A tout péché, miséricorde

M. Rémi BRAGUE
La rémission des péchés - n°81 Janvier - Février 1989 - Page n° 18

Pour être délivré du mal, il suffit de se reconnaître pécheur. Une fois pris en charge par une personne, et donc devenu péché, le mal est accessible au pardon. En remettant les péchés de quiconque accepte qu'ils lui soient remis, Dieu redonne la liberté de ne plus pécher, en rendant capable de vouloir le bien qu'Il est lui-même.

Qui veut parler de «rémission des péchés» se heurte dès le début à une difficulté de vocabulaire. Elle porte sur chacun des deux termes qui composent cette expression. Le mot de « rémission », d'une part, n'est pas de nos jours sans prêter à confusion. En effet, dans le langage actuel, on n'emploie plus guère les dérivés du verbe « remettre » que dans un contexte juridique ou médical : on parle d'une remise de peine, et l'on parle aussi d'une rémission dans l'évolution, par exemple, d'un cancer. Ce n'est pas alors la guérison, mais son piètre substitut dans une maladie dont on considère, que, comme on le dit très bien, elle « ne pardonne pas ». Or, parler de « rémission des péchés », dire «tes péchés te sont remis », c'est au contraire parler de pardon, au sens le plus propre — même si, comme on le verra, le terme de pardon est encore insuffisant à rendre compte de la rémission.

Le mot de péché est, de son côté, encore plus difficile à employer sans risquer le contresens. Il véhicule en effet, chez la plupart de nos contemporains, une masse de représentations vagues, voire troubles. Quant à l'image aujourd'hui répandue de ce que l'Église enseigne à ce sujet, elle est le plus souvent fausse, si ce n'est le contraire même de la vérité. A tel point qu'il me semble impossible d'espérer parler de la rémission des péchés sans commencer par détruire ces représentations qui d'emblée barrent la route à la compréhension de ce qu'est ce péché dont les chrétiens confessent que Dieu le remet.

1 Il importe en premier lieu de briser l'association d'idées, sotte, mais répandue, qui fait que l'on identifie (que ce soit en un sens positif ou négatif) le péché au plaisir. Une publicité susurrait naguère : « Cela fait tellement plaisir que c'en est presqu'un péché ». Il s'agissait en l'occurrence de quelque chose de comestible [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 19

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La rémission des péchés - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Le blasphème contre le Saint-Esprit - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Ça ne pardonne pas - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger