L'âme

N° 71 Mai - Juin 1987*

ÉditorialRémi Brague: L'âme du salut 

Problématique 

Heino Sonnemans : Survie, salut, résurrection

Le concept d'âme prend une importance croissante chez les Grecs, d'Homère à Platon. Il devient indispensable à la pensée chrétienne pour dire la résurrection même de la chair.

Ysabel de Andia: Les yeux de l'âme

L'âme seule a des yeux, car le coeur seul voit. Ce thème, d'une infinie fécondité spirituelle, est orchestré subtilement par les Pères qui, dans l'intelligence de la foi, nous guident sans cesse. 

Intégration

Paul Imbs : Notes de vocabulaire

Malgré sa polysémie foisonnante, l'évolution des sens du mot « âme » va vers sa sécularisation croissante. Mais n'en reste-t-il pas au moins l'idée d'un mystère, qui le restaure comme «métaphore vive»?

Juan-Luis Ruiz de la Pena: Mental, cerveaux, machines

Les théories de l'intelligence artificielle oscillent entre des positions philosophiques classiques et souvent sommaires (dualisme, monisme, etc.). Leurs réussites à décrire l'intelligence sans recourir à l'âme et à l'humanité de l'homme, même partielles, peuvent fasciner et inquiéter. Elles révèlent surtout une nouvelle question : est-ce bien l'intelligence de l'homme que l'on décrit, lorsque l'on fait abstraction du bien et du mal, de l'amour et de la haine ?

Michel Henry : Représentation et auto-affection

La notion d'inconscient ne détruit pas celle de l'âme. Car l'inconscient appartient, dans son fond, à l'horizon de la conscience, elle-même entendue comme représentation d'un objet, mis extatiquement face à l'esprit qui l'appréhende. Or l'esprit ne se connaît pas lui-même (ni le monde) d'abord ou principalement selon un écart représentatif : il se connaît, avant toute extase, parce qu'il s'éprouve immédiatement lui-même. Cette auto-affection précède la rivalité mimétique de l'inconscient avec le conscient, et nous met sans doute sur la voie d'un concept authentiquement moderne de l'âme. (Cet article est relativement technique. Son intérêt nous a cependant semblé justifier amplement sa publication).

Jérôme de Gramont : La musicalité de l'âme

La musique, plus que tout art, exprime la vie divine et la spiritualité de l'âme, son libre avènement à la béatitude éternelle.

Attestation 

Françoise Vinel : Rires et larmes chez Beckett : sans âme

Aux personnages qui chez Beckett doutent de leur propre existence, les larmes disent ici la seule certitude d'exister — ces larmes qui pourraient se définir comme la fine pointe du corps, ce qui en exprime soudain l'unité et en désigne la prise de conscience.

Signet

Louis Bouyer : Actualité de Newman

Les tâches que Newman assignait à l'Église du siècle dernier sont aujourd'hui plus urgentes encore : à l'imitation des Pères, ouverture critique au monde, rencontre constructive de l'Évangile et du monde non-chrétien, nécessité de vivre la Bible dans la Tradition. Le christianisme, réalité de vie divine et humaine, suppose sans cesse renouveau et développement, dans l'unité de son mystère, qui est celui du Christ, dont l'Incarnation découvre celui de Dieu en sa Trinité. 

Illustration de couverture

Ysabel de Andia: La Dormition de la Vierge : icône de l'âme

L'icône de la Dormition de la Vierge est la seule représentation iconographique de l'âme chrétienne.

L'âme du salut

Rémi Brague

 

L'idée d'une âme est un objet si grand, et si capable de ravir les esprits de sa beauté, que si tu avais l'idée de ton âme, tu ne pourrais plus penser â autre chose. Nicolas Malebranche de l'Oratoire, Méditations, IX, 20.

J'ai récemment retrouvé, passablement poussiéreux, le petit manuel de catéchisme dont je m'étais servi, dans les années cinquante. Quelle n'a pas été ma surprise quand j'ai constaté que le mot « âme » (spécifié en « âme raisonnable ») y figurait quasiment à chaque page : le message chrétien que l'enfant que j'étais devait assimiler était présenté à peu près exclusivement dans le vocabulaire de l'âme. Depuis lors, on est bien revenu de ce qui peut sembler une inflation, et le discours chrétien, à l'inverse, s'est fait étrangement discret sur cette notion : on veut bien parler (avec ou sans majuscules) de « l'homme », de « la personne », etc., mais de « l'âme », point. Cette réticence s'appuie sur des justifications tirées de l'exégèse ou de la philosophie. Mais comme elle n'est pas propre au discours chrétien, il n'est pas exclu que l'on ait prêté l'oreille à l'exégèse avec autant de complaisance parce qu'elle venait renforcer une tentation de se conformer à un milieu ambiant dans lequel « âme » était devenu un gros mot1.

Avons-nous besoin de parler de l'âme ?

Il se peut que la tendance générale de la culture soit, en France du moins, à la veille d'un de ces retournements dont elle est coutumière, voire d'un de ces « retours » dont la presse aime faire ses titres. En effet, même si le mot « âme » n'est pas volontiers prononcé, il se trouve au point de convergence de certaines pensées contemporaines, comme leur foyer invisible. Quelques exemples : a) comment penser la «dignité humaine », [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1. Un exemple de cet état d'esprit dans Michel Tournier, Le vent paraclet, ch. 3, p. 156 (NRF, Folio). Cette attitude est d'ailleurs elle-même, probablement, la monnaie d'une (fausse) pièce que certains chrétiens avaient aidé à mettre en circulation : l'idée de l'âme comme une chose, et d'une chose qu'il s'agissait de jouer contre le corps.

Signet

Louis Bouyer : Actualité de Newman

Les tâches que Newman assignait à l'Église du siècle dernier sont aujourd'hui plus urgentes encore : à l'imitation des Pères, ouverture critique au monde, rencontre constructive de l'Évangile et du monde non-chrétien, nécessité de vivre la Bible dans la Tradition. Le christianisme, réalité de vie divine et humaine, suppose sans cesse renouveau et développement, dans l'unité de son mystère, qui est celui du Christ, dont l'Incarnation découvre celui de Dieu en sa Trinité. 

Illustration de couverture

Ysabel de Andia: La Dormition de la Vierge : icône de l'âme

L'icône de la Dormition de la Vierge est la seule représentation iconographique de l'âme chrétienne.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 2

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
L'âme - Actualité de Newman - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
L'âme - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger