Les chrétiens et le politique

N° 6 Juillet - Aout 1976*

Corinne Marion La cause du monde

 Les chrétiens peuvent politiquement s'« engager », mais ils doivent surtout se reconnaître du Christ. C'est ce qui leur donnera un impact politique aussi original qu'irrécusable.

Problématique

Sergio CottaSimilitudes et dissemblances

Politique et religion offrent des caractères d'analogie contrastée. C'est ce qui doit être admis pour qu'apparaisse la nouveauté « apolitique » du christianisme.

Claude BruairePolitique et miséricorde

Le chrétien n'entre pas en politique comme on entre en religion : il y reconnaît un ordre autonome, qui a ses règles et ses limites. Il sait aussi qu'il doit y exercer, politiquement mais hors du jeu politique, la miséricorde du Christ.

Jean LadrièreEthique et politique

Caractères distincts et implications mutuelles du politique, de l'éthique et du religieux.

Simon Decloux : L’Eglise et les Etats

Il n 'y a plus d'Etat de l'Eglise ; l'Etat du Vatican n'est qu'un moyen au service de l'universalité spirituelle du catholicisme.

Dossier international 

Mgr Manfred Müller : L’épiscopat allemand et l’enseignement religieux

En Allemagne Fédérale, la « religion » figure au programme de l'enseignement public. Pour les catholiques, cette institution ne reste chrétienne qu'à certaines conditions, posées à l'Etat comme à l'Eglise. Les évêques allemands les ont formulées.

Val J. Peter: L’avenir catholique de l’Amérique

Aux Etats-Unis, les catholiques .restèrent longtemps des marginaux, qui voulaient conserver leur identité tout en assimilant les valeurs fondamentales de l'Amérique. Après deux cents ans, il semble pourtant que l'avenir de l'Amérique passe par le catholicisme.

Michel Costantini : La dialectique finira-t-elle par ne plus casser des briques ? 

La seconde centrale syndicale française ne se reconnaît plus de référence chrétienne, mais les chrétiens yrestent nombreux. Permettront-ils de dépasser un simple renversement de la dialectique maître-esclave, pour que soitreconnue une autre manière d'envisager les rapports entre groupes sociaux ?

Luigi Giussani : Une expérience italienne : « Comunione e Liberazione »

Le fondateur de Comunione e Liberazione donne ici la première présentation en français d'un mouvement chrétien qui renouvelle, d'une manière très contestée, mais certainement originale, la participation de catholiques à la vie politique et culturelle italienne.

Stanislaw Grygiel : Profanation ou communion

Une personne ne peut forcer et tourmenter une autre personne qu'à condition que l'une et l'autre acceptent un mensonge commun, qui leur masque le mystère de l'homme. Ainsi, seule la vérité qu'énonce le Christ et que répète le martyr rend l'homme accessible à l'homme.

Signet

Paul Poupard: La réforme du conclave

Que signifie, du point de vue intérieur à l'Eglise, et au-delà des commentaires journalistiques et politiques, la réforme des conditions d'élection du Pape ?

La cause du monde

Corinne Marion

Chrétiens ou assimilés, nous sommes en train de le découvrir quelles que soient nos opinions, notre rapport au monde politique va devenir plus difficile que ne le laissait penser la perspective assez heureuse de ces dernières décades. 

Marginalisation

Revenons en arrière. Notre situation fut, parfois est encore, la suivante : la conviction religieuse est censée se décider dans l’intimité de notre coeur, et le cœur est censé rester affaire strictement privée ; il ne s’étend guère hors de la famille, dans le meilleur des cas, et n’outrepasse de toute façon pas les limites de la vie dite privée. Mais au-delà, notre relation à Dieu devient affaire publique, à traiter comme telle, c’est-à-dire politiquement : il faut donner un prolongement social, économique et politique à la charité. On nous l’a dit assez souvent pour qu’aucun commentaire soit nécessaire. La question de savoir si un engagement politique doit achever les autres prises de responsabilité dans lâ cité reste seconde par rapport à un présupposé : la charité doit prendre un visage politique. La question de l’infléchissement de cet engagement (gauche, droite) n’intervient qu’ensuite. Le choix de fond a déjà été fait. Qu’on mette l’accent sur la tactique d’un parti inspiré par les principes chrétiens ou sur la reconnaissance d’un légitime pluralisme n’y change rien. Dans les deux cas, la charité doit prendre parti politiquement pour tenir son (ou ses) rôle (s) dans la cité. Le postulat demeure, que la charité reste inopérante si elle ne bascule pas dans le champ des luttes politiques. Or, sous nos yeux qui ont encore du mal à voir l’ampleur du phénomène, la situation se modifie profondément. D’une part, en Europe occidentale, la « démocratie chrétienne » semble soit marquer le pas [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

Paul Poupard: La réforme du conclave

Que signifie, du point de vue intérieur à l'Eglise, et au-delà des commentaires journalistiques et politiques, la réforme des conditions d'élection du Pape ?


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75 2.10 12.00 Stock: 11

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Les chrétiens et le politique - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger