La guerre

N° 114 Juillet - Aout 1994*

Éditorial : Olivier Chaline

Si la guerre est un mal, elle n'est pas toujours pour autant illégitime, car c'est la paix que le soldat recherche par les armes. Comment dès lors gagner cette guerre en gardant son âme ?

Questions philosophiques et théologiques

Peter Henrici : Deux approches philosophiques de la guerre et de la paix

Est-ce vraiment la paix qui est naturelle ? N'est-ce pas plutôt la guerre ? A partir des textes classiques de Hegel et de Kant d'une part, de saint Augustin et de saint Thomas d'autre part, l'auteur oppose la tradition moderne des premiers à la tradition médiévale des seconds pour faire comprendre de quelle manière la paix doit être comprise comme un bien.

Norbert Lohfink : La « Guerre sainte » et le « bannissement » dans l'Ancien Testament

Dieu érige une souveraineté sans violence, tandis qu'au prix du sacrifice de son fils, il laisse s'épuiser dans le monde la violence qui se dresse contre son plan de salut.

Guerre juste, interposition et droit d'intervention

Entretien avec l'amiral Lanxade, chef d'état-major des armées : Défense de la France et interventions extérieures

Même si certaines des dispositions de la Charte des Nations Unies doivent être réaménagées, le cadre juridique de l'ONU permet de donner un sens à la notion de guerre juste. Dans cette perspective, le rôle d'une force d'interposition est bien plus grand qu'il n'y peut paraître.

Sylvie Bukhari : Droit d'ingérence ou droit d'assistance humanitaire?

Les victimes ont le droit d'être secourues. Corrélativement, ceux qui peuvent leur porter secours ont le devoir de le faire. À l'ambiguïté du droit d'ingérence, il faut substituer la simplicité du devoir d'assistance. C'est ce devoir qui, en s'opposant à la guerre sans pour autant faire prendre parti dans le conflit, prépare la paix.

Jacques Lutfalla : Guerre juste, dissuasion et prolifération nucléaire

Partant des textes de Vitoria sur la guerre juste, l'auteur examine la question de savoir si la dissuasion, mise au service d'un juste emploi de la force, est mieux assurée par la prolifération ou par la non-prolifération des armes nucléaires.

Les chrétiens au combat vus par les casuistes et les historiens

Olivier Chaline : Le sabre et l'absolution : la casuistique de la guerre

La casuistique vaut mieux que sa réputation : sa tâche n'est-elle pas de traduire les commandements de Dieu dans l'activité humaine en disant ce qui est permis et ce qui ne l'est pas ? La réflexion des XVIè et XVIIè siècles n'a pas perdu tout intérêt pour nous, d'autant plus que les nouveaux types d'engagements militaires rendent utile une casuistique.

Xavier Tilliette : Un chef humain : Tilly dans Les Noces de Magdebourg

Connue pour avoir inspiré à Bernanos le Dialogue des Carmélites, la romancière allemande convertie au catholicisme Gertrud von Le Fort a peint dans les Noces de Magdebourg un officier chrétien, Tilly. C'est l'occasion d'une méditation sur l'honneur et les devoirs du soldat.

Chrétiens au combat à l'époque actuelle

Entretien avec le général de corps d'armée Pierre Aumônier

Former au commandement consiste à convaincre les chefs de la nécessité de connaître et d'aimer leurs hommes, et à leur apprendre l'autonomie. Le métier militaire comprend des risques, mais celui qui agit ne doit pas vivre dans l'obsession de ceux-ci. Le combat du militaire est tout entier au service de la mission de paix qui lui a été confiée pour qu'il la réalise par les armes.

Entretien avec le vice-amiral d'escadre Guy Labouerie

L'analogie est grande entre la manière de commander à bord, et la vie dans l'Église. La tâche qui attend l'aumônier militaire peut être immense et exaltante.

Richard Kalka : Accompagnement spirituel des militaires

Vivant avec les soldats, l'aumônier militaire constitue une présence d'Église. Il affermit leur foi et leur permet de rendre le témoignage chrétien de familles solides, d'hommes intègres et de soldats responsables.

Paul Mac Partlan : « Le Maître t'appelle »

Homélie prononcée à Caen le 5 juin 1994 pour le 50e anniversaire du Débarquement.

Signet

Jacques de La Rosière : Éloge du cardinal de Lubac

 

Éditorial

Olivier Chaline

«... l'épée rétablit l'ordre quand tous les autres moyens échouent, mais pour cela il faut qu'elle reste dans son ordre; le soldat n'est pas un destructeur et
un meurtrier aveugle (...). Le vrai soldat est homme de discipline et d'obéissance (...), il a à rendre compte de toute destruction vaine et de tout sang inutilement versé, justement parce qu'il doit détruire et répandre le sang. » Gertrud von Le Fort, Les Noces de Magdebourg.

Mon Dieu. Vous savez que je vais être terriblement occupé aujourd'hui. Si je Vous oublie, mon Dieu, ne m'oubliez pas. » Prière de Sir Jacob Astley
méditée par le commandant Kieffer le soir du 5 juin 1944, citée par Cornélius Ryan, Le Jour le plus long.

Un numéro de Communio consacré à la guerre a de quoi surprendre. C'est jouer doublement du paradoxe : dans une revue catholique, internationale de surcroît, on attendrait la paix, et en un temps qui voit la défense de la France toujours définie en terme de dissuasion, ce n'est pas non plus de guerre qu'il faudrait parler. Les circonstances nous y poussent cependant, les anniversaires, tout d'abord ceux du débarquement de Normandie et bientôt de la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi l'actualité, riche en conflits, d'un monde en pleine recomposition.

Il y a une fausse symétrie entre la guerre et la paix. La paix est un concept théologique, ce que n'est pas la guerre. La paix véritable n'est pas l'absence de guerre, un entre-deux fragile entre deux massacres. Elle est un don de Dieu, ce qui n'empêche pas les hommes d'être appelés à y collaborer, alors que la guerre est un mal et un produit de l'activité humaine. La paix relève de l'eschatologie, elle est toujours pour demain. Elle est une fin, sa propre fin, alors que personne aujourd'hui n'envisage dans la guerre autre chose qu'un moyen de parvenir à une paix dont la justice et la stabilité laissent plus ou moins à désirer. Entre guerre et paix, il y a une différence de nature, d'origine et de finalité. [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Jacques de La Rosière : Éloge du cardinal de Lubac


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67 2.10 16.00 Stock: 40

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La guerre - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger