Le corps

N° 32 Novembre - Décembre 1980*

Claude Bruaire : L'esprit du corps

Problématique

Rémi Brague : Le corps est pour le Seigneur

Les discours pour ou contre le corps ont en commun de le supposer connu et comme à distance de notre esprit. Mais notre corps, parce qu'il marque l'histoire, l'originalité et la mémoire de chacun de nos destins, en sait plus sur nous-mêmes que nous sur lui. Il nous destine à plus que
nous-mêmes : à Celui qui nous a donné d'être.

Michel Sales, s.j. : Le mystère du corps humain

Le corps n'est pas une chose, mais le visage de l'esprit — et ce paradoxe, c'est l'homme. Le corps est aussi le visage que Dieu prend quand il s'inscrit dans la finitude de l'esprit créé.

Jean-Guy Page: L'Église, corps du Christ

Le corps n'est pas d'abord ni seulement un des domaines que la Révélation vient éclairer. Mais il offre un des lieux que se choisit la Révélation elle-même : car Celui qui se révèle, le Christ, a pris un corps humain et ne cesse de faire prendre corps à la communauté de ceux qui le reçoivent.

Intégration

Gustave Martelet, s.j. : La certitude de la foi devant l'improbabilité de la résurrection

L'improbable peut se réaliser : le corps peut, comme l'univers entier, être destiné à vivre. Une nouvelle alliance naturelle de l'homme au monde peut répondre à l'Alliance surnaturelle de Dieu avec l'homme.

Olivier Costa de Beauregard : Ce corps qui doit ressusciter...

Si le corps est (parfois) beau, c'est qu'il a forme et donc qu'en lui l'âme transparaît ; il peut être déjà spirituel. C'est ce qu'avec l'Écriture suggèrent les martyrs, la danse, le sport, les poètes...

Dominique Ponnau : Exultate, Jubilate ! — La danse

La danse est l'allégresse de l'âme, transmise au corps et par lui manifestée.

Attestations

Jacques Lebreton : À quoi ça sert?

Tout ce que notre corps peut souffrir, le Christ l'a déjà éprouvé — et surpassé. Donc, en Lui, nous le pouvons aussi : le corps peut toujours servir à aimer.

Guy Aurenche : Corps torturés... corps ressuscités

La torture ne tourmente pas seulement le corps. A travers lui, elle vise l'âme. C'est pourquoi, à la lutte des hommes de bonne volonté contre la torture, les chrétiens ajoutent la prière.

Signets

Jean-Robert Armogathe: L'Eucharistie, mystère de l'Église

A l'occasion du prochain Congrès eucharistique (Lourdes, juillet 1981), trois textes importants sont présentés ici. Ils convergent sur le même constat fondamental : l'Eucharistie constitue la raison d'être de l'Église.

Tarcisio M. Padilha : Pour une éthique de l'espérance

L'éthique ne s'ajoute pas à l'essence de l'homme ; elle la constitue radicalement. A condition qu'elle ouvre l'homme à sa transcendance intérieure — l'Autre. Ce que, justement, accomplit par excellence l'espérance.

Jean-Luc Marion : L'idéologie, ou la violence sans ombre

La pensée philosophique et la conscience croyante subissent la violence de l'idéologie. Mais elles peuvent aussi la désarmer — et d'abord en la comprenant.

L'esprit du corps

Claude Bruaire

Au fond de chaque conscience chrétienne sommeille le cathare, la tentation du mépris pour le corps. Nous répétons : « Ni la chair, ni le sang n'hériteront du Royaume ». La vie chrétienne n'est-elle pas purification continuée, épreuve crucifiante, pénitence ? Mais dès lors, comment ne pas nous reconnaître dans ces contempteurs de la vie que Nietzsche a si clairement identifiés dans cette forme d'ascétisme qui dissimule l'impuissance, la lassitude d'exister ou, pire encore, un masochisme pathologique ?

Que des chrétiens aient pu offrir cette figure en prétendant imiter le Christ, voilà qui révèle la fragilité de la foi au Dieu incarné, et la pesanteur du vieux dualisme entre l'esprit et la matière, insinué dans toute notre culture. Révocation du Dieu créateur, identification de la faute d'origine avec l'adhésion à l'impur, au charnel qui alourdit et enlise dans les ténèbres du mal. La règle de vie chrétienne serait de méfiance et de défi à la vie. La norme de l'espérance serait d'échapper à la glu du corps naturel. L'amour divin commanderait de détester le plaisir, de se méfier de la santé, de rechercher l'échec du corps, de réduire la beauté physique au monstre tentateur et l'acte procréateur à la souillure irrémissible !

Dieu serait venu en chair et en os pour rien. Sa compassion pour les affamés serait toute symbolique, son plaisir aux noces de Cana, une métaphore. Surtout, les souffrances du Christ lui seraient demeurées étrangères et vaines, le salut ne serait pas résurrection, mais délaissement de l'enveloppe charnelle. Bref, le christianisme ne serait qu'un platonisme décadent.

Pourtant, l'incarnation n'est pas l'exaltation du corps, ni le culte de la santé, ni le soin des apparences. Il n'y a pas d'exhortation évangélique à se complaire dans le naturalisme, à se satisfaire stupidement d'être « bien dans sa peau » ou à mimer les faux adeptes du yoga ! Le christianisme est et se veut être religion de l'esprit, « en vérité ». Esprit qui n'est ni l'ombre de la vie, ni la chair exaltée pour l'idolâtrie de l'animal. Mais puissance de transfiguration, de régénération de tout l'être, corps et âme, vie et parole, souffrance et amour. L'ordre de l'esprit, d'abord. Et le corps actif, usé, s'il le faut, jusqu'à la corde, mais non sans la promesse de sa gloire joyeuse.

Jean-Robert Armogathe: L'Eucharistie, mystère de l'Église

A l'occasion du prochain Congrès eucharistique (Lourdes, juillet 1981), trois textes importants sont présentés ici. Ils convergent sur le même constat fondamental : l'Eucharistie constitue la raison d'être de l'Église.

Tarcisio M. Padilha : Pour une éthique de l'espérance

L'éthique ne s'ajoute pas à l'essence de l'homme ; elle la constitue radicalement. A condition qu'elle ouvre l'homme à sa transcendance intérieure — l'Autre. Ce que, justement, accomplit par excellence l'espérance.

Jean-Luc Marion : L'idéologie, ou la violence sans ombre

La pensée philosophique et la conscience croyante subissent la violence de l'idéologie. Mais elles peuvent aussi la désarmer — et d'abord en la comprenant.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 2

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Le corps - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger