Dieu est amour

N° 181 Septembre - Décembre 2005*

"Dieu est amour" est un énoncé à la fois bouleversant et redoutable. Il n’apparaît que tardivement dans l’Ecriture, dans la Première Epitre de Jean. Il n’est pas développé ailleurs, ni dans l’islam, ni dans le judaïsme. Il convient donc d’interroger sérieusement les expériences de l’amour que nous sommes tentés de plaquer sur Dieu, comme les définitions dans lesquelles nous voulons l’enfermer, au risque des pires idôlatries : celle du sentiment et celle du concept. et de mettre un terme à l’opposition entre éros et agapè, sans esquiver la violence de la thématique érotique, qui parcourt toute la Bible et les ouvrages des Pères, en la réduisant à une simple allégorie. Il fallait sans doute que la Révélation passe par l’expérience de l’éros comme il fallait que Dieu visite cette violence pour que l’homme et la femme en reçoivent un jour la délivrance.
Page Titre Auteur(s)
5 Esprit et feu Communio : 1975-2005 Olivier BOULNOIS
11 La transcendance par excellence Jean-Luc MARION
19 La connaissance de l’Amour Laurent LAVAUD
35 La révélation au risque d’éros Anne-Marie PELLETIER
47 Le Cantique des cantiques et sa signification dans l’histoire et dans le temps Franz JUNG
59 Itinéraire de la charité vers Dieu Olivier BOULNOIS
75 Dieu Charité Emmanuel FALQUE
89 L’amour de Dieu et la vérité cachée de l’athéisme Stefan OSTER
101 Pardonner l’impardonnable ? Jankélévitch et Derrida sur une question qui doit rester ouverte Jan-Heiner TÜCK
115 Le pape de la divine miséricorde Jean-Robert ARMOGATHE
121 Frère Roger : Dieu dans l’amour, le silence et la simplicité Régis BURNET
125 Thérèse : "Je serai l’Amour" Guy GAUCHER
133 Amour, Florence et La Pira Riccardo BIGI
145 Aux sources de l’Europe Dominique PONNAU
161 Histoire et Vérité Henry de VILLEFRANCHE
171 La sécularisation est-elle finie ? Thierry-Dominique HUMBRECHT
181 L’Europe unie : un point de vue hongrois Peter ERDÖ
193 L’inconvenante vérité de la foi : Joseph Ratzinger, un profil théologique Helmut HOPING

Introduction : Olivier Boulnois : Esprit et feu, Communio 1975-2005

ÉditorialJean-Luc Marion : La transcendance par excellence

L'amour comme révélation

Laurent Lavaud : La connaissance de l’Amour

Il convient de ne pas s’accommoder trop vite de l’énoncé « Dieu est amour » sans interroger les expériences de l’amour que nous sommes tentés de plaquer sur Dieu, comme les définitions dans lesquelles nous voulons l’enfermer au risque des pires idolâtries : celle du sentiment et celle du concept.

Anne-Marie Pelletier : La révélation au risque d’éros

On tente ici de ne pas esquiver la violence de la thématique érotique qui parcourt toute la Bible en la réduisant à une simple allégorie. Il fallait sans doute que la Révélation passe par l’expérience de l’éros, comme il fallait que Dieu visite cette violence pour que l’homme et la femme en reçoivent un jour la délivrance.

Franz Jung : Le Cantique des cantiques et sa signification dans l’histoire et dans le temps

La vie de l’Église au quotidien ne peut se réduire à des problèmes d’organisation. Pour lui faire retrouver le vrai sens de sa mission, il est urgent de rappeler la formule de Lumen Gentium : «L’Église est épouse du Christ » : thème développé ici dans un commentaire du Cantique des cantiques.

Débat avec la philosophie

Olivier Boulnois : Itinéraire de la charité vers Dieu

Il est ruineux d’opposer l’amour et la connaissance, ou l’amour à la loi. C’est dans l’expérience d’autrui, et davantage encore dans notre incapacité d’aimer que nous recevons la charité et la connaissance : Dieu se dévoile dans son être comme la charité en personne.

Emmanuel Falque : Dieu Charité

Ni pure équivocité, ni simple univocité, la relation de l’eros et de l’agapè en Dieu doit s’interpréter dans le sens d’une métamorphose trinitaire de l’amour humain par la charité divine. Un parcours graduel passant respectivement par Richard de Saint-Victor, Origène, et Bernard de Clairvaux en montre le bienfondé, dans une thèse qui cependant le déborde de part en part.

Stefan Oster : L’amour de Dieu et la vérité cachée de l’athéisme

La parabole de l’enfant prodigue permet de saisir le sens de la relation Père-fils, telle que Dieu l’a voulue dans le don gratuit de son amour, telle que l’homme l’a détruite dans son refus d’y répondre. Il faut en conclure que seul cet amour de Dieu pour l’homme rend l’athéisme radical, avec toutes ses conséquences sur le rapport aux hommes et à la création qui leur a été confiée.

Jans-Heiner Tück : Pardonner l’impardonnable ?

Pardonner l’impardonnable ouvre un débat de conscience, en particulier aux juifs victimes des nazis et à leurs proches attachés à sauver de l’oubli ce qui fut « un crime contre l’humanité », devoir de mémoire qui, pour Jankélévitch, justifie le refus de pardonner, tandis que, pour Derrida , le pardon, loin d’être accordé à des fins précises, ne devient possible que s’il fait l’impossible. 

Entre nous des saints

Jean-Robert Armogathe : Le pape de la divine miséricorde

La miséricorde est l’exacte réponse de l’amour de Dieu aux péchés des hommes : tel est le message transmis par soeur Faustine. Relayé par la voix de Jean-Paul II, un appel à la Divine Miséricorde est lancé par l’Église à l’homme d’aujourd’hui pour le relever de ses fautes et le libérer de ses peurs.

Régis Burnet, Robert Toussaint : Frère Roger : Dieu dans l’amour, le silence et la simplicité 

La vie de Frère Roger, qui vient de nous quitter tragiquement, se confond avec l’histoire de Taizé, dont il a fait, par le simple témoignage de sa présence et de sa foi, un haut lieu de prière et de rencontre, en fondant une communauté oecuménique ouverte aux jeunes du monde entier.

Guy Gaucher : Thérèse : « Je serai l’Amour »

Comment expliquer cette phrase stupéfiante, écrite par une jeune carmélite malade, inconnue, et l’extraordinaire rayonnement de celle qui devint sainte Thérèse de l’enfant Jésus ? Sans doute parce qu’elle a voulu jusqu’au bout de ses forces s’identifier au Christ , en vivant pleinement de son amour miséricordieux. 

Riccardo Bigi : Amour, Florence et La Pira

En décidant à l’âge de 20 ans de se consacrer à Dieu, Giorgio La Pira a voulu exercer son apostolat laïc avec une exigence qui a marqué toute son activité professionnelle et politique, non sans provoquer l’incompréhension de ses adversaires. Par son voeu de chasteté, d’obéissance et de pauvreté, il se met tout entier au service des causes qui lui sont chères : charité, justice et paix : il fait de sa ville de Florence un lieu privilégié de culture et de rencontre, ouvert à tous, la cité de la paix.

Signets

Dominique Ponnau : Aux sources de l’Europe

En évoquant son itinéraire intellectuel, esthétique et spirituel, Dominique Ponnau cerne et désigne quelques unes des sources de l’Europe qui sont plurielles.

Henry de Villefranche : Histoire et Vérité

Comment lire l’Écriture, quand une approche socio-historique remet en cause le sens des textes et provoque le malaise des croyants ? Il faut savoir reconnaître les apports de la recherche actuelle : herméneutique philosophique, poétique littéraire, recours aux Pères de l’Église, pour qui l’exégèse devait conduire à l’illumination du coeur et de l’esprit. Seule l’alliance de l’intelligence et de la foi permet de recevoir les textes comme parole pour la vie.

Thierry-Dominique Humbrecht : La sécularisation est-elle finie ?

La question est celle de savoir si la sécularisation est une page qui est en train de se tourner ou si, au contraire, elle est le premier tome d’une oeuvre ; si elle s’oppose au christianisme ou bien en est l’issue nécessaire et spécifique ; si les domaines qui sont les siens, philosophique, théologique et ecclésial lui assurent un avenir ; ou bien si le retour du religieux et la nouvelle évangélisation lui assignent une place toujours instable et relative, plus large et plus étroite à la fois.

Peter Erdö : L’Europe unie : un point de vue hongrois

Dans une analyse techniquement bien informée, l’article se propose de répondre à la question posée par la confrontation du droit de l’Union européenne et du droit interne de l’Église, que connaissent, dans un contexte qui leur est propre, les états membres de l’UE ou appelés à le devenir.

Helmut Hoping, Jan-Heiner Tück : L’inconvenante vérité de la foi : Joseph Ratzinger, un profil théologique

Biographie et bibliographie de Joseph Ratzinger, Sa Sainteté Benoît XVI.

La transcendance par excellence

Jean-Luc Marion

« L’amour lui-même est une intelligence.» Guillaume de Saint-Thierry

« Si quelqu’un dit : “J’aime Dieu” et qu’il déteste son frère, c’est un menteur : Celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit ne saurait aimer le Dieu qu’il ne voit pas.» 1 Jean 4, 20

L’énoncé « Dieu est amour » (1 Jean 4, 16) ne va pas de soi. Ou plutôt, il va trop bien et trop souvent de soi, ravalé au rang d’une banalité éculée (« Comment Dieu ne serait-il pas bon ? »), d’une platitude politiquement correcte (« Ce Dieu là, au moins, ne pousse pas à la guerre »), voire d’un calme relativisme avant discrète apostasie (« Partout où l’on s’aime, Dieu se trouve » – et nulle part ailleurs). Bref, nommer Dieu comme amour marquerait, plus que toute autre dénomination, l’offensif et consensuel « humanisme » dans lequel les chrétiens aimeraient bien finalement dissoudre la rupture verticale et brutale que la Révélation impose au monde et à ses pensées.

Quelques indices devraient pourtant nous rendre plus circonspects sur cette apparente innocuité de l’énoncé « Dieu est amour ». -D’abord, le fait que la philosophie, sous la figure de la métaphysique, n’a jamais (à notre connaissance) repris cette dénomination pour désigner ce qu’elle entend sous le nom de « Dieu ». Cela, elle l’a parfois pensé comme l’Un ou le Bien (Platon, Plotin, Proclus). Plus souvent comme l’étant ou la substance par excellence (Spinoza, Leibniz, Hegel), voire l’être lui-même (Aristote, Thomas d’Aquin, Heidegger, etc.). Ou bien comme l’infini (Duns Scot, Suarez, Descartes) ou comme une idée de la raison (Kant, Nietzsche, Husserl). Mais, dans tous les cas, ces déterminations conduisent à la fin à l’attribut de la toute-puissance, sous la figure de la causalité efficiente, de la raison dernière ou du premier moteur, etc. Dans tous ces cas, la métaphysique ravale l’amour au rang dérivé d’un attribut parmi d’autres, à moins qu’elle ne garde un silence assourdissant sur l’amour. [...] 

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Dominique Ponnau : Aux sources de l’Europe

En évoquant son itinéraire intellectuel, esthétique et spirituel, Dominique Ponnau cerne et désigne quelques unes des sources de l’Europe qui sont plurielles.

Henry de Villefranche : Histoire et Vérité

Comment lire l’Écriture, quand une approche socio-historique remet en cause le sens des textes et provoque le malaise des croyants ? Il faut savoir reconnaître les apports de la recherche actuelle : herméneutique philosophique, poétique littéraire, recours aux Pères de l’Église, pour qui l’exégèse devait conduire à l’illumination du coeur et de l’esprit. Seule l’alliance de l’intelligence et de la foi permet de recevoir les textes comme parole pour la vie.

Thierry-Dominique Humbrecht : La sécularisation est-elle finie ?

La question est celle de savoir si la sécularisation est une page qui est en train de se tourner ou si, au contraire, elle est le premier tome d’une oeuvre ; si elle s’oppose au christianisme ou bien en est l’issue nécessaire et spécifique ; si les domaines qui sont les siens, philosophique, théologique et ecclésial lui assurent un avenir ; ou bien si le retour du religieux et la nouvelle évangélisation lui assignent une place toujours instable et relative, plus large et plus étroite à la fois.

Peter Erdö : L’Europe unie : un point de vue hongrois

Dans une analyse techniquement bien informée, l’article se propose de répondre à la question posée par la confrontation du droit de l’Union européenne et du droit interne de l’Église, que connaissent, dans un contexte qui leur est propre, les états membres de l’UE ou appelés à le devenir.

Helmut Hoping, Jan-Heiner Tück : L’inconvenante vérité de la foi : Joseph Ratzinger, un profil théologique

Biographie et bibliographie de Joseph Ratzinger, Sa Sainteté Benoît XVI.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67 2.10 16.00 Stock: 18

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Dieu est amour - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger