorsqu’en même temps se multiplient, paradoxalement, des formules déliant la relation en affirmant : « c’est son problème », pour laisser chacun seul avec lui-même. Telle est la contradiction actuelle où les slogans répètent au gré de manifestations mobilisées par la peur et la crainte de la précarité économique : « tous ensemble, tous ensemble... ! » alors que la société fabrique de la précarité affective avec le divorce, le pacs et les « unions » (p.49) instituées dans la confusion des sexes, alors qu’elle se fragmente en tribus d’intérêts particuliers, que les références culturelles sont antinomiques, que, par ailleurs, le nombre des célibataires ne cesse d’augmenter et que d’autres se plaignent d’isolement ou de solitude mal assumée. Que devient l’altérité ? [...]

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1. Il est à noter que l’on préfère aujourd’hui davantage parler d’individu que de personne humaine, ce qui n’est pas la même chose. On désigne ainsi les hommes par le même concept que celui qui est employé pour parler des animaux, des insectes, des bactéries, etc. Au nom de l’éthologie, on applique à l’homme des caractéristiques identiques à celles que l’on découvre dans les différentes espèces animales. Ainsi, la sexualité animale servira de référence pour définir celle de l’homme, sans mesurer que les points communs ne sont rien à côté de ceux qui les différencient. Malgré cette nuance importante, nous utiliserons ici le concept d’individu qui renvoie à la vision individualiste des relations humaines. Ceci nous éloigne de la perspective personnaliste communautaire inspirée par Emmanuel Mounier.


Revue papier

La revue papier est épuisée , seul l'achat de pdf est disponible

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La différence sexuelle - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger