La confession de la foi

N° 1 Septembre - Octobre 1975*

Hans Urs von BalthasarUn programme : Communio

« Je crois l'Eglise catholique ». Le temps est venu d'en mettre en lumière les implications, car nous trouvons en elle la clef pour expliquer le monde actuel et l'heure de l'Eglise d'aujourd'hui. Pris dans toute la largeur de ses sens, le mot est un programme, que cette revue se propose de développer.

Jean-Luc MarionDroit à la confession

La situation est telle, pour les chrétiens, qu'ils ne peuvent plus et ne doivent plus parler qu'à visage découvert.

Problématique

Claude Bruaire : Le nouveau défi du paganisme

Le christianisme doit dire à nouveau des choses dures à entendre!

Jacques GuilletLa Croix au cœur de la confession chrétienne

La Croix met à nu le fond des cœurs révèle en même temps celui du Christ.

Louis Bouyer : Situation de la théologie

Quel est donc l'objet de la théologie? Quelles en sont les sources? Quelle doit en être la méthode ? L'auteur rappelle quelques vérités du plus élémentaire bon sens, mais dont il peut être bon de montrer comment elles enclenchent directement sur les problèmes de l'heure, aussi bien que sur le plus permanent du problème humain.

André Léonard : Le discours de la foi

En un temps où les chrétiens sont menacés par le double danger de parler trop peu ou de parler trop, en un temps où ils risquent surtout de parler à tort et à travers, il importe donc de préciser, dans les termes les plus simples, la nature du lien qui unit la confession de la foi et la parole humaine.

Intégration

Olivier Costa de Beauregard : Découverte scientifique et découverte spirituelle

La science sans la religion est infirme; La religion sans la science est aveugle. (Einstein, Idées et opinions).

William Congdon : Le visage du monde et la figure du Christ

Le tableau est une nouvelle vie, fils du mariage entre moi et cette chose qui, en me saisissant, s'était conçue en moi comme image. Le tableau est l'image de Dieu dans la création, de Dieu-Personne.  

Hugues Renaudin : La politique dans la foi

Il nous faut donc des hommes politiques novateurs et serviteurs, plus soucieux d'efficacité que de renom, respectueux des personnes plus que de la masse, bons gestionnaires plus que dilapidateurs, attentifs à la base plutôt que sensibles à la force, à l'argent, aux groupes de pression. Qui sont ces gens auxquels nous demandons pareille vertu?

Attestations

Jean-Claude Caillaux : D'une expérience à une formation

Il faut aller à l'essentiel, dans la foi vécue, dans la confession de la foi au sein d'une communauté engagée en ce monde.

Jacques Loew : Une Ecole en recherche des sources de la Foi

Le fondateur de l'Ecole de la Foi de Fribourg nous présente son projet et ses fondements.

Signets 

Henri de Lubac :  Hommage à H. U. von Balthasar pour ses 70 ans

Portrait, au plus vaste et plus beau sens du terme,  d'n homme d'Eglise, — un homme de com-munion, — « catholique ».

Philippe NemoL'Eternel et le féminin (En marge du « Ce que je crois» de Maurice Clavel)

Commentaire d'un passage sur l'Amour du livre de Maurice Clavel.

Un  programme : Communio

Hans Urs von Balthasar

Du haut de quelle tour de guet notre nouvelle revue veut-elle scruter l'immense cohue que provoque aujourd'hui l'affrontement des diverses visions du monde et lancer quelques signaux de reconnaissance ? La communauté qui se réclame du nom de Jésus-Christ a dû, au cours de sa longue histoire, repenser sans cesse sa situation entre Dieu et le monde. Son être même lui interdit de s'enfermer dans chacun des mots d'ordre qu'elle fait siens, mais qu'elle doit comprendre dans une dynamique toujours ouverte. Pendant les premiers siècles, cette dynamique était tendue jusqu'à la contradiction : les chrétiens se reconnaissaient comme le petit groupe formant, face au monde extérieur hostile et ténébreux, une communauté (koinônia, communio) d'amour réciproque, fondée et nourrie par l'amour de Dieu manifesté et donné en Jésus-Christ. Malgré cela, cette communauté savait, dorénavant qu'elle était « catholique » (déjà chez Ignace d'Antioche, aux Smyrniotes 8, 2), c'est-à-dire universelle, et donc normative pour le monde entier. A-t-on jamais vu tension plus forte ! Elle ne pouvait être assumée que dans une conscience « naïve » de foi. Le souffle de l'Esprit Saint pousse alors la barque toujours plus loin (cf. les Actes). Malgré les persécutions, la doctrine se répand d'une manière extraordinaire; finalement l'empereur lui-même se convertit. Depuis lors, la communauté fondée par le Christ, et le monde, en viennent à se recouvrir, même si la totale pénétration du monde par le levain chrétien reste une tâche toujours proposée, jamais accomplie. Au moyen âge, la tension diminue, parce que l'aire de l'Empire et celle de l'Eglise sont arrivées à coïncider, formant ensemble la chrétienté. Esprit et structure sont informés l'un par l'autre, et la tension nécessaire entre les deux donne assez l'occasion de tenter des réformes toujours nouvelles pour que le problème bien plus important [...]

 

Pour lire la suite de ce programme, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

La revue papier est épuisée , seul l'achat de pdf est disponible

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
1- page 60 William CONGDON : Le visage du monde et la figure du Christ 19751060 - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
la confession de la foi - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger