La Charité

N° 116 Novembre - Décembre 1994*

Dans une société qui invoque de plus en plus la charité, il importe d’en ressaisir le sens chrétien. L’amour d’autrui se fonde sur l’amour de Dieu : doublé du sentiment de notre petitesse, il nous évitera d’humilier l’autre, ou d’en faire un moyen en vue d’une stratégie de pouvoir. Ainsi, la charité nous révèle autrui :elle ouvre à une autre pensée, celle du don, et à une autre pratique, la générosité sans retenue.
Page Titre Auteur(s)
7 Ordonner la charité Vincent CARRAUD
11 L'amour est-il Dieu ? Olivier BOULNOIS
27 La connaissance de la charité Jean-Luc MARION
43 De l'amour au sacrifice - La charité vécue par le Christ Jacques-Hubert SAUTEL
53 Éros et Agapè : la divine passion d'amour Ysabel DE ANDIA
79 Saint Augustin: deux amours ont fait deux cités Joaquim CERQUEIRA GONÇALVES
93 Aux captifs, la libération Patrick GIROS
105 L'État, monstre froid au coeur d'or Ambroise LAURENT
111 Le mal, le chrétien et l'histoire dans la pensée du Père Le Guillou Guy BEDOUELLE
127 Le mystère de la Croix dans la mission de l'Église Claude DAGENS

Éditorial Vincent Carraud : Ordonner la charité

La charité que connaît notre société ignore la dignité d'autrui, image de Dieu, et sombre dans la farce humanitaire et l'assistance humiliante.
Il est donc urgent de rappeler que l'amour d'autrui reçoit son sens de l'amour de Dieu : seule la charité nous révèle notre prochain. 

Penser la charité 

Olivier Boulnois : L'amour est-il Dieu ?

En montrant que toute la vie chrétienne se résume dans l'amour, Augustin nous conduit du désir au don, par une conversion de l'amour en charité. Mais l'équivalence peut se renverser : on risque de faire de l'amour une idole. C'est cette pente de l'histoire humaine qu'il faut inverser, par une conversion du coeur et une nouvelle rigueur conceptuelle.

Jean-Luc Marion : La connaissance de la charité

La charité reste méconnue du christianisme moderne. Défigurée par la philosophie comme amour subjectif, elle demeure une affection arbitraire. Or l'amour a toute la rigueur d'une connaissance : il nous révèle des phénomènes insoupçonnés : autrui, le regard, le don.

L'amour de Dieu, source de l'amour d'autrui

Jacques-Hubert Sautel : De l'amour au sacrifice : la charité vécue par le Christ

Le mot agapè, rare dans la Bible des Septante, est devenu un mot courant du disciple de Jésus. Le grand créateur de cette notion est saint Paul, méditant sur l'enseignement de Jésus dans la perspective de l'accomplissement de la loi de Moïse. Avec saint Jean, la notion atteint sa perfection, décrivant dès lors aussi bien l'amour fraternel que les relations des personnes divines entre elles.

Ysabel de Andia : Éros et Agape: la divine passion d'amour

Doit-on opposer-l'éros (désir) et l'agapè (charité), ou peut-on les identifier, et dire qu'il y a un éros divin ? Et ne peut-on pas parler d'une divine passion de l'amour, la Passion du Christ crucifié ? Qu'est-ce qu'aimer ? Une méditation sur les grands textes scripturaires et patristiques propose une réponse à ces questions. 

Joaquim Cerqueira Conçalves : Saint Augustin : deux amours ont fait deux cités

La Cité de Dieu permet de considérer saint Augustin comme le théologien de l'amour. « Chacun est ce qu'est son amour» : la charité est l'unique critère et la conversion à l'amour s'impose dans tous les domaines : psychologique (la conversion d'Augustin), moral, social et culturel.

La charité active 
Patrick Giros : Aux captifs, la libération

« Aller dans la rue les mains nues... ». Dans les pas du Christ de l'Évangile, c'est la réponse de l'Église au défi lancé par les pauvres du monde moderne, ces exclus — jeunes ou moins jeunes — que nous ne voulons pas voir : un nouveau regard, une nouvelle écoute, puisés aux sources de la prière... Ce cri des pauvres, qui nous renvoie à notre propre misère, n'est-il pas un appel à convertir nos coeurs ? 

Ambroise Laurent : L'État, monstre froid au coeur d'or

La charité publique est souvent ignorée des médias qui lui préfèrent la charité privée. Pourtant, on peut mesurer un véritable rôle caritatif de l'État.


Dossier : Marie-Joseph Le Guillou

Le père Marie-Joseph Le Guillou nous a quittés en janvier 1990. Il appartenait au comité de rédaction de Communio, et de nombreux membres et lecteurs de la revue lui doivent beaucoup. Les deux  témoignages qui suivent visent à manifester que nous essayons de travailler à la suite de son oeuvre spéculative et de sa vie crucifiée. 

Guy Bedouelle : Le mal, le chrétien et l'histoire dans la pensée du père Le Guillou

Mgr Claude Dagens : Le mystère de la Croix dans la mission de l'Église

Ordonner la charité

Vincent Carraud

 

« … Tu peux me dire: je n'ai pas vu Dieu. Mais peux-tu me dire : je n'ai pas vu d'homme ? Aime ton frère ! Si tu aimes ton frère que tu vois, tu vois en même temps Dieu lui-même, car tu verras la charité même. » (Saint Augustin, Commentaire sur la première Épître de Jean, V, 7.)

« Ainsi, j'ai dû rayer de ma liste Une pauvresse qui fréquentait un socialiste.» (Jacques Brel, Les Dames patronesses. Dans J. Clouzet, Jacques Brel, Paris, 1964, p. 85.)

 

Depuis l'origine de la revue, le premier cahier annuel des différentes éditions de Communio traitait un point de la confession de la foi ; après quinze années d'étude systématique du Credo, il a été décidé de consacrer le premier cahier annuel à l'une des paroles du Décalogue (1992). Parallèlement à ces deux séries fondamentalement catéchétiques, Credo et Décalogue, qui répondaient à la vocation internationale commune de la revue, les éditions de Communio ont proposé à leurs lecteurs plusieurs ensembles de réflexions, sur les sacrements d'abord (de 1977 à 1985) puis, à partir de 1986 pour l'édition francophone, sur les Béatitudes; ainsi s'est constitué, régulièrement ou irrégulièrement selon les éditions, un second pôle théologique annuel. Il y a deux ans et demi, lors de la réunion internationale de Rome, le besoin de réfléchir sur les « vertus » s'est imposé à tous. D'où ce cahier sur la charité, « la plus haute des vertus ».

Ce premier sujet est peut-être, aujourd'hui, le plus difficile. Il ne va pas de soi qu'il puisse être traité correctement. C'est d'abord une affaire de mots, parce que ce qui nomme la plus grande des vertus théologales, le mot «charité », est devenu peu utilisable : ses emplois, affadis et banalisés, ou purement techniques, le rendent insignifiant, comme son synonyme habituel du côté des passions humaines, l'amour : [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Dossier : Marie-Joseph Le Guillou

Le père Marie-Joseph Le Guillou nous a quittés en janvier 1990. Il appartenait au comité de rédaction de Communio, et de nombreux membres et lecteurs de la revue lui doivent beaucoup. Les deux  témoignages qui suivent visent à manifester que nous essayons de travailler à la suite de son oeuvre spéculative et de sa vie crucifiée. 

Guy Bedouelle : Le mal, le chrétien et l'histoire dans la pensée du père Le Guillou

Mgr Claude Dagens : Le mystère de la Croix dans la mission de l'Église


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 20

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La Charité - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger