Notre Père II Nom-Règne-Volonté

N° 244 Mars - Avril 2016*

Éditorial  Jean-Robert Armogathe : De bien curieuses demandes

L’horizon des trois premières demandes est eschatologique : c’est aux derniers temps que le Nom, le Règne et la Volonté du Père s’accompliront, sur la terre comme dès aujourd’hui au ciel.

Thème : Notre Père II

Charles de Foucauld  Méditation sur le Notre Père (II) 

A Rome, le 23 janvier 1897, le bienheureux Charles de Foucauld rédigea une paraphrase du Notre Père. Il se préparait à quitter la Trappe pour partir à Nazareth.

Jean-Robert Armogathe  Les lectures spirituelles des trois premières demandes

Le commentaire exégétique n'épuise pas la richesse du Pater. Au fil des siècles, les chrétiens ont tiré des sens multiples des paroles qu'ils prononçaient. L'article présente quelques interprétations spirituelles de la prière, à partir des trois premières demandes.

Michel Fédou  Jésus et le Royaume

Royaume ou règne, la deuxième demande a été interprétée de bien des manières, souvent en termes de réalité politique. Mais le Royaume est Jésus en personne, à la fois Roi de gloire dans les cieux et pauvre et humilié dans le monde.

 Wilfried Eisele  «  Il vaut la peine de demander » – Les disciples de Jésus et leur Dieu d’après le Notre Père

Un essai de traduction contemporain permet, par contraste, de comprendre le sens authentique de la troisième demande : il s’agit bien de demander au Père l’accomplissement de sa volonté, et non de la nôtre. Le contexte juif et scripturaire dément toute autre interprétation.

Jean Duchesne  De la soumission au don libérateur de soi 

Faire la volonté du Père, est-ce se soumettre ou engager sa volonté propre ? Maxime le confesseur et Thomas More, puis Jean-Marie Lustiger et Louis Bouyer ont montré comment la liberté du chrétien s’exerce et s’accomplit pleinement dans l’exécution de la volonté divine.

Tertulien  Commentaire du Notre Père                                 

Après un prologue poétique sur la jeunesse de l’Évangile, puis des considérations générales sur la prière, Tertullien (iie siècle) propose un commentaire suivi de la prière du Seigneur.

Thierry Escaich  Musique pour le Notre Père  Un essai de mise en musique du Notre Père

Si on chante le Notre Père, comment s’y prendre ? Successeur de Maurice Duruflé à la tribune de Saint-Etienne-du-Mont à Paris, Thierry Escaich fait part de ses réflexions de compositeur et d’interprète dans un entretien mené par Joseph Thirouin. 

Alfredo Teixeira  Partition d’ « Oratio dominica »

Pour introduire l’oeuvre suivante, d’un compositeur portugais contemporain.

Dossier : L'avenir du patrimoine ecclésiastique

 Olivier Chaline  Églises à vendre

Les ventes et destructions d’églises, pour de bonnes ou mauvaises raisons, sont un phénomène préoccupant parce qu’il risque fort de prendre de l’ampleur. Or de tels actes ne sont pas anodins. Dans une étude détaillée et rigoureuse, l’auteur suit ici l’évolution de la législation depuis la loi de séparation des Églises et de l’État jusqu’à nos jours, souligne les enjeux de cette réalité et propose quelques suggestions pour faire vivre les églises menacées de désaffectation. 

Serge Landes  Notule, en manière de réaction au précédent article

Sans nier qu’une église vendue ou détruite est une réalité extrêmement pénible, l’auteur propose de réfléchir à partir de perspectives d’avenir spirituel. L’histoire biblique de la Présence de Dieu parmi son peuple – de la tente de l’Alliance jusqu’au nouveau Temple qu’est le Christ – fait que le rapport du chrétien à l’installation est double : nous vivons bien ici, mais comme citoyens des Cieux. Soulignant les écarts entre la France rurale d’il y a peu et la France de la mondialisation d’aujourd’hui, il invite à apprécier les problèmes patrimoniaux sous un juste éclairage. 

Signets

Geneviève Baril  « Entre nouveauté et tradition » –  Les Dominicaines Missionnaires Adoratrices

L'histoire des Dominicaines Missionnaires Adoratrices, fondées au Québec en 1945, témoigne des défis que la vie religieuse a dû relever au milieu des mutations culturelles et religieuses qui ont marqué les sociétés occidentales au XXe siècle. 

Jean-Pierre Mahé  Grégoire de Narek, trente-sixième docteur de l’Église universelle

Le 12 avril 2015, le Pape François a proclamé saint Grégoire de Narek – poète arménien de l’an mille – docteur de l’Église universelle. En ces temps de péril pour les chrétiens orientaux, il est bon de découvrir l’oeuvre de ce moine qui fut le plus grand poète des lettres arméniennes et chantre de la pénitence ; par là, il est l’un des plus grands consolateurs inspirés. Les chemins de réconciliation qu’il a ouverts en son temps méritent d’encourager tous nos contemporains qui recherchent une foi plus fervente

Grégory Solari  Newman en Claudel

Le Songe de Gérontius, long poème que J.H. Newman publia en 1865, décrit le cheminement qu’entreprend un baptisé, Gerontius, à partir du moment de sa mort jusqu'à celui de son face à face avec le Christ. Lors du Festival d’art sacré de Boulogne, le 12 février 2016, le public a pu entendre pour la première fois, non pas l’oratorio que le compositeur Elgar créa en 1900, mais le poème récité, presque joué, avec accompagnement  l’orgue, permettant ainsi une mise en valeur exceptionnelle de ce texte.

 

Nous remercions Françoise Brague pour son concours gracieux comme traductrice.

De bien curieuses demandes

Jean-Robert Armogathe

 

« Que vous dire, mes frères, des mystères de l’oraison dominicale ? Qu’ils sont nombreux, qu’ils sont grands, qu’ils sont féconds en grâces spirituelles, quoique résumés en peu de mots ! Tout ce que vous trouvez dans les autres prières est renfermé dans cette céleste formule » Cyprien de Carthage (v. 200-258), Sur la prière du Seigneur 

 

Saint Matthieu : Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite Sur la terre comme au ciel.

Saint Luc: Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne.


Après l’adresse de la prière, qui a fait l’objet d’un précédent cahier, des demandes sont proposées sur le nom et le règne du Père (Matthieu et Luc) et aussi sur la volonté (Matthieu, qui précise « sur la terre comme au ciel »). 

Quel est le texte sinon authentique, du moins le plus ancien ?  La question serait tranchée si l’on considérait avec certains (Joachim Jeremias) que le texte de Matthieu est une amplification liturgique du texte lucanien, ou bien, avec d’autres (Jean Carmignac) que Luc a abrégé le Notre Père matthéen. Mais, comme le remarquait Oscar Cullmann, « on ne peut pas prendre une position globale », et chaque phrase doit être examinée dans sa singularité.

Il est également clair que le Pater se divise en deux parties, avec des demandes en « Tu » et des demandes en « Nous » ; les trois premières demandes,
enfin, sont plutôt des souhaits, tandis que les autres sont des requêtes. La priorité donnée aux demandes en « Tu », proches des prières synagogales, peut laisser penser que la prière de Jésus a d’abord été reçue comme le prolongement de la liturgie synagogale (rappelons que le Qaddish, que rappellent ces demandes, est en araméen, la langue parlée, et non en hébreu).

Le texte de Luc comprend deux variantes qui sont d’une grande importance1 : la première figure dans un seul manuscrit, dont la genèse et la valeur sont très discutées. On lit en effet dans le manuscrit D : « que Ton règne arrive sur nous ». On peut y voir une contamination de Michée 4, 7, dont le targoum (paraphrase araméenne) se lit : « le règne de YHVH apparaîtra sur eux », devenu une formule en nous dans la prière synagogale (« que Son règne apparaisse et soit rendu visible sur nous »). Cette variante est habituellement rejetée, au motif de faire intervenir une demande en nous entre les deux demandes en Tu, comme si la seconde partie avait reflué dans la première. [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1. Philonenko p. 95-104.

Dossier : L'avenir du patrimoine ecclésiastique

 Olivier Chaline  Églises à vendre

Les ventes et destructions d’églises, pour de bonnes ou mauvaises raisons, sont un phénomène préoccupant parce qu’il risque fort de prendre de l’ampleur. Or de tels actes ne sont pas anodins. Dans une étude détaillée et rigoureuse, l’auteur suit ici l’évolution de la législation depuis la loi de séparation des Églises et de l’État jusqu’à nos jours, souligne les enjeux de cette réalité et propose quelques suggestions pour faire vivre les églises menacées de désaffectation. 

Serge Landes  Notule, en manière de réaction au précédent article

Sans nier qu’une église vendue ou détruite est une réalité extrêmement pénible, l’auteur propose de réfléchir à partir de perspectives d’avenir spirituel. L’histoire biblique de la Présence de Dieu parmi son peuple – de la tente de l’Alliance jusqu’au nouveau Temple qu’est le Christ – fait que le rapport du chrétien à l’installation est double : nous vivons bien ici, mais comme citoyens des Cieux. Soulignant les écarts entre la France rurale d’il y a peu et la France de la mondialisation d’aujourd’hui, il invite à apprécier les problèmes patrimoniaux sous un juste éclairage. 

Signets

Geneviève Baril  « Entre nouveauté et tradition » –  Les Dominicaines Missionnaires Adoratrices

L'histoire des Dominicaines Missionnaires Adoratrices, fondées au Québec en 1945, témoigne des défis que la vie religieuse a dû relever au milieu des mutations culturelles et religieuses qui ont marqué les sociétés occidentales au XXe siècle. 

Jean-Pierre Mahé  Grégoire de Narek, trente-sixième docteur de l’Église universelle

Le 12 avril 2015, le Pape François a proclamé saint Grégoire de Narek – poète arménien de l’an mille – docteur de l’Église universelle. En ces temps de péril pour les chrétiens orientaux, il est bon de découvrir l’oeuvre de ce moine qui fut le plus grand poète des lettres arméniennes et chantre de la pénitence ; par là, il est l’un des plus grands consolateurs inspirés. Les chemins de réconciliation qu’il a ouverts en son temps méritent d’encourager tous nos contemporains qui recherchent une foi plus fervente

Grégory Solari  Newman en Claudel

Le Songe de Gérontius, long poème que J.H. Newman publia en 1865, décrit le cheminement qu’entreprend un baptisé, Gerontius, à partir du moment de sa mort jusqu'à celui de son face à face avec le Christ. Lors du Festival d’art sacré de Boulogne, le 12 février 2016, le public a pu entendre pour la première fois, non pas l’oratorio que le compositeur Elgar créa en 1900, mais le poème récité, presque joué, avec accompagnement  l’orgue, permettant ainsi une mise en valeur exceptionnelle de ce texte.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 44

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Notre Père II Nom-Règne-Volonté - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
Notre Père II Nom-Règne-Volonté - actif - pdf 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier