Hans Urs von Balthasar : Théologie et culture

N° 178 Mars - Avril 2005*

Hans Urs von Balthasar (1905-1988), est l’un des plus grands théologiens du XXe Siècle. il laisse une oeuvre immense : plus de cent ouvrages. Littérature et philosophie, humanisme et théologie, mystique et conceptualité, Bible et culture ne cessent de s’y répondre, créant un nouveau style de pensée.

Pour le centenaire de sa naissance la revue Communio, qu’il a fondée, rend hommage à son esprit universel, et montre son insertion dans la pensée européenne du XXe siècle. Pour manifester la fécondité de son oeuvre, nous avons invité pasteurs, philosophes et théologiens à présenter ses aspects les plus remarquables, pour aller, avec elle, encore plus loin.

 

Page Titre Auteur(s)
9 Balthasar : une figure et une oeuvre Olivier BOULNOIS
13 L’impact de l’oeuvre de Balthasar Jean-Marie LUSTIGER
23 La "Trilogie" de Hans Urs von Balthasar : une théologie de la culture européenne Peter HENRICI
35 Le nom et l’image de Dieu Olivier BOULNOIS
51 La Gloire et la Croix et l’histoire de la métaphysique Vincent CARRAUD
65 La beauté comme inchoation de la gloire Jean-louis CHRÉTIEN
77 Le "phénomène du Christ"selon Hans Urs von Balthasar Jean-Luc MARION
83 Le samedi-saint spéculatif et la descente aux enfers Xavier TILLIETTE
91 De la prière comme lieu de la théologie Michel CORBIN
106 Surnaturel chez Henri de Lubac et Hans Urs von Balthasar Georges CHANTRAINE
121 Prière pour Communio Hans Urs VON BALTHASAR

Éditorial : Communio : Un hommage créatif

L’unité de l'oeuvre

Olivier Boulnois: Balthasar, une figure et une oeuvre

Une présentation de la biographie et de l’oeuvre du cardinal von Balthasar

Jean-Marie Lustiger : L’impact de l’oeuvre de Balthasar dans l’Église contemporaine

L’oeuvre de Balthasar est une reprise de fond de toute la situation spirituelle, intellectuelle, théologique et de la vie de l’Église, « enlisée » dans les sables du monde moderne. Balthasar a rouvert les sources de la tradition chrétienne dans un acte de foi, qui est en même temps un acte de vérité, pour réassumer la totalité de la culture.

Peter Henrici : La « Trilogie » de Hans Urs von Balthasar : une théologie de la culture européenne

La présentation de la «Trilogie » batlhasarienne permet de découvrir le sens d’une entreprise hors norme qui met en oeuvre la relation fondamentale entre théologie et culture. Confrontation risquée qui n’échappe au drame qu’en se référant à la Révélation de l’amour d’un Dieu qui agit dans l’histoire : tel est l’enjeu de la théologie esthétique qui ouvre au dialogue intratrinitaire et trouve son accomplissement dans la Dramatique divine.

Philosophie

Olivier Boulnois : Le nom et l’image de Dieu

Balthasar insiste sur la transcendance d’un Dieu au-delà de la négation même. Il montre que toute nomination de Dieu vient du Christ, la Parole éternelle du Père. Avec son « esthétique théologique », Balthasar expose comment Dieu se révèle à travers des figures, la première étant celle du Christ, image du Père. Le même statut incombe alors à l’image et à la parole : renvoyer à ce qui les dépasse.

Vincent Carraud : La Gloire et la Croix et l’histoire de la métaphysique

Si l’oeuvre balthasarienne est commandée par un souci de conciliation et d’intégration, c’est aussi une oeuvre tranchante, spécialement dans son dédain théologique de la métaphysique, rigoureusement entendue comme science de l’étant en tant qu’étant. Lorsqu’il s’agit de réintroduire le rayonnement de la gloire divine, Balthasar procède de manière abrupte quand il prend position sur la question des transcendantaux, et tout particulièrement celle du beau.

Jean-Louis Chrétien : La beauté comme inchoation de la gloire

L’inchoation (du latin chrétien inchoatio), sert à nommer un commencement nouveau dans le temps, qui ne finira pas avec le temps, le « déjà là et pas encore » vécu dans la vie de la grâce, qui inaugure la vie éternelle. En faisant du beau un transcendantal, Balthasar voit dans la beauté une « inchoation de la gloire », une promesse déjà tenue tout en demeurant promesse, un appel de l’infini au coeur du fini.

Jean-Luc Marion : Le « phénomène du Christ » selon Hans Urs von Balthasar

Balthasar refuse de penser Dieu comme un objet parmi d’autres, soumis à des approches extérieures, à nos interprétations humaines et scientifiques. En se révélant lui-même comme contenu, il nous donne le moyen de l’interpréter, la forme de la révélation. Dieu propose donc à notre expérience finie un moyen de s’ouvrir sur ce qui la dépasse.

Théologie

Xavier Tilliette : Le samedi-saint spéculatif et la descente aux enfers

Hegel mettait au centre de sa philosophie le « vendredi-saint spéculatif » : il interprétait philosophiquement le vendredi-saint comme le sacrifice par Dieu de sa divinité (sécularisation). Balthasar, au contraire, insiste sur le silence de Dieu le samedi-saint : l’absence de Dieu, l’invisibilité du Père, font partie du drame de la rencontre entre Dieu et l’homme. La dimension finie de l’existence humaine, la souffrance et la mort ont été éprouvées par le Christ et sont entrées en Dieu. Nous pouvons alors espérer que cette absence soit transmuée dans la gloire de la Résurrection.

Michel Corbin: De la prière comme lieu de la théologie

La pensée de Balthasar éclaire celle de saint Anselme. Elle conduit à reconnaître Dieu comme « tel qu’on n’en peut rien penser de plus grand », ce qui signifie l’abandon d’une ontologie philosophique préalable à la réflexion théologique. Mais alors que c’est la transcendance débordante de Dieu qui nous donne de le penser, la « reconnaissance de l’existence de Dieu » s’insère dans la prière : nous demandons à Dieu de nous aider à connaître ce qui surpasse toute connaissance.

Georges Chantraine : Surnaturel chez Henri de Lubac et Hans Urs von Baltasar

L’oeuvre de Balthasar ne peut se comprendre que dans la fidélité à la réflexion du Père de Lubac. En critiquant et en renouant avec les Pères de l’Eglise, et notamment avec Augustin, mais aussi en discutant avec l’humanisme athée, Lubac et Balthasar insistent sur l’idée que le désir de Dieu anime naturellement tout l’homme, et qu’en même temps, seule la libre générosité divine peut venir le combler.

Hans Urs von Balthasar : Prière pour Communio

Un hommage créatif

« L’amour garde la gloire.» Hans Urs von Balthasar

Le père Hans Urs von Balthasar est né en 1905. À l’occasion de ce centenaire, de nombreux colloques seront consacrés à son oeuvre.

Mais la revue Communio, qu’il a fondée, ressent une dette particulière à son égard. Nous avons voulu lui rendre hommage, dans le même esprit qui présida à la fondation de la revue Communio, pour servir l’intelligence de la foi dans ce pays et dans notre époque. Nous avons voulu rendre hommage à son esprit catholique, c’est-à-dire universel, à son immense culture, à son insertion dans la philosophie, la théologie et la littérature européennes du XXe siècle. L’Unesco, organisation internationale pour l’éducation et la culture, était pour cela un endroit approprié.

En organisant un colloque le 22 janvier 2005, nous avons voulu aussi, par fidélité à son esprit toujours créatif, toujours sur la brèche, montrer la fécondité de son oeuvre. C’est pourquoi nous avons invité plusieurs philosophes et théologiens à présenter quels sont, selon eux, les aspects les plus remarquables de la pensée de Balthasar, à indiquer dans quelles directions ils ont pu prolonger ses travaux, et comment nous pourrions, avec eux, aller encore plus loin.

Ce sont les communications du 22 janvier que nous livrons ici. Nous y avons seulement ajouté une présentation biographique, ainsi qu’un article de Mgr Henrici, coordinateur international de la revue Communio, qui a bien voulu présider cette journée.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 3

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Hans Urs von BALTHASAR : Théologie et culture - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Le "phénomène du Christ" selon Hans Urs von Balthasar Jean-Luc MARION - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger