La paix

N° 257 Mai - Aout 2018*

« Heureux les artisans de paix », disent les Béatitudes. La paix peut se comprendre comme une certaine tranquillité de l'ordre, construction rationnelle fragile et toujours menacée, mais il n'est de paix que fondée sur la paix du Christ, c'est-à-dire une grâce qui se reçoit, non passivement mais dans la Passion qui arrache l'homme à l'autosuffisance.

Page Titre Auteur(s)
8 Editorial - La paix qui vient Paul COLRAT
19 Prince de la Paix (Isaïe, 6-12) Jacques CAZEAUX
29 Paix universelle et rejet du prophète dans l'oeuvre de Luc Jean Philippe FABRE
41 Adieu à la "paix perpétuelle" ? Le défi des nouveaux types de guerres pour la morale et pour le droit Holger ZABOROWSKI
51 Guerre et paix aujourd'hui Hans MAIER
61 Saint Augustin et la paix de la cité Émilie TARDIVEL
71 L'Europe et la paix Etienne GILSON
89 Un examen de conscience international Benoît CARNIAUX
105 Le soldat et la paix - un témoignage Xavier de MARNHAC
117 Vertu guerrière et vertu humanitaire Jean Christophe RUFFIN
125 Sigrid Undset, ou l'écriture de la conversion Jean-Robert ARMOGATHE
134 La conversion de Paul Bourget, chemin vers l'Inconnaissable Bernard GENDREL
144 Gilbert Keith Chesterton, la conversion d'un loufoque anglais Florian MICHEL
153 À la recherche du beau et du convenable en médecine palliative Louis-André RICHARD
162 À Peter Henrici, pour ses quatre-vingt-dix ans Heinrich SCHMIDINGER
167 L'apport de Hans Urs von Balthasar à la théologie fondamentale Hansjürgen VERWEYEN
181 Les inflexions du motu proprio Omnium in mentem Denis DUPONT-FAUVILLE

Éditorial : Paul Colrat : La paix qui vient

Thème : La paix

Jacques Cazeaux : Prince de la Paix (Isaïe, 6 - 12)

L’expression « prince de la paix » que l’on trouve chez Isaïe doit être lue dans le contexte de 1 Samuel 8 qui énonce la charte du roi pervers, Achaz. Le prince de paix eschatologique manifeste l’iniquité des rois. Par conséquent, l’attribution à Jésus du titre de « prince de paix » doit se lire comme l’annonce d’une miséricorde donnée à ceux qui ont adoré la paix promise par les rois terrestres, satisfaisant la volonté de puissance de leurs sujets.

Jean-Philippe Fabre : Paix universelle et rejet du prophète dans l'œuvre de Luc

L’Évangile de Luc insiste particulièrement sur le rôle de « prince de la paix » donné à Jésus, mais cette pacification s’effectue par le rejet de Celui qui apporte la paix. C’est en étant rejeté que le Christ donne la paix, prophète incompris et messie outragé. Ainsi s’éclaire à la fois le rapport mimétique entre la paix chrétienne proposée par saint Luc et la pax romana, dans l’aspiration à une paix universelle, et la différence fondamentale entre les deux, le Christ apportant la paix non pas en s’imposant par les armes, mais au contraire en étant rejeté.

Holger Zaborowski : Un adieu à la paix éternelle ?

Les guerres modernes infligent une tâche nouvelle à la pensée de la paix. Par leur différence avec les guerres anciennes, elles abolissent les distinctions structurelles qui permettaient de penser la paix, à commencer par la différence entre la paix et la guerre, à cause d’un état de guerre toujours latent voire invisible. La guerre en devenant de plus en plus abstraite, développant toujours plus les technologies meurtrières, est en même temps devenue de plus en plus durable, remplaçant la paix perpétuelle voulue par Kant par un état permanent de guerre.

Hans Maier : La guerre et la paix aujourd’hui

La guerre d’aujourd’hui n’est plus limitée par des normes juridiques, des distinctions théoriques, par exemple entre civils et militaires, ni même par des habitudes militaires, comme le respect des prisonniers. Elle est selon H. Maier une « guerre illimitée » au sens à la fois d’une guerre sans fin et d’une guerre sans définition, si bien qu’elle n’est plus un moment à part dans la vie quotidienne des sociétés développées, mais « elle s’infiltre dans la normalité, dans le quotidien ».

Emilie Tardivel : St Augustin et la paix de la cité

Conquête toujours partielle et provisoire, la paix de la cité apparaît, dans la Cité de Dieu de saint Augustin, comme une sorte de « zone grise » entre la guerre et la paix céleste, dont la pax romana offre une illustration. Manifestation de la charité dans le monde, les chrétiens sont appelés à en faire bon usage, ce qui n’implique pas seulement ni toujours de respecter l’ordre établi, mais aussi d’avoir un rapport critique à l’ordre, surtout quand celui-ci nie la condition de l’ordre – la séparation des ordres.

Etienne Gilson : L'Europe et la paix

Dans cette conférence (introduite par Florian Michel) prononcée en décembre 1939 à l’Université de Montréal, É. Gilson pose la question, connue depuis le xvie siècle avec Grotius, devenue cruciale quarante ans plus tard grâce aux débats sur le droit d’ingérence, de la légitimité d’un pays à intervenir dans un conflit militaire qui n’est pas le sien, notamment face à un tyran. Critiquant vertement le « Neutralisme » de certains catholiques américains, É. Gilson pose la question de la légitimité – et de la nécessité – de l’intervention des USA dans le conflit entre la France et l’Allemagne nazie, en réactualisant la théologie augustinienne de la justa pax.

Benoît Carniaux : Pax nostra, un examen de conscience international

Dans la pensée de Gaston Fessard, la paix, loin d’être l’abolition de toutes les frontières, se conçoit comme leur transformation en médiation vers l’universel. Ainsi la paix mondiale doit se penser à partir des frontières nationales, tout à la fois comme leur maintien et leur relativisation – ce que permet de penser la notion de subsidiarité.

Général Xavier de Marnhac  : Le soldat et la paix, un témoignage

Il est plus facile de remporter une victoire militaire que d’établir la paix. Malgré les progrès réalisés par ce qu’il est convenu d’appeler la communauté internationale, la réalité du monde demeure la violence et seule la combinaison de la force et du droit permet de la maîtriser. Contribuer au maintien de la paix dans un environnement politico-diplomatique, historique et sociologique complexe passe par la gestion de nombreuses contradictions. L’édifice juridique construit au fil des siècles ne saurait garantir seul la paix sans s’appuyer sur un bras solidement armé: c’est l’honneur du soldat, en démocratie, que de mettre cette force au service du droit.

Jean-Christophe Rufin : L’invention de la vertu humanitaire

La description de la bataille de Solférino par Henri Dunant, premier prix Nobel de la paix en 1901, marque un tournant dans la pratique de la guerre. Décrire non seulement le geste guerrier, mais le lendemain du geste guerrier, avec ses membres mutilés et ses rivières de sang, conduit Henri Dunant à élaborer les linéaments du droit humanitaire. En fondant la Croix-Rouge, ce protestant suisse voulait créer un dispositif durable de soin, prêt à intervenir en toute occasion, soignant indistincte- ment les ennemis, conformément à un nouveau droit de la guerre.

Dossier : De quelques convertis du XXe siècle

Jean-Robert Armogathe : Sigrid Undset ou l'écriture de la conversion

Venue de l’indifférence religieuse, à partir d’un luthéranisme sécularisé, Sigrid Undset (1882-1949), prix Nobel de littérature en 1928, fut reçue dans l’Église catholique à la Toussaint 1924. Le travail de la grâce à l’œuvre dans l’écriture montre le cheminement de celle qui, après une vie tourmentée « au gré de ses caprices », adhéra à la demande du Pater : « que ta volonté soit faite ».

Bernard Gendrel : La conversion de Paul Bourget, chemin vers l’Inconnaissable

Pour beaucoup, à travers ses articles et ses romans, Paul Bourget (1852-1935) est le représentant d’un conservatisme politique et moral dont la religion n’est qu’une conséquence. Le journal intime révèle un autre Bourget, plus sentimental, plus mystique, et permet d’écarter tout soupçon de ralliement idéologique.

Florian Michel : Gilbert Keith Chesterton, la conversion d’un loufoque anglais

Gilbert Keith Chesterton (1874-1936), l’un des très grands noms du renouveau catholique qui marqua les lettres anglaises contemporaines, fut reçu dans l’Église catholique romaine en juillet 1922 par le prêtre qui servit de modèle au Father Brown. Personnalité baroque au tempérament paradoxal, il avança, pour rendre compte de sa conversion, la vérité objective du catholicisme et la quête de la libération des péchés. Le catholicisme de Chesterton est celui de la beauté, de la vraie liberté, de l’affirmation de la vie et de la gratitude spirituelle.

Signets

Louis-André Richard: À la recherche du beau et du convenable en médecine palliative

L’évolution des sciences et de l’art médical qui bouleverse nos manières de concevoir la fin de nos existences entraîne une modification du rapport politique à la mort, apparemment inéluctable. Cette modification comporte-t-elle plus d’avantages que d’inconvénients dans le développement de nos sociétés contemporaines? Il s’agit de débusquer les pièges pour mieux cadrer la réflexion portant sur la fin de vie.

Heinrich Schmidinger: À Peter Henrici, pour ses quatre-vingt-dix ans

Cet hommage brosse le tableau d’une vie, non seulement bien remplie, mais surtout, d’une vie guidée par la Providence, à qui Peter Henrici s’en remettra toujours. Dans les multiples situations qu’il aura à vivre – évêque auxiliaire du diocèse de Coire et professeur de philosophie à l’Université pontificale grégorienne de Rome, pour ne citer que deux titres– émerge sa constante disponibilité pour assumer des tâches imprévues et en tirer le meilleur parti possible.

Hansjürgen Verweyen : L’apport de Hans Urs von Balthasar à la théologie fondamentale

L’opposition entre Balthasar et Rahner permet de discerner les points focaux de la théologie balthasarienne, qui est un refus conjoint de la scolastique et du kantisme: toute chose s’éclaire dans la figure qui touche les sens (« esthétique théologique »), la gloire se manifeste dans la défiguration du Christ sur la croix, l’amour seul, enfin, est digne de foi.

Denis Dupont-Fauville : Les inflexions du motu proprio Omnium in mentem

Par le motu proprio Omnium in mentem, il y a bientôt neuf ans, le pape Benoît XVI, en harmonisant de façon apparemment technique deux canons du Code avec les textes du concile Vatican II, recentrait notre regard sur le diaconat, permettant du même coup d'ouvrir des perspectives parfois inattendues.

 

Nous remercions Thomas Alferi, Françoise Brague, Isabelle Julg, Hubert Muckensturm et Jean-Benoît Poulle pour leur concours gracieux comme traducteurs.

La paix qui vient 

Paul Colrat

« Malheureux donc le peuple séparé de ce Dieu! Il aime pourtant, lui-aussi, une certaine paix légitime qui lui est propre, mais qu’à la fin il n’aura plus parce qu’il en use mal avant cette fin. Qu’il en profite dans l’entretemps de cette vie, c’est également notre intérêt; car tant que s’entremêlent les deux cités, nous usons nous aussi de la paix de Babylone» Saint Augustin, Cité de Dieu, XIX, 26, BA, t. 37, p. 167.

«Si, donc, on nous demande quels sont nos buts de guerre, nous répondrons : la victoire; mais si l’on demande quel est le but de cette victoire, nous répondrons : le rétablissement de l’ordre et de la tranquillité qui en résulte, les anciens ennemis enfin réconciliés dans l’unité d’une paix qui soit leur comme elle sera nôtre, et dont nous puissions dire en commun, eux comme nous, notre paix » Étienne Gilson, «L’Europe et la paix », Revue trimestrielle canadienne, Montréal, Université de Montréal, 1940, n° 26, p. 27-43

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix1 ». Selon cette phrase de l’Évangile de Jean reprise par la liturgie, le Christ serait la source d’une paix spécifique, sa paix – la paix authentiquement chrétienne. C’est pourquoi le Christ précise immédiatement après le point sur lequel porte la différence : « Je ne vous la donne pas comme le monde la donne ». La différence entre la paix chrétienne et la paix des païens ne tient pas à une différence intrinsèque, mais à une différence dans la manière de se donner. La paix chrétienne est apparemment semblable à la paix du monde, mais elle ne se donne pas comme elle. Semblable dans sa définition, différente dans sa donation. Il faut donc dire d’abord en quoi elle est comme la paix du monde. D’abord elle est, comme la paix païenne, une certaine tranquillité. Être apaisé signifie être tranquille, sans tourment. La paix serait ainsi l’état où rien ne trouble l’âme ni la cité, un état où la guerre est absente. Mais la pacification ne suffit pas à définir la paix, tant on connaît ces pacifications qui cachent le jeu de la force et de la domination. La paix est indissociable de la justice. Être en paix signifie être réconcilié ; la paix serait ainsi un état où la faute est dépassée par une harmonie retrouvée.

Mais il reste encore un pas à franchir pour trouver ce qui fait l’originalité de la manière dont le Christ donne la paix. Cet écart entre la paix païenne et la paix chrétienne est celui que marque la Croix. Le Christ donne la paix en se donnant, faisant du don de soi le fondement paradoxal de l’ordre. Fondement paradoxal car il ne consiste pas à maintenir l’ordre tel qu’il est, et à l’accommoder avec d’autres ordres existants, mais au contraire à se démettre de soi, à se réduire soi-même à l’état de serviteur. Si c’est en passant sur la Croix que le Christ donne sa paix, alors le chemin pour trouver la paix, dans l’homme, dans la cité, dans le monde, n’est pas celui du maintien de leurs existences telles qu’elles sont, mais leur destitution par leur conversion. La paix païenne se donne comme maintien en l’état de l’être individuel ou collectif, la paix chrétienne se donne comme conversion. La paix chrétienne ne se donne pas par une auto-immunisation de la politique, mais au contraire par sa déposition.

La justa pax : pas de justice, pas de paix

Réciproque de la guerre juste, la notion de paix injuste montre le potentiel critique dans la pensée chrétienne de la paix. La tour de Babel est le modèle de cette paix injuste, qui ne scelle l’unité que par des briques et du mortier et non par l’adoration du Seigneur. [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1  Traduction liturgique de Jean 14, 27

De quelques convertis du XXe siècle

Jean-Robert Armogathe : Sigrid Undset ou l'écriture de la conversion

Venue de l’indifférence religieuse, à partir d’un luthéranisme sécularisé, Sigrid Undset (1882-1949), prix Nobel de littérature en 1928, fut reçue dans l’Église catholique à la Toussaint 1924. Le travail de la grâce à l’œuvre dans l’écriture montre le cheminement de celle qui, après une vie tourmentée « au gré de ses caprices », adhéra à la demande du Pater : « que ta volonté soit faite ».

Bernard Gendrel : La conversion de Paul Bourget, chemin vers l’Inconnaissable

Pour beaucoup, à travers ses articles et ses romans, Paul Bourget (1852-1935) est le représentant d’un conservatisme politique et moral dont la religion n’est qu’une conséquence. Le journal intime révèle un autre Bourget, plus sentimental, plus mystique, et permet d’écarter tout soupçon de ralliement idéologique.

Florian Michel : Gilbert Keith Chesterton, la conversion d’un loufoque anglais

Gilbert Keith Chesterton (1874-1936), l’un des très grands noms du renouveau catholique qui marqua les lettres anglaises contemporaines, fut reçu dans l’Église catholique romaine en juillet 1922 par le prêtre qui servit de modèle au Father Brown. Personnalité baroque au tempérament paradoxal, il avança, pour rendre compte de sa conversion, la vérité objective du catholicisme et la quête de la libération des péchés. Le catholicisme de Chesterton est celui de la beauté, de la vraie liberté, de l’affirmation de la vie et de la gratitude spirituelle.

Signets

Louis-André Richard: À la recherche du beau et du convenable en médecine palliative

L’évolution des sciences et de l’art médical qui bouleverse nos manières de concevoir la fin de nos existences entraîne une modification du rapport politique à la mort, apparemment inéluctable. Cette modification comporte-t-elle plus d’avantages que d’inconvénients dans le développement de nos sociétés contemporaines? Il s’agit de débusquer les pièges pour mieux cadrer la réflexion portant sur la fin de vie.

Heinrich Schmidinger: À Peter Henrici, pour ses quatre-vingt-dix ans

Cet hommage brosse le tableau d’une vie, non seulement bien remplie, mais surtout, d’une vie guidée par la Providence, à qui Peter Henrici s’en remettra toujours. Dans les multiples situations qu’il aura à vivre – évêque auxiliaire du diocèse de Coire et professeur de philosophie à l’Université pontificale grégorienne de Rome, pour ne citer que deux titres– émerge sa constante disponibilité pour assumer des tâches imprévues et en tirer le meilleur parti possible.

Hansjürgen Verweyen : L’apport de Hans Urs von Balthasar à la théologie fondamentale

L’opposition entre Balthasar et Rahner permet de discerner les points focaux de la théologie balthasarienne, qui est un refus conjoint de la scolastique et du kantisme: toute chose s’éclaire dans la figure qui touche les sens (« esthétique théologique »), la gloire se manifeste dans la défiguration du Christ sur la croix, l’amour seul, enfin, est digne de foi.

Denis Dupont-Fauville : Les inflexions du motu proprio Omnium in mentem

Par le motu proprio Omnium in mentem, il y a bientôt neuf ans, le pape Benoît XVI, en harmonisant de façon apparemment technique deux canons du Code avec les textes du concile Vatican II, recentrait notre regard sur le diaconat, permettant du même coup d'ouvrir des perspectives parfois inattendues.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
19.59 2.10 20.00 Stock: 32

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La paix - couvertures - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
La paix -texte - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier