Notre Père V - en tentation

N° 261 Janvier - Février 2019*

La sixième demande du Pater sur la tentation, qui pour certains ne fait qu’un avec la suivante (« mais délivre-nous du mal-Malin »), est sans aucun doute la plus difficile à traduire correctement. C’est la seule demande du Pater qui comprenne une négation. Elle a scandalisé les uns et fortifié tant d’autres. La notion même de tentation semble avoir fortement évolué au cours des âges, dans sa forme, dans son objet, jusqu’à nos jours. Comment combattre, grâce à elle, dans le bon combat ? (2 Timothée 4, 7)

 

Page Titre Auteur(s)
5 Sommaire
7 La sixième demande du Notre Père, « peut-être la plus discutée » Bernard POTTIER
18 « Ne nous laissez pas succomber à la tentation » – Méditation sur le Notre Père (V) Charles de FOUCAULD
19 Job – Épreuve ou tentation? Françoise MIES
28 La sixième demande du Notre Père et son substrat araméen Charles-Antoine FOGIELMANN
39 Jésus au désert – Matthieu 4,1-11 et Luc 4,1-13 Aldebert DENAUX
51 Comment le Christ fut-il tenté ? – La Gnômè chez Maxime le Confesseur (vers 580 – 662) Bernard POTTIER
66 Le combat spirituel, un travail psychologique relationnel ? Le cas d’ Etty Hillesum Dominique STRUYF
82 Parler pour ne pas entrer en tentation – La rechute dans le salut, selon Michel Foucault Baptiste MILANI
95 « Tactique du diable » Irène FERNANDEZ
101 Jeanne sur les autels – la Jeanne d’Arc d’Henri Wallon Philippe CONTAMINE
109 L’imagination catholique – l’exemple de Michel-Ange David TRACY
121 In memoriam Xavier Tilliette s.j. Jean-François LAVIGNE

Éditorial : Bernard Pottier : La sixième demande du Notre Père, « peut‑être la plus discutée » Matthieu 6,13 ; Luc 11,4 ; Didachè VIII 2

Thème  Notre Père V – en tentation

Charles de Foucauld : « Ne nous laissez pas succomber à la tentation » – Méditation sur le Notre Père (V)

À Rome, le 23 janvier 1897, le bienheureux Charles de Foucauld rédigea une paraphrase du Notre Père. Il se préparait à quitter la Trappe pour partir à Nazareth.

Françoise Mies : Job : épreuve ou tentation ?

Le Livre de Job est essentiel pour entrer dans la problématique de la sixième demande du Pater. Mais comment saisir d’abord la notion d’épreuve qui est en son centre, et qui lie étroitement tous les personnages du drame : le Seigneur, le satan (nom commun, avec article), Job, sa famille et ses amis ?

Charles‑Antoine Fogielman : La sixième demande du Notre Père et son substrat araméen

Jésus parlait-il exclusivement l’araméen ? Peut-on invoquer une survivance de l’hébreu parlé à son époque ? La Mishnah récite pour la prière du soir, dans une formule liturgique en hébreu : « Ne nous livre pas aux mains de la tentation » … Mais les Évangiles nous sont parvenus en grec !

Adelbert Denaux : Jésus au désert – Matthieu 4,1‑11 et Luc 4,1‑13

Les tentations du Christ rapportées par Matthieu et Luc ne se comprennent pleinement que sur l’arrière-fond des épreuves endurées par le peuple élu au désert, racontées en Exode et Deutéronome. Mais la tradition chrétienne y a vu également un guide pour le combat spirituel de chacun individuellement.

Bernard Pottier : Comment le Christ fut‑il tenté ? – La Gnômè chez Maxime le Confesseur (vers 580 – 662)

Le Christ a-t-il été tenté comme nous ? Oui, car il est homme, répondent les uns. Non, car il est Dieu, disent d’autres. Maxime le Confesseur a été au cœur des controverses sur la question complexe des deux volontés du Christ, humaine et divine. Une conception philosophique très élaborée lui permet de trouver une solution claire et vigoureuse à cette sorte de dilemme.

Dominique Struyf : Le combat spirituel, un travail psychologique relationnel ?

Le cas d’Etty Hillesum Etty Hillesum, morte à Auschwitz, sortit de sa vie chaotique en luttant précisément contre les tentations qui l’habitaient, entre autres de haine contre l’ennemi nazi. La thérapie qu’elle entreprit se mua rapidement en combat proprement spirituel, qui la conduisit finalement à une forme de prière interpellante pour notre temps.

Baptiste Milani : Parler pour ne pas entrer en tentation – La rechute dans le salut, selon Michel Foucault

On ne s’attend pas à voir le philosophe Michel Foucault (1926-1984), dans Les aveux de la chair (2018), explorer ce que sont le baptême et la direction spirituelle dans les premiers temps chrétiens. L’article nous montre comment le combat spirituel contre la tentation, par le moyen de la « mise en mots », est une étape essentielle non seulement de la connaissance de soi, mais aussi du salut chrétien.

Irène Fernandez : « Tactique du diable »

Le célèbre C.S. Lewis ne tenait pas son petit ouvrage Tactique du diable pour le plus important de ses livres. Mais il a su y populariser avec finesse ce qu’est le combat contre les tentations (pas si) banales de la vie, de manière vraiment spirituelle et sur un arrière-fond résolument surnaturel.

Signets

Philippe Contamine : Jeanne sur les autels – la Jeanne d’Arc d’Henri Wallon

La Jeanne d’Arc d’Henri Wallon (1812-1904), après avoir connu un vif succès, fut ensuite négligée, même par l’auteur de cet article, qui ne la mentionne pas dans son dictionnaire. Il lui rend ici justice : Henri Wallon - ministre de l’Instruction publique et des cultes -, historien engagé, se livre dans son ouvrage à la défense du procès de réhabilitation, pour hâter la béatification.

David Tracy : L’imagination  catholique – l’exemple de Michel‑Ange

Selon l’auteur, l’œuvre majeure de théologie catholique au xvie siècle reste le plafond de la chapelle Sixtine (1512), plus tard complété par le Jugement dernier, (1541) sur le mur au-dessus de l’autel. Ces réalisations monumentales ont une complexité, une variété, une puissance synthétique qui constituent une vision théologique expressément catholique : incarnée, sacramentelle, métaphorique, analogique.

Jean‑François LavigneIn memoriam Père Xavier Tilliette s.j.

Xavier Tilliette, s.j. (1921-2018) était le dernier des grands jésuites français de sa génération - celle de Jean Daniélou, Henri de Lubac, Gaston Fessard, Henri Bouillard. Dès les débuts (au numéro 4 !), il a été proche de Communio où il a rédigé vingt-quatre articles.


Nous remercions Bernard Pottier et Jean Duchesne pour leur concours gracieux comme traducteurs.

La sixième demande du Notre Père, « peut‑être la plus discutée1 »

Matthieu 6,13 ; Luc 11,4 ; Didachè VIII 2

Bernard Pottier

« Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ? Ne fermez pas votre cœur comme au désert, Comme au jour de tentation et de défi, Où vos pères m’ont tenté et provoqué, Et pourtant ils avaient vu mon exploit. » Psaume 94, 7-9, Psaume invitatoire dans Prière du temps présent, Paris, Éditions du Cerf/DDB/Mame, 1980, p. 577.
« Mais Jésus lui répondit : “Il est dit : Tu ne tenteras pas le Seigneur, ton Dieu.” Ayant ainsi épuisé toute tentation, le diable s’éloigna de lui jusqu’au moment favorable. » Luc 4, 12-13 (Bible de Jérusalem)
« Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous cribler comme le froment ; mais moi j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas. Toi donc, quand tu seras revenu, affermis tes frères. » Luc 22, 31-32 (Bible de Jérusalem)

Nous voici rendus au cinquième numéro de la série de Communio sur le Notre Père, qui traite de la sixième demande de cette prière. Le premier numéro avait considéré l’invocation préliminaire : « Notre Père qui es aux cieux » (2015/2-3). Le deuxième numéro avait exposé ensemble les trois premières demandes, celle du Nom, du Règne et de la Volonté (2016/2). Le troisième numéro s’intitulait « Notre pain » (2017/2), et le quatrième « Pardonne-nous » (2018/2).

Pour la sixième demande, nous avons choisi le titre : « en tentation » et non, par exemple, « La tentation ». En effet, comme chacun le sait en pays francophones, l’Église a proposé récemment un changement de la formulation de cette demande. Ce qui rend notre réflexion d’autant plus difficile et intéressante à la fois. Auparavant, on disait, en suivant de très près le latin de la Vulgate2 : « Et ne nous soumets pas à la tentation », alors qu’aujourd’hui nous prions ainsi : « Et ne nous laisse pas entrer en tentation3 ». Deux réactions ponctuelles ont déjà été publiées dans un numéro antérieur de Communio, pour commenter les avantages, et peut-être surtout les inconvénients, de cette nouvelle formulation4. À notre sens, le changement liturgique opéré nous déplace déjà vers une meilleure perception de cette sixième demande, mais il y a peut-être encore une difficulté à comprendre cette nouvelle expression, que Carmignac aimerait voir traduite ainsi : « Et garde-nous de consentir à la tentation5 » ; ou encore « Fais que nous n’entrions pas dans la tentation », pour reprendre le titre de son article paru dans la Revue Biblique en avril 1965, aux pages 218-226. Carmignac nous signale d’ailleurs que quatre théologiens catholiques francophones avaient protesté contre l'introduction de cette version aujourd'hui remplacée : J. Delorme, A. George, R. Coste et J. Lebourlier (C. 304, n. 23). [...]

 

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez acheter ce numéro ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 


1  Marc Philonenko, Le Notre Père. De la prière de Jésus à la prière des disciples, NRF Gallimard, 2001, 206 p. ; ici p. 139. Sur cette demande, voir les pages 139-155 [Nous utiliserons l'abréviation Phi, dans le texte même].

2  Et ne nos inducas in tentationem.

3  Sorte de retour à une formulation précédente qui disait : « Et ne nous laissez pas tomber en tentation » (voir par exemple le petit Catéchisme à l’usage de tous les diocèses de Belgique de 1961). – Sur les traductions, changées ou non, en d’autres langues, voir l’encart ci-dessous p. 17.

4  Thomas Söding, « La tentation – Le sens de la sixième demande du Notre Père », dans Communio 2018/2, p. 103-106 et Denis Dupont-Fauville, « Sur la nouvelle traduction liturgique du Notre Père », ibid., p. 107-110.

5  Jean Carmignac, Recherches sur le Notre Père, Paris, Letouzey et Ané, 1969, 608 p. (désormais cité dans le texte par le signe C.) ; ici p. 293. L’essentiel de cette somme a été résumé dans un petit volume intitulé À l’écoute du Notre Père, éd. de Paris, Paris, 1971, 123 p. Pour la sixième demande, voir les pages 58-86 du petit volume, que nous ne citerons pas, sauf exception, car il suit de très près le grand.

Philippe Contamine : Jeanne sur les autels – la Jeanne d’Arc d’Henri Wallon

La Jeanne d’Arc d’Henri Wallon (1812-1904), après avoir connu un vif succès, fut ensuite négligée, même par l’auteur de cet article, qui ne la mentionne pas dans son dictionnaire. Il lui rend ici justice : Henri Wallon - ministre de l’Instruction publique et des cultes -, historien engagé, se livre dans son ouvrage à la défense du procès de réhabilitation, pour hâter la béatification.

David Tracy : L’imagination  catholique – l’exemple de Michel‑Ange

Selon l’auteur, l’œuvre majeure de théologie catholique au xvie siècle reste le plafond de la chapelle Sixtine (1512), plus tard complété par le Jugement dernier, (1541) sur le mur au-dessus de l’autel. Ces réalisations monumentales ont une complexité, une variété, une puissance synthétique qui constituent une vision théologique expressément catholique : incarnée, sacramentelle, métaphorique, analogique.

Jean‑François LavigneIn memoriam Père Xavier Tilliette s.j.

Xavier Tilliette, s.j. (1921-2018) était le dernier des grands jésuites français de sa génération - celle de Jean Daniélou, Henri de Lubac, Gaston Fessard, Henri Bouillard. Dès les débuts (au numéro 4 !), il a été proche de Communio où il a rédigé vingt-quatre articles.


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
13.71 2.10 14.00 Stock: 24

*Hors frais de port s'élevant entre 3 et 5 euros selon le pays d'expedition

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Notre Père V En tentation - dynamique 7.84 2.10 8.00 Ajouter au panier
Notre Père V - en tentation - couverture pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger