Pleurer chrétiennement − Une histoire médiévale

Madame Piroska NAGY
La sagesse des larmes - n°277 Septembre - Octobre 2021 - Page n° 67

L’engouement dont témoigne le Moyen Âge pour les larmes est étroitement lié au développement de la dévotion chrétienne. Si le Nouveau Testament et les Pères du désert en sont à l’origine, la popularité de Grégoire le Grand, appelé au Moyen Âge « Docteur de la componction » a joué un grand rôle dans la valorisation des larmes de repentir et dans l’élaboration théorique du sacrement de pénitence au XIIe siècle. À partir du XIIIe siècle, la signification et la pratique des larmes s’élargissent : le don des larmes devient la manifestation, parfois spectaculaire, d’une relation intime avec Dieu. Leur popularité se traduit notamment, avec Giotto, par leur première représentation picturale. Ainsi les larmes au Moyen Âge n’expriment pas tant la désolation que la sensibilité à la puissance de l’amour divin.

Habitués à prendre les larmes pour un signe de faiblesse et de féminité, notre monde condamne encore parfois les pleurs des hommes qui seraient alors la preuve d’un manque de force d’âme virile. Pourtant, l’expression émotive des hommes est de plus en plus appréciée par les femmes qui avouent volontiers leur affection pour les amoureux capables de s’émouvoir jusqu’aux larmes. Si aujourd’hui l’expression des émotions est de plus en plus pratiquée et encouragée dans l’espace privé, l’émotion envahit également l’espace public, politique et médiatique et ce, parfois de manière troublante. Reconnaître que nous vivons là une importante mutation de sensibilités et de
normes sociales nous permet de mesurer la distance immense qui nous sépare des saintes femmes, des ermites et chevaliers qui versaient souvent d’abondantes larmes, y compris en public, au témoignage des textes du Moyen Âge ; nous devenons dès lors plus attentifs aux dimensions culturelles de la vie affective1.

Comme toute expression d’émotion, larmes et pleurs permettent d’explorer une zone frontalière entre ce qui nous paraît spontané, naturel, universel d’une part, et ce qui apparaît d’emblée comme un substrat culturel particulier à une époque, à une civilisation, voire à une micro-culture, d’autre part. Ainsi, les sciences sociales comme les neurosciences tiennent de nos jours que les émotions et leurs expressions sont une construction bio-culturelle2 : chaque société, chaque culture investit ainsi de manière spécifique notre capacité anthropologique à nous émouvoir. Pour ce qui est des pleurs médiévaux, il est de prime abord difficile de comprendre sans explication pourquoi saint Louis désire tant le don des larmes ou pourquoi Marie d’Oignies, une béguine admirable du début du XIIIe siècle, verse tant de pleurs à l’église que la trace de ses pas s’en trouve mouillée. [...]
 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir les prochains numéros!


1 Voir Damien BOQUET – Piroska NAGY, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Seuil, 2015.

2 Voir Rob BODDICE, The History of Emotions, Manchester University Press, 2018 ; et un livre de neurosciences : Lisa FELDMAN BARRETT, How Emotions Are Made: The Secret Life of the Brain, Mariner Books, 2017.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71€ 2.10% 14.00€ 29

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La sagesse des larmes - pdf 7.84€ 2.10% 8.00€ Ajouter au panier
Editorial: quel bonheur pour ceux qui pleurent? - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
"Nous laissons les lamentations aux femmes" Hans-Ulrich Weidemann - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier
les pleurs et les larmes dans les psaumes: Györgyi Szatmari - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier
Le dialogue interreligieux comme dimension intrinsèque de la foi chrétienne : Michele Brignone - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier
La question du fondement: Angelo Scola - pdf 3.43€ 2.10% 3.50€ Ajouter au panier
La sagesse des larmes - pdf 7.84€ 2.10% 8.00€ Ajouter au panier